Retour haut de page


Ceux qui arrivent à Diégo Suarez pour la première fois sont toujours étonnés de voir ces hommes et parfois ces femmes aux joues gonflées. Ils s’assoient à l’ombre d’un arbre ou aux balcons, avec une bouteille d’eau glacée et une botte de khat dont ils mâchouillent les feuilles une par une.

On en fait une chique afin d’obtenir une boule dans la joue, l’eau est nécessaire pour lutter contre les tanins contenus dans les feuilles (provoquant une sécheresse de la bouche). Pour conserver leurs qualités stimulatrices, il faut les consommer rapidement après la cueillette soit dans les trois jours maximum.

 A Antsiranana, le khat arrive d’Antsalaka et d’Anjavy (Joffreville) à midi, vendeurs et consommateurs se précipitent sur la Rue Justin Bezara ou à Bazarikely pour acheter bottes et paquets de khat aux transporteurs-grossistes. Un vendeur achète 7 ou 8 paquets par jour qu’il redistribue en des bottes de cinq à six branches chacune. 2000 Ar, c’est le prix moyen d’une botte de khat. Selon Hassany, vendeur de khat, il obtient en moyenne un bénéfice de 4000 Ar pour chaque paquet et il parvient à vendre au moins cinq paquets par jour. Un revenu assez important qui permet à lui et à sa famille de vivre aisément. De mai à juillet, le khat coûte cher car la culture nécessite beaucoup plus d’attention, il n’y a pas assez de pluie et le Varatraza souffle fort.
Un consommateur de khat dépense en moyenne 2500 Ar par jour. Pour ceux qui ont un revenu assez important, