Retour haut de page

 

Sculpteur sur bois à Diego SuarezQuand il fait le tour des restaurants pour vendre ses produits, tout le monde l’appelle Paulo, mais chez lui et dans son quartier il est Dom (diminutif de Dominique). Là, ce n’est plus seulement l’artisan talentueux, mais le père de famille et le gardien, la nuit.

Avant l’année 2000, Dom travaillait dans une bijouterie. Mais à cause de la crise, il a perdu son emploi et il a décidé de faire des sculptures. Personne ne lui a enseigné à travailler le bois, c’est un don. On lui a dit que son père était menuisier, mais cela n’explique pas vraiment son savoir-faire car il a grandi avec sa grand-mère et n’a pas beaucoup connu son père.
S’il arrive à subvenir aux besoins de sa famille ce n’est pas grâce à l’artisanat, mais à son emploi de gardien. Il nous a expliqué : « Il est très difficile de gérer notre argent, il faut que j’achète du bois pour la sculpture, mais il faut aussi que je paie le loyer, la JIRAMA, les frais scolaires de mon enfant, que j’achète à manger. Si je n’ai pas assez d’argent ce sont les bois qui doivent attendre.» Il ne peut pas toujours garantir qu’il trouvera des acheteurs pour ses sculptures, c’est pour cela qu’il ne peut pas travailler uniquement pour l’artisanat et en vivre même s’il préfère vivre de son talent.

Le problème est que, les revendeurs ne les payent pas à leurs justes valeurs car ils [...] ne comptent pas les travaux intellectuel et manuel, ils ne calculent que les dépenses pour l’achat du bois, les prix des produits.

Paulo trouve que la situation ne cesse de se détériorer, les touristes sont de plus en plus rares alors que ce sont ses principaux clients. « Les Malgaches adorent ce que je fais, mais ce sont seulement celles qui épousent les étrangers qui ont la possibilité d’en acheter ». Un « espadon » d’environ 60 cm coûte à peu près 60 000 Ariary. Ses œuvres sont de très bonne qualité, elles reflètent la patience et le penchant de l’artisan pour la perfection. Il n’hésite pas à s’acquérir de produits de haute qualité pour atteindre l’image qui s’est dessiné dans sa tête d’artiste. Paulo n’est jamais complètement satisfait de ce qu’il fait : « ce sont les clients qui me disent que ce que je fais est bien ou pas assez bien, moi j’ai envie de faire plus, mais je manque de moyens ». Les matériels qu’utilisent Paulo sont en effet très simples : des couteaux, des papiers abrasifs, de la colle... En moyenne une sculpture lui prend une semaine, mais tout dépend de l’image que l’on veut, si c’est assez compliqué, il lui faut au moins deux semaines.

Sculpteur sur bois à Antsiranana
Ce qu’espère Paulo c’est que les clients lui passent des commandes comme avant la crise 2009. « Comme cela je peux faire des économies, acheter plus de produits, plus de matériels, disposer d’assez de matières premières car si on n’a pas tellement de moyens, on n’est obligé de faire de nombreux déplacements pour leurs achats ». En fait le but de Paulo est de se surpasser, d’améliorer la qualité de ses produits.
Il lui est déjà arrivé de penser à revendre ses sculptures, trouver un point de vente. Le problème est que, les revendeurs ne les payent pas à leurs justes valeurs car ils cherchent aussi un bénéfice. Ils ne comptent pas les travaux intellectuel et manuel, ils ne calculent que les dépenses pour l’achat du bois, les prix des produits nécessaires au traitement du bois. Paulo souhaite alors qu’il y ait un point de vente qui puisse tenir compte des besoins des artisans et qu’il existe une centrale d’achat qui leur fournissent les matériels nécessaires, à un prix abordable.
A part ses talents pour travailler le bois, Paulo fait aussi de nombreux objets avec l’écorce de bananier.

 

Commentaires   

+1 # Guest 04-02-2011 10:32
magnifique article afin de promouvoir l'artisanat. pouvez-vous indiquer où nous pouvons trouver ces articles et si il est possible de visiter son atelier
merci
# Guest 04-02-2011 23:41
Merci et Bravo l'équipe de la tribune pour ce bel article. Elle décrit précisément le problème de nos artistes locaux, de la reconnaissance de leurs arts, de leurs talents et de la valeur de leurs créations.
Un population qui a trop longtemps(38 ans) négligé le domaine de la culture, du savoir-vivre et de l'importance du respect des valeurs culturelles, a besoin d'action de sensibilisation de sa jeune population sur les notions appartenant aux valeurs culturelles et sociales: l'individualité , le rêve, l'esthétique, la beauté, l'amour, le goût, la nature, l'histoire et même la conscience ... Il faut tout réapprendre/réi nitialiser ensemble.
Je suis d'ailleurs surpris de cet article. J'avoue ouvertement que je ne m'attendais pas à un sujet aussi culturel, aussi beau aussi touchant. de tous les sites de Madagascar, cet article est un des plus beaux

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Lundi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
ANTSIRANANA 07h55 08h30
ANTANANARIVO 10h30

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018