Retour haut de page


Quelles perspectives pour l’avenir ?

Ambiance de fête dans la ville de Diego. En effet, il ne reste plus que quelques jours avant le 26 juin, jour où Madagascar fêtera officiellement ses 50 ans d’indépendance. Cet anniversaire tombe-t-il mal en ces durs moments de crise ou apportera-t-il un nouveau souffle pour le pays ?


64 années de colonisation, 50 ans d’indépendance, les plus âgés ont tendance à comparer. Bien sûr, ils se plaignent du temps des Français, mais n’oublient en aucun cas ce qu’ils ont apporté et ce qu’ils ont laissé. Aujourd’hui, il est temps de faire un bilan de ce que les Malgaches ont fait de cette indépendance. Certes, 50 ans du point de vue historique n’est qu’une petite période. Mais en un demi-siècle, d’autres ont pu aller très loin.
En recueillant les sentiments des gens, hommes et femmes, jeunes et plus âgés, NOUS avons pu mesurer l’espoir de la population d’Antsiranana face à la conjoncture actuelle et constater à quel point elle est déçue par les politiques.
« Avec la proclamation de l’indépendance le 26 juin, tout le monde était ravi », rappelle un sexagénaire « car indépendance signifiait pour nous fin des répressions, fin des corvées, etc. » En plus, la voie que le pays avait décidé de suivre était complètement nouvelle car l’indépendance marquait aussi la fin de la monarchie et le début de la République. Seulement, 12 ans après, Philibert Tsiranana a quitté le pouvoir et l’a transmis à un gouvernement de techniciens dirigé par le Général de division Gabriel Ramanantsoa. « Les Malgaches ont pensé», explique encore cet homme « qu’il s’agissait seulement d’un faux pas que l’on pouvait corriger ». Et pourtant, cela n’aura été que le début puisque les 50 années d’indépendance vont être marquées par 4 crises politiques.
Au fond, la question que chacun se pose en ce moment historique peut se résumer ainsi : Madagascar est-il complètement et réellement indépendant ? Si indépendance signifie souveraineté politique, une souveraineté qui comprend l’indépendance économique et monétaire… les réactions des malgaches sont très contradictoires. Une dame à qui nous avons posé la question s’insurge : « De quelle indépendance me parlez-vous ? Nous ne sommes pas indépendants. Nous vivons de l’argent des étrangers en travaillant pour eux ou en demandant de l’aide à nos enfants qui travaillent en Europe ». Tandis que d’autres affirment qu’être ouvert à d’autres cultures et faire des affaires avec les « vazaha » ne signifient pas que nous dépendons d’eux.
Malheureusement, la crise actuelle ne fait qu’accentuer le malaise autour de l’identité et de la souveraineté nationale, un malaise que la polémique autour de l’opportunité de hisser le drapeau malgache en cette date historique révèle bien.
Jusqu’à aujourd’hui ni le GIC ni les 4 mouvances n’ont en effet trouvé d’issue à la crise. Les associations et la société civile ne cessent de faire des propositions. Ces derniers temps, on a même entendu parler d’un retour à la monarchie ou de rattacher Madagascar à la France. Quand nous avons demandé l’avis des personnes interviewées sur cette dernière éventualité, celles-ci se sont exprimées sans hypocrisie ni arrière-pensées : « Puisque nous ne pourrions jamais être réellement indépendants pourquoi ne pas l’officialiser sur du papier » répond un jeune homme « Moi je préférerais », confirme une dame «comme cela, nous n’aurons plus de problèmes avec les visas si on a envie d’aller en France, en plus nous vivrons beaucoup mieux… comme les Réunionnais ! ». Une autre personne a répondu par la négative en expliquant que la France ne pourrait jamais gouverner un pays comme Madagascar : trop grand et trop affaibli par la pauvreté, tout en rajoutant : « En plus, je n’ai jamais vu un pays qui a lutté pour l’indépendance et qui veut la rendre après 50 ans ! ».
À l’heure de cette date anniversaire, il est peu dire que les Antsiranais ne sont pas optimistes sur l’avenir de leur pays. Un vendeur de pistaches à Bazarikely déclare même: « Je ne veux pas perdre espoir, mais au train où vont les choses. Je ne verrai pas Madagascar sur la voie du développement de mon vivant. Peut-être mes petits-enfants, mais pas moi. » Ils sentent bien que le développement de Madagascar ne sera pas pour un futur proche. Ils pensent qu’à Antsiranana, il fait toujours bon vivre et en remercient les autorités. Et ce malgré les problèmes de sécurité qui n’ont jamais été aussi sérieux.
Le peuple malgache attend le jour où les dirigeants ne promettront plus monts et merveilles et se mettront effectivement au travail. En tout cas, les Antsiranais se disent être toujours prêts s’il faut à faire plus d’efforts. Espérons que la devise de ces 50 ans d’indépendance « Hambompom-pirenena sy fitiavan-tanindrazana » ou « Fierté nationale et patriotisme » ne sera pas seulement un souhait, mais un sentiment que chaque citoyen éprouve.

