Retour haut de page

Le 5 mai 1942, les Anglais attaquent Antsiranana


La ville dirigée par le gouverneur Annet est fidèle au général Pétain qui a pactisé avec les Allemands.
L’opération anglaise IRONCLAD est lancée à partir de la baie du Courrier. Diego tombe en 3 jours.


A l’aube du 5 mai 1942, le bruit des bombes et les hurlements des sirènes de l’arsenal réveillent les Antsiranais qui s’étaient endormis dans une ville paisible se croyant très loin du conflit mondial. Puis, c’est du côté de la rade que le grondement des avions et le bruit des explosions plonge la population dans la tourmente .
Que s’est-il passé ?

 

En 1940, après la victoire allemande, l’administration de l’île, dirigée par le gouverneur Annet, refuse de se rallier au Général de Gaulle et reste fidèle au Maréchal Pétain.


L’épave du sous marin coulé en 1942, à coté d’une épave plus récente

Les Britanniques craignent alors que les Japonais utilisent Diégo, pour menacer la route de ravitaillement des Indes et du Moyen-Orient par le canal de Mozambique. Dans le plus grand secret et sans en avertir le général de Gaulle, ils décident alors une offensive sur Diégo- Suarez : l’opération IRONCLAD.
Le 5 mai 1942, au P.C de la défense, les nouvelles tombent: le terrain d’aviation d’Arrachart est détruit, les hangars sont en feu, tous les avions sont cloués au sol. Du côté d’Ambodivahibe, on aperçoit des parachutistes et des obus éclairants. Dans le port les bateaux sont presque tous coulés, notamment les bâtiments de guerre : le croiseur Bougainville et le sous-marin Bévéziers. Le D’Entrecasteaux, torpillé, arrive à sortir du port et se réfugie dans la baie des Cailloux Blancs d’où il mènera durant 30 heures une défense héroïque.
Mais personne ne sait où sont les Anglais…Au P.C de la Défense le désarroi est grand : en effet, il semble que le danger vienne de la Baie de Rigny : c’est donc vers Mahagaga que vont être détachées les premières troupes. De son côté, le Commandant de la Marine, demande aux trois autres sous-marins de la base, alors en mer, de rentrer au plus vite. Aucune nouvelle ne parvenant de la Baie du Courrier, une reconnaissance est envoyée dans cette direction.
En fait, le débarquement de l’énorme flotte anglaise a eu lieu dans la baie du Courrier : les tirs d’obus et les parachutistes (des mannequins !) sur la baie de Rigny n’étaient qu’un leurre ! Mais en raison des défaillances de la radio et du téléphone, les postes français ne sont pas parvenus à avertir le P.C. Enfin, à 10h, l’instituteur d’Anamakia, Auguste Ratsimbazafy, appelle le P.C : «Mon colonel, actuellement à Anamakia, il y a dix chars anglais qui viennent d’arriver par la route de Mangoaky ».
Le premier combat important a lieu vers 11h, sur la route d’Anamakia, au Col de Bonne Nouvelle, où les trois tanks de tête anglais tombent sur les défenseurs français : les tirailleurs vont résister pendant 4h dans une défense héroïque où 30 d’entre eux trouveront la mort, les autres étant pour la plupart blessés. A 14h30, les Anglais arrivent au niveau de la ligne GH, la « ligne Joffre », constituée par un fossé antichar de 2000m reliant le fort G (que l’on peut encore voir à Morafeno) au fort H de la route d’Anamakia . Mais, sous le feu de l’artillerie, les Anglais stoppent l’attaque à la tombée de la nuit.
La « ligne Joffre » a tenu.De son côté, le D’Entrecasteaux, échoué et pilonné toute la journée, a pu débarquer une compagnie de fusiliers qui a repris Andrakaka.

Bilan des pertes durant les 3 jours d’affrontements
(Le nombre de tués et de blessés varie suivant les sources)
  Pertes françaises en hommes: 171 tués, 343 blessés
Pertes anglaises en hommes: 131 tués et 305 blessés 3500 prisonniers.
Pertes en matériel 19 avions – 3 sousmarins-( Bévéziers- Monge – Le Héros) – 2 navires : (D’Entrecasteaux Bougainville), 16 tanks et un navire

