Retour haut de page
155 spécialistes de la santé bucco-dentaire provenant des quatre coins de la Grande île se sont retrouvés pendant deux jours à L’espace Mahefa à Antanamitarana
155 spécialistes de la santé bucco-dentaire provenant des quatre coins de la Grande île se sont retrouvés pendant deux jours à L’espace Mahefa à Antanamitarana

Même si les membres de l’ordre national des odonto-stomatologistes (ONOS) n’ont pu se rendre à Antsiranana, leur congrès national du 28 et 29 août a été productif car il a permis d’identifier les solutions aux problèmes soulevés

Rehausser la profession d’odonto-stomatologiste

L’espace Mahefa, Antanamitarana a accueilli pendant deux jours, 155 spécialistes de la santé bucco-dentaire provenant des quatre coins de la Grande île. Outre l’assemblée générale des membres de l’ordre, des informations professionnelles, des communications scientifiques, de l’exposition avec présentation de produits et des ateliers pratiques étaient au programme. Des conférences sur le code de santé, la bone mapping en implantologie, les innovations en traitements parodontaux ont vu les interventions respectives du Dr Isabelle Rabenanahary, le Dr Alain Razakatiana et le Pr Simon Alson Rakoto.

- Au moins six dents de beaucoup d’enfants malagasy de deux ans sont touchées par une carie. - Bon nombre des individus de plus de 40 ans ont perdus dix sur 28 dents   Dr Isabelle Rabenanahary,Présidente de l’ONOS

Le congrès national permet aux odonto-stomatologistes de discuter des conditions d’exercice de leur profession (éthique, salaire, innovation technologique…), mais interpelle aussi sur la situation bucco-dentaire à Madagascar. Du retard est constaté en matière de qualité des soins et de recours à la technologie. En implantologie, il n’existe que cinq spécialistes à Madagascar et les opérations ne se tiennent que deux fois par an. L’ONOS s’est résolu à tenir des formations de qualité pour tous les membres. Le renforcement du lien et de la solidarité entre les membres est également de mise.
Le thème choisi pour le congrès national 2015 était « Ensemble, rehaussons notre profession ». Un juriste et un magistrat étaient présents à cette rencontre des odonto-stomatologistes afin de discuter de la répression et de la poursuite à engager contre les gens qui se prétendent dentistes alors qu’ils n’ont pas été formés pour cela. Les participants au congrès ont par ailleurs discuté de l’amélioration à apporter aux textes réglementaires. Il a été décidé que le salaire minimum d’embauche d’un dentiste (dans le secteur privé) sera de 800 000 ariary par mois. Il appartiendra au conseil national de transmettre les résolutions prises durant ce congrès à l’exécutif.

Piètre santé bucco-dentaire de la population

Les 960 odonto-stomatologistes inscrits au tableau de l’ordre sont concentrés en villes. Les nouveaux diplômés ont du mal à se fournir le matériel et équipement nécessaire pour l’ouverture d’un cabinet dentaire. Même chose pour l’Etat qui n’investit pas pour la mise en place de services de soins dentaires dans les campagnes. « Ce n’est pas que la santé bucco-dentaire ne soit pas la priorité, mais Un système appelé de « concessionnaire » a été mis en place, mais les jeunes ne tiennent pas jusqu’à la deuxième année de l’accord, au bout de laquelle ils sont recrutés comme fonctionnaires de l’Etat. Les nouveaux diplômés sont embauchés par les Communes, mais le salaire ne suffit pas et les concessionnaires abandonnent. Outre la non-accessibilité de la majorité de la population au service de santé bucco-dentaire, les coûts des soins représentent aussi un obstacle de taille. Les patients ne consultent que lorsque la douleur est insupportable et que l’infection est bien avancée. Le Dr Isabelle Rabenanahary, présidente de l’ONOS avance qu’au moins six dents de beaucoup d’enfants malagasy de deux ans sont touchées par une carie. Bon nombre des individus de plus de 40 ans ont perdus dix sur 28 dents. Or, de la santé bucco-dentaire dépend d’autres organes tels que l’estomac et le cœur. Les coûts des soins dentaires sont si élevés car les produits sont importés. La précarité financière des foyers ne leur permet pas d’engager ces dépenses. Pour faciliter l’accès aux produits, les spécialistes de la santé bucco-dentaire ont envisagé lors de leur congrès national la mise en place à Madagascar d’un centre d’achat de produits dentaires.
■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Mercredi
MD314/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
SAMBAVA 07h30 08h05
ANTSIRANANA 08h50 09h25
ANTANANARIVO 11h25

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017