Retour haut de page

Défilé de la Journée Mondiale de la Femme à Diego Suarez
A Madagascar, la place et le rôle de la femme au sein de la société diffèrent d’une région à une autre. Si dans les hauts-plateaux, les mères célibataires et les femmes divorcées sont fortement critiquées, dans d’autres régions de l’île voir une femme dont les enfants ont des pères différents est très courant.

 A Antsiranana, la femme jouit de plus de liberté, dans la manière de gérer sa vie : sexuellement et financièrement surtout. On peut même dire que les femmes de Diego ne dépendent pas du tout des hommes. Il est courant par exemple de voir des femmes élevant seules leurs enfants et qui réussissent même à vivre aisément. Ce qui fait que les parents sont ravis d’avoir des filles car elles parviennent à vivre convenablement et remplissent leurs devoirs envers la famille
.

Du point de vue légal et politique, théoriquement, les droits de la femme malgache ont beaucoup évolué, depuis l’indépendance jusqu’à maintenant.
En droit civil, quand le mari et la femme décidaient autrefois de se séparer, le partage des biens suivait le régime du « kitay telo an-dalana », cela veut dire qu’un tiers seulement du bien commun revient à la femme. Maintenant, on les partage selon le « zara-mira », c’est-à-dire en deux parts égales. Dans la société traditionnelle antankarana, le régime a toujours été de la séparation des biens. Toujours dans ce cadre, la femme malgache a un droit traditionnel que l’on appelle « misintaka », ce droit est reconnu à la femme, offensée par le mari et qui quitte son foyer sans l’autorisation du mari afin de réfléchir ou pour montrer sa tristesse. Dans l’exercice de ce droit, la femme doit rentrer chez ses parents sinon cela équivaudrait à un abandon du foyer. Pour que la femme puisse rentrer chez elle, le mari doit faire le « fampodiana », pour cela il va chercher personnellement sa femme chez sa belle famille en lui apportant un cadeau en guise d’excuse et/ou en signe de respect pour la famille.
A Madagascar, on dit : « ny hanambadian-kiterahana », cela signifie qu’on se marie pour avoir des enfants. Autrefois, l’absence de grossesse après quelques mois de mariage fragilisait l’union et c’était la femme qui était la plupart du temps considérée comme la responsable. Actuellement, avec le développement de la science, les contraintes d’ordre social et professionnel, les difficultés financières, la femme peut décider librement du moment où elle veut avoir des enfants.

En politique, du temps des royaumes, la femme malgache n’a jamais été écartée du pouvoir. Les royaumes merina et sakalava boeny ont été bien connus pour leurs reines. Dans l’Imerina avec les reines Ranavalona I, II, et III et dans le Boeny et dans le nord avec Ravahiny, Tsiomeko, Tsiresy etc.
C’est avec l’avènement de la république et le retour à l’indépendance que les femmes se sont ou ont été éloignées de la politique. Depuis peu, les femmes malgaches luttent de plus en plus pour pouvoir assumer les mêmes responsabilités que les hommes en politique. Le Vondrona Mira Lenta ho an’ny Fampandrosoana (association de femmes qui lutte pour la parité homme-femme) a par exemple exigé que le taux de participation de la femme aux affaires politiques devrait être à 30%. Au sein de l’actuel gouvernement, compte 5 femmes seulement, mais elles sont parmi les plus dynamiques. En ce qui concerne les partis politiques, rares sont les femmes présidentes de parti, elles sont 4 au total, 80 partis sont présidés par des hommes. Nous connaissons surtout Mme Sarah Georget Rabearisoa, présidente et fondatrice du parti vert, Hasin’i Madagasikara et le Dr Brigitte Rasamoelina, présidente de Ampela Manao Pôlitika. L’AMP est d’ailleurs un parti très jeune car c’est hier, dimanche 06 mars qu’il a soufflé sa première bougie. Ce parti compte maintenant 7 000 membres. Comme son nom l’indique, il est constitué seulement de femmes et son objectif est orienté vers le social : l’éducation et la santé.

A titre indicatif, Mme Gisèle Rabesahala, personne très importante du monde de la communication à Madagascar, a donné ces chiffres sur la participation des femmes malgaches aux affaires politiques en 2007: 3 femmes sur 22 ministres, 7 femmes sur 160 députés, 10 femmes sur 90 sénateurs, 2 sur 22 chefs de Région, 62 sur 1557 maires.

En ce qui concerne la promotion du genre, Madagascar participera les 28 au 30 mars 2011 au second sommet de l’association internationale Gender Links en Afrique du Sud. Les diverses associations et organisations nationales élaborent donc un projet à présenter à ce sommet pour le concours sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes.
■V.M

 

Commentaires   

+1 # Guest 25-03-2011 15:17
Effectivement il y encore beaucoups à faire !

http://www.madagascar-tribune.com/Une-premiere-vague-composee-de-86,15671.html

Notament Eradique les societe qui fend des femme au liban
+1 # Guest 25-03-2011 15:18
Et voilà encore les femmes qui sont victime!

http://www.madagascar-tribune.com/Des-temoignages-accablants,15672.html
# Emilienne 07-01-2013 07:47
L'AMP "Ampela Manao Politique" a beaucoup de succès car l'effectif atteint maintenant jusqu'à 10 000 membres à peu près dans tout Madagascar, sans compter au niveau des communes rurales. Et nous sommes encore très courageuses de continuer jusqu'au bout. Et à ne pas oublier que nous ne sommes pas seulement des femmes dans l'AMP, il y a pas mal des hommes avec nous maintenant et même parmi les membres des bureaux (national, régional, district, commune, et Fokontany), et nous incitons encore et encore aux peuples de nous joindre pour le vrai développement de notre nation.
+1 # Viav mahtondra tegna 04-02-2013 15:34
Merci pour cette article, en effet le role de la femme malgache Antsiranaise est quand meme un cas apart.
# KIRINIAINA HERIMALAL 08-03-2013 12:32
MADAGASCAR est en route sur l'application du mouvement30/50 fait par l'ONU car dans le gouvernement de JEAN OMER BERIGIKY compose 9 femmes et le reste homme.EN PLUS,dans la région de FIANARANTSOA la responsabilité des femmes dans le domaine politique évolue.Les femmes sont toujours actif au sein de sa poste.Par exemple le président de l’université de FIANARA est FEMME,le cst de FIANARA est femme aussi.Dans le domaine de l’éducation plusieurs femmes ont de diplôme DOCTORAT et PROFESSEUR;

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Mardi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h10
ANTSIRANANA 08h05 08h40
ANTANANARIVO 10h40

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017