A 2 h du matin, le 6 mai, un bataillon anglais parvient à s’infiltrer et à s’emparer des casernes d’Anabozaka mais deux autres bataillons sont repoussés. L’attaque reprend à l’aube mais elle sera stoppée par la défense de la ligne GH. C Cependant , la Marine, jugeant la situation désespérée, ordonne la destruction de l’arsenal et du port . De son côté, en baie des cailloux blancs, le D’Entrecasteaux , en flammes, attaqué sans relâche par l’aviation et la marine est évacué à 11h. Au soir du 6 mai, la situation paraît stationnaire.... Mais le général anglais Sturges, qui commande l’opération, ne désarme pas. Il décide de lancer une attaque surprise en profitant de l’obscurité. A 21h, le destroyer Anthony, pénètre dans la passe sans être repéré et débarque un commando qui s’empare du PC de la Marine. A 21h30, la ligne Joffre est percée. A 23h, les Anglais atteignent Tanambao. A minuit le PC de la Défense est encerclé : Diégo est tombé. Le sous-marin « Le Héros » est coulé en baie du Courrier : 24 marins vont disparaître, attaqués par les requins. Le capitaine Assolant, un des premiers pilotes à avoir traversé l’Atlantique, est tué aux commandes de son avion. A Orangea, les batteries sont détruites par l’escadre anglaise : l’accès de la rade est ouvert.En fin d’après-midi, le 8 mai, la capitulation est signée à la Résidence.
Dès lors, l’autorité britannique remplace l’autorité française. Le 6 novembre, le Gouverneur Annet accepte la négociation. La campagne de Madagascar aura duré en tout 6 mois.
Suzanne Reutt
(Ass Ambre)

 


 Sur les traces de la guerre

Les évènements de 42 ont laissé des traces dans l’histoire : nombreux sont les ouvrages ou les articles qui relatent ces affrontements. L’opération IRONCLAD est même le thème d’un jeu video !
A Diégo même, certains anciens peuvent encore témoigner de la violence de ces 3 jours de combat.
Sur le terrain, on peut encore découvrir les traces de cette bataille meurtrière, notamment la stèle érigée à côté de la STAR près de l’endroit où eurent lieu les combats les plus violents.
On peut se recueillir sur les tombes des victimes (presque tous des jeunes gens !) dans les cimetières militaires anglais et français au début de la route de Ramena.
Tous les habitants de Diégo connaissent les blockhaus du Lazaret ou de la route d’Anamakia (après la SOAM)
Enfin, on peut retrouver –non sans difficulté - les vestiges de la ligne Joffre datant de 1903 : les fortifications d’Orangea, notamment la batterie du Cap Miné (qui avait si mal défendu la passe !) et les forts G (ou fort de la Betaïtra) et le fort H (route d’Anamakia).
Ces deux derniers ouvrages, magnifiques mais laissés à l’abandon, mériteraient d’être dégagés et mis en valeur : ils font partie du patrimoine d’Antsiranana et à ce titre, sont pour la ville, une richesse culturelle et touristique.
Suzanne Reutt

Commentaires   

+5 # Guest 29-04-2010 17:09
Bonjour

Merci pour la rédaction de cet article sur Diego Suarez 1942; je me nomme Jean-Paul Lorcet et j'avais 22 ans quand les anglais se sont emparés de Diego. J'ai 90 ans aujourd'hui et cela m'a rappelé des souvenirs. Les anglais m'ont même ramené prisonnier en Angleterre sur le paquebot Oronsay. J'aimerais bien avoir des photos du cimetière de Diego et de l'arsenal où j'étais fourrier à Marine Madagascar.
Je serais très heureux que Suzanne Reutt rentre en relation avec moi si ce sujet l'intéresse. J'habite en France, à Pornic
et mon tel est le 0240829990
Merci encore pour ce moment inoubliable dans ma vie de marin
+2 # Guest 30-04-2010 16:37
bonjour, je suis actuellement à Diégo ... mon grand-père était le MT meca LE DREFF Yves [Bévéziers] mortellement blessé dans la nuit du 6 au 7 mai sur la ligne GH / il fut ramené par le médecin militaire Moretti au fort H puis transféré sur le navire hôpital Atlantis ... il décéda faute de soins ... depuis nous n'avons pu retrouvé sa dépouille ... merci de me contacter / Jean-Yves Le Dreff
+2 # Guest 03-05-2010 00:59
Article très intéressant, je me pose juste une question au sujet des 3500 prisonniers mentionnés dans les pertes anglaises. Vu de la suite des évènements, ces prisonniers ne seraient-ils pas plutôt français.
J’ai déjà eu l’occasion d’entrer en contact avec Mme Suzanne Reutt pour les magnifiques brochures éditées sur la ville de Diégo par l’Association Ambre dont j’ai pu faire profiter quelques anciens marins passés à Diégo. A ce sujet, je souhaiterais savoir si vous m’autorisez à recopier cet article, en citant les sources bien entendu, dans le forum d’anciens marins « cols bleus et pompons rouges » car tous n’ont la chance de pouvoir vous lire. D’avance, merci de me le préciser.
+3 # Guest 22-01-2011 14:44
Lorsque j'étais enfant (fin années 60 début 70), alors que Diego n'était pas encore aussi élargi et peuplé, on pouvait bien voir les nombreux chars d'assauts, camions et autres véhicules anglais laissés à l'abandon. Je me suis toujours demandé pourquoi des cimetières militaires, des anglais et ces véhicules. Je croyait que c'était les épaves revenues du Vietnam. Puis un jour, j'avais appris que le anglais et les japonnais voulait Diego; les Nazis planifiaient la conquête de Madagascar, pour en faire un camp d'extermination et que même par la suite on aurait proposé aux juifs de créer a Madagascar le premier état d'Israël. Je souhaiterai bien avoir encore plus de détails sur L’opération IRONCLAD. Y-a-t-il des ouvrages de référence sur cette guerre?
+1 # guizouarn Denise 28-04-2013 20:54
J'espère que Mr Jean-Paul Lorcet lira mon mail. Si il était à 22 ans sur le navire Oronsay en direction de l'Angleterre j'y étais aussi à la différence près que j'avais 2 mois. Je suis née le 19 mars 1942 et comme lui avec mes parents (mon père était ingénieur de marine) nous avons embarqué sur l'Oronsay. Le voyage a duré 40 jours. Je précise que ma soeur n'avait que 19 mois et à bord l'eau n'était fournie que durant une demi-heure. Nous avons eu beaucoup de chance d'arriver vivants car sauf erreur l'Oronsay naviguait sans escorte. J'ai toujours raconté à mes amies qu'à l'âge de 2 mois j'étais prisonnière des anglais !!!
Bien à vous
# Planchon 20-08-2013 18:22
Bonjour,
mon père était à Diego.
J'ai retracé dans un blog, ses souvenirs dont 1942 :
http://mesprisons.blogspot.fr/


