Retour haut de page
« les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », qu’il n’y a de rapports colonisateurs-colonisés que lorsque l’autre partie se considère encore comme colonisée
« les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », qu’il n’y a de rapports colonisateurs-colonisés que lorsque l’autre partie se considère encore comme colonisée

La francophonie et la francophobie, la malgachéité, la malgachitude et le Malgache, autant de termes qui trouvent leurs sens lors de la conférence suivie de débat organisée par l’université d’Antsiranana dans l’après-midi du 15 mars à l’Alliance française d’Antsiranana

Le Français et la culture française ont influencé et continuent d’influencer la société malagasy, qu’ils se soient imposés d’eux-mêmes ou choisis. C’est dans cet ordre d’idée et sur les rapports qu’entretiennent les Malagasy avec la francophonie et au sein de celle-ci que se sont portés les présentations des intervenants à la conférence. « De la Francophonie à la Francophobie… un essai sur le paradoxe malgache au sein de la francophonie » par Josie Volaravo Dominique, enseignante à la Faculté de Droit, sciences Economiques-Sciences de gestion et Science Politique UNA et « l’impact de la présence française dans le parler, les us et coutumes du terroir d’Antsiranana » par l’anthropologue Robert Jaovelo-Dzao. Du point de vue de Josie Volaravo Dominique, doctorante en études politiques, la méconnaissance et le manque d’assumation de l’histoire commune (malagasy et française) sont les facteurs de méfiance envers la France et la culture française. Ces deux facteurs sont aggravés par les mauvaises décisions politiques, telle que la malgachisation de l’enseignement en 1973, qui ont voulu rompre trop rapidement avec cette influence française sans les dispositions d’accompagnement adéquates. C’est entre deux idées contradictoires que le Professeur Jaovelo-Dzao a ouvert le débat sur ces thèmes sur la francophonie. D’un côté « nombre de ressortissants nationaux, dont l’ancien Président Didier Ratsiraka, clament que les Malgaches ont été colonisés jusqu’au bout des ongles et qu’ils ont perdu leur identité ou leur malgachéité », d’un autre côté « d’aucuns affirment que fort heureusement Madagascar a passé par l’étape de la colonisation française, sinon, on ne serait jamais évolué ni civilisé : on serait encore resté aujourd’hui à l’état sauvage et l’on serait inculte ». Les différentes prises de parole s’orientaient vers une inquiétude commune qui est celle de l’avenir de la culture malagasy et de la survivance ou pas de la langue malagasy.  Josie Dominique a soutenu que l’histoire doit être vulgarisée pour être assumée, qu’elle ne doit pas rester entre « sachants » pour qu’il y ait (un réel) devoir de mémoire. La malgachéité sera toujours présente puisque la culture et l’enseignement sont toujours très marqués par la langue malagasy. D’ailleurs, des chercheurs et des linguistes élaborent des systèmes pour que l’enseignement se fasse en Malagasy et dans tous les niveaux. Pour ce qui est de cette idée que beaucoup se fait sur l’expansion de la culture française comme une forme de néocolonialisme, Josie Dominique a répondu, en empruntant une citation d’Etienne de La Boétie « les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », qu’il n’y a de rapports colonisateurs-colonisés que lorsque l’autre partie se considère encore comme colonisée. Le Professeur Jaovelo-Dzao a résumé « la francophonie est une forme d’influence. La France est un grand pays, elle a influencé l’Europe, pourquoi pas le monde ?» D’après lui, il est désormais question d’ouverture vers le monde, le Français étant la cinquième langue la plus parlée dans le monde.
■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Dimanche
MD316/144(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO O6h00
ANTSIRANANA 07h55 08h55
DZAOUDZI 10h05
MD145/317(AT7)
Arrivée Départ
DZAOUDZI 11h05
ANTSIRANANA 12h15 13h15
ANTANANARIVO 15h15

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017