Retour haut de page


Le travail des enfants à Madagascar
 1.873.000, c’est le nombre approximatif des enfants économiquement actifs que l’ENTE ou Enquête Nationale sur le Travail des Enfants a établi avec l’INSTAT, Institut National de la Statistique.

C’est le 12 juin que la Journée Mondiale contre le travail des enfants aurait dû être célébrée. Mais puisque cette date coïncidait avec la Pentecôte, la cérémonie officielle est reportée au 17 juin et aura lieu à Antsiranana.

Au niveau mondial, la Convention n°138 de l’Organisation Internationale du Travail dispose que l’âge minimum à l’admission à l’emploi est de 15 ans, cet âge a été donc repris par le Code du travail malgache dans son article 100. Mais nous pouvons constater partout à Madagascar que les employeurs et les parents qui envoient leurs enfants travailler ne prennent pas en compte cet âge. Ainsi nous pouvons voir partout à Madagascar, des petites filles de 10, 13 ans qui travaillent comme domestiques en ville et des garçons de 8 ans, casseurs de pierres.

Malgré l’engagement de l’Etat en ratifiant la Convention relative aux Droits de l’enfant des Nations Unies en 1991 et les Conventions de l’OIT sur l’élimination du travail des enfants, malgré les efforts des ONG, des associations, de l’UNICEF, de l’IPEC, etc., le nombre des enfants travailleurs ne cesse d’augmenter à Madagascar. Pour comparaison, en 2005 il a été aux environs de 1 600 000 enfants et en 2007, de 1 873 000. Nous pouvons imaginer à combien ce chiffre est maintenant, après deux ans de crise économique. Notons que le dernier chiffre que nous avons pu obtenir en ce qui concerne le travail des enfants remonte à l’année 2007.

Si le travail des enfants est aussi difficile à éliminer c’est parce qu’il est lié aux problèmes financiers des ménages et donc au sous-développement du pays. Ceux qui œuvrent dans la lutte contre le travail des enfants ne peuvent pas accéder aux lieux les plus touchés par ce phénomène, c’est-à-dire le milieu rural. En effet, si 19% des enfants en milieu urbain exercent une activité économique, 31% des enfants en milieu rural travaillent et c’est dans l’agriculture et la pêche que l’on trouve le plus d’enfants travailleurs. Dans tout Madagascar 28% des enfants entre 5 et 17 ans sont économiquement actifs.

Selon toujours l’ENTE, la DIANA est parmi les Régions dont la proportion d’enfants travailleurs est assez petite puisqu’elle est de 8,3%. Ce qui fait quand même 19 000 enfants dont 0,6% sont astreints à un travail dangereux, voire aux pires formes de travail prévues par le décret 2007-563: exploitation sexuelle, services aux particuliers, travail dans les carrières de pierre et d’exploitation minière, en milieu insalubre, pêche traditionnelle, travaux agricoles dangereux. Les Régions Vakinankaratra et Betsiboka comptent les plus d’enfants travailleurs à Madagascar.

A Antsiranana, nous avons rencontré deux enfants travailleurs : Ramata Y. et Jeannot.
Ramata Y. est une fille de 14 ans, en classe de troisième. Un jour, ses parents lui ont dit qu’ils ne pouvaient plus payer ses frais de scolarité (car elle étudie dans une école privée) et il va falloir qu’elle quitte l’école. Comme elle a refusé d’abandonner ses études, elle est maintenant obligée de travailler le mercredi après-midi et le samedi pour payer l’écolage. Elle fait la lessive et maintenant elle travaille dans l’artisanat, ce qui pourrait lui être bénéfique selon elle car elle acquiert de l’expérience.
Jeannot quant à lui, va au Collège d’Enseignement Général. Ses parents se sont séparés, il est resté avec sa mère, son père ne veut plus entendre parler d’eux. Et puisqu’il est l’aîné, il aide sa mère que ce soit dans l’éducation de ses frères et sœurs qu’au niveau financier. En sortant du CEG à 11 h, il court au parcage Namakia pour chercher le lait qu’il redistribuera à ses clients. Il termine vers 13 h 30, heure à laquelle il doit retourner en classe.

Rares sont les camarades de classe et les enseignants qui connaissent la situation dans laquelle se trouvent ces enfants car ils ne se plaignent jamais. Il s’agit d’un choix qu’ils ont fait eux-mêmes. Notons que sur les 1 873 000 enfants travailleurs, 11,5% seulement fréquentent l’école.
■VM

Commentaires   

# Erina 03-07-2013 14:13
bonjour,je suis une étudiante en droit à l'université de Tamatave,j'aime rai de terminer ma maitrise dans 1mois si vous m'aider car mon thème est concernant à la protection des enfants travailleurs,je me demande si vous avez des solution à suggérer à ce propos, donner quel est votre suggestion à l'employeur, parents et enfants,notamme nt à l’État vu nos situation situation écopolitique.Ve uillez me repondre sur mon e-mail: philoce.randriamamonjy@gmail.com,s'il vous plait car j'en ai besoin votre aide. Merci de votre aimable compréhension, j'attend votre réponse

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Vendredi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 14h35
ANTSIRANANA 16h30 17h05
ANTANANARIVO 19h05

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018