cordialement
# Planchon 21-08-2013 12:05
Citation en provenance du commentaire précédent de :
Bonjour

Merci pour la rédaction de cet article sur Diego Suarez 1942; je me nomme Jean-Paul Lorcet et j'avais 22 ans quand les anglais se sont emparés de Diego. J'ai 90 ans aujourd'hui et cela m'a rappelé des souvenirs. Les anglais m'ont même ramené prisonnier en Angleterre sur le paquebot Oronsay. J'aimerais bien avoir des photos du cimetière de Diego et de l'arsenal où j'étais fourrier à Marine Madagascar.
Je serais très heureux que Suzanne Reutt rentre en relation avec moi si ce sujet l'intéresse. J'habite en France, à Pornic
et mon tel est le 0240829990
Merci encore pour ce moment inoubliable dans ma vie de marin



Bonjour,
pouvez vous prendre contact avec moi ?
mon père était à Diégo en 1942
J'ai retracé dans un blog, ses souvenirs dont 1942 :
mesprisons.blogspot.fr/
# Jean-Jacques FAUX 23-10-2013 08:23
Je suis actuellement à Diégo, et j'essaye de faire un inventaire des vestiges de cette époque. Le fort G de la Bétahitra est dans un bien triste état, il sert de latrines, on ne peut pas trop s'en approcher. Je n'ai pas encore pu me rendre au cimetière français car il est fermé la semaine, j'irai ce samedi, par contre le cimetière anglais est visitable, il est très bien entretenu.
# Attaque anglaiseRoche 25-04-2014 12:45
Bonjour
Le grand-père de mon épouse était à bord du d'Entrecasteaux lors de l'attaque anglaise en mai 1942. Blessé, il a été évacué sur la ville de Diego, puis dans un hôpital sud-africain. Ensuite il a été envoyé en Angleterre à bord de l'Oronsay pour rejoindre un camp de prisonniers dans lequel il est resté jusqu'à janvier 1943. Je suis intéressé par cette période et si Monsieur Lorcet consulte cette réponse - même plusieurs années après son post - je serais content d'échanger avec lui.
Thierry Roche
+1 # RE: LA GUERRE A DIEGO EN...1942Paul Ad Andrianantenaina 31-05-2014 23:39
Cet épisode de notre histoire a été détaillé par Colin Smith dans son livre "England's last war against France: fighting Vichy, 1940 - 1942". Traduçtion= la dernière guerre contre la France: combattre Vichy, 1940 - 1942. Comme quoi, même en Angleterre les Anglais sont aussi intéressés par ce sujet. Je suis en train de le traduire pour un besoin pédagogique et académique en vue de faire part du contenu à nos concitoyens (élèves, étudiants, enseignants, etc). Moi même, je suis très attaché à approfondir les événements de cette guerre a' Diego,
Merci pour ce devoir de mémoire ! Bonne continuation!
Paul Ad (GTI: Global Translation Institute certified),

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Jeudi
MD316/2317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 05h30
ANTSIRANANA 07h25 08h00
ANTANANARIVO 10h00
MD195/2316/317(AT7)
Arrivée Départ
REUNION 14h25
NOSY BE 15h10 16h10
ANTSIRANANA 16h45 17h20
ANTANANARIVO 19h20

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017