Retour haut de page
L’élevage ovin et caprin se pratique dans toutes les communes de la région DIANA, mais les communes d’intervention sont choisies suivant la persistance de la potentialité de la commune dans l’élevage de petits ruminants, l’existence d’éleveurs potentiels, un accès acceptable durant toute l’année
L’élevage ovin et caprin se pratique dans toutes les communes de la région DIANA, mais les communes d’intervention sont choisies suivant la persistance de la potentialité de la commune dans l’élevage de petits ruminants, l’existence d’éleveurs potentiels, un accès acceptable durant toute l’année

La région DIANA a un potentiel dans l’élevage ovin et caprin, mais qui est aujourd’hui sous exploité. Le projet de la FAO d’appui à la promotion de la filière « petits ruminants » conduirait à l’ouverture au marché international

L’élevage ovin et caprin dans la région DIANA

Actuellement, l’élevage de petits ruminants n’est pas considéré à sa juste valeur. Les techniciens parlent de petit élevage. La commercialisation est mal structurée et elle se limite à la consommation locale (surtout lors d’évènements familiaux ou religieux). Il n’y a pas de comptabilisation et la vente est destinée à subvenir au besoin quotidien. Le système d’élevage est traditionnel. Le croisement n’est pas contrôlé (pas de conduite de la génétique), pas de suivi de la santé des animaux, les habitats ne les protègent ni des intempéries, des maladies ni des parasites. Il n’y a pas non plus d’amélioration du pâturage. Les conséquences sur la production ne peuvent être que mauvaises : le poids des animaux à l’âge adulte est en baisse, la mortalité est importante en effectif, la croissance est faible, la parasitose sévit et les maladies d’origine microbienne sont fréquentes. Dans les zones agricoles, le nombre moyen de cheptel par famille est de 3 à 5 têtes, dans les zones pastorales, il est de dix têtes et les fermes les plus importantes comptent jusqu’à 200 têtes.
L’élevage ovin et caprin se pratique dans toutes les communes de la région DIANA, mais les communes d’intervention sont choisies suivant la persistance de la potentialité de la commune dans l’élevage de petits ruminants, l’existence d’éleveurs potentiels, un accès acceptable durant toute l’année. De plus, les communes se situent à proximité de la route nationale et doivent posséder des sous-produits agricoles accessibles aux éleveurs. Elles présentent aussi des zones d’élevage bien définies et de commun accord avec les acteurs économiques et environnementaux. Les maires doivent également avoir la volonté de collaborer et être engagés. Parmi les communes proposées, Mahavanona, Ramena, Antsahampano, Ampasindava et Cap Diego pour les districts d’Antsiranana. Beramanja, Marivorahona, Ambakirano, Isesy pour Ambilobe et huit communes pour Ambanja dont Bemanevika, Antsakoamanondro, Ankatafa…

Réunion de pilotage du projet

Le comité de pilotage du projet d’appui à la promotion de la filière « petits ruminants » s’est réuni pendant trois jours afin de présenter aux membres le plan et budget d’activités et de valider les zones d’intervention au niveau des districts concernés : Antsiranana II, Ambanja et Ambilobe. Le comité de pilotage s’est réuni à Ambanja le 5 novembre pour une concertation avec le chef de district, le député et les maires. Une réunion du même ordre s’est tenue à Ambilobe le lendemain suivie de la visite d’éleveur pilote. Le comité de pilotage est composé de représentant du ministère de l’élevage, de la direction régionale de ce ministère pour la DIANA, de la Région, de la Chambre d’agriculture, d’institutions de microfinances… Le comité de pilotage est l’organe de consultation, de décision, d’orientation, de suivi et évaluation et organe d’appui au projet dans les négociations et interventions avec les institutions.
A Antsiranana, lors de l’ouverture de la réunion, en présence de Rasoarimanana Yannick, assistante représentante, chargée du programme FAO Madagascar, Mandrano Julien, président du comité de pilotage et secrétaire général du ministère de l’élevage a averti « la FAO nous vient en appui, si elle se désiste à cause d’un litige foncier, ce sera un signal aux autres bailleurs de fond, décrédibilisant le gouvernement et au désavantage de cette Région». En effet, près de 29 ha du terrain du CFTEL (Antanamitarana) qui est appelé à devenir le centre d’appui technique aux éleveurs fait encore l’objet de litige entre le ministère de l’élevage, des associations et des particuliers.
Dans le cadre de ce projet, des fermes pilotes seront mises en place. Les critères de choix ont été présentés lors de cette réunion de pilotage. Ils concernent le nombre de cheptel que possède le fermier, l’association de plus de deux personnes (en élevage individuel, familial ou de groupement) s’accordant de pratiquer ensemble l’élevage). Les fermiers doivent accepter de partager les expériences et technicité acquises, etc. Le comité de pilotage est également chargé d’élaborer des requêtes de financement. La première, pour la remise en état du centre d’appui technique dont deux schémas sont proposés : la remise en état de trois bâtiments nécessaires pour le fonctionnement optimal du centre dont le coût est évalué à 30 000 $, ou la remise en état total du centre, dans ce cas, le coût est estimé à 85 000 $. La deuxième requête est pour financement des activités du comité de pilotage, évalué à 17 400 $.
■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Mardi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h10
ANTSIRANANA 08h05 08h40
ANTANANARIVO 10h40

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017