Maholy


 Grand angle sur la notion d’indépendance

Aujourd’hui où de nombreux pays célebrent leurs indépendances, plusieurs questions se posent : de quelle indépendance parlons nous ?
Tous les pays ont été colonisés ou colonisateurs à un moment de leur histoire. En Europe, les Gaulois ont été colonisés par le Romains, les Romains par les Germains dont les Francs, les Kabyles d’Afrique du nord ont été colonisés par les Arabes, les Arabes par les Ottomans, etc …
Aujourd’hui il y a 350 000 Malgaches en France et 26 000 Français à Madagascar. Il y a environ un million d’Algériens en France, et moins de 20 000 Français en Algérie. Dans un monde globalisé l’indépendance est de plus en plus battue en brèche par l’interdépendance. L’augmentation des moyens d’échange culturels, économiques, humains permettent aux différents nations et peuples d’acquérir ce qu’il y a de meilleur chez chacun. Que serait devenue la Gaulle sans l’apport des Romains, que serait le Japon sans l’apport du modèle Occidental qu’il a entièrement assimilé sans renier ses valeurs, et même les enrichir.
Madagascar comme beaucoup d’autres pays ont un sentiment extrêmement ambigu sur cette commémoration. Il y a ce qu’il est convenu de dire et penser en public et ce que l’on suggère à mots couverts en privé. Juste à coté de Madagascar, deux pays traduisent bien cette ambigüité : d’un coté les Comores qui ont rejeté en bloc ce que pouvait apporter une autre civilisation, de l’autre Maurice qui a su prendre le meilleur en conservant et enrichissant ses traditions, comme le Japon où la Chine aujourd’hui.
Séraphin B.

Commentaires   

# Andrianarisoa 24-05-2012 01:06
bonjour, j'aimerai vous compter une petite histoire que j'entends depuis que je suis toute petite . je suis née à madagascar mais j'ai vite habité la france et ce depuis mes 3 ans . et souvent dans mon entourage proche ou loingtain on m'a dit un jour tu feras de grandes choses pour madagascar , tu es très importante pour ce pays , ton heure viendra mais il te faut suivre le droit chemin ... longtemps j'ai pris ceci pour des paroles en l'aire mais disons simplement que les choses se présisent de plus en plus car il faut que je vous aussi que je ne connais pas mes vraix parents et que c'est un vrai secret de famille ... en sommes tout le monde sais mais personne ne veux me le dire car il semblerai que ce ne soit pas le moment ... qu'aujourd'hui il est dangereux pour moi de savoir ... il est difficile de vivre ainsi éxilé croyez moi , de ne pas savoir ... est ce vrai , pas vrai , je ne sais pas en même temps je me sens si vous saviez tellement concerné par madagascar, pays de mon âme ...

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Dimanche
MD316/144(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO O6h00
ANTSIRANANA 07h55 08h55
DZAOUDZI 10h05
MD145/317(AT7)
Arrivée Départ
DZAOUDZI 11h05
ANTSIRANANA 12h15 13h15
ANTANANARIVO 15h15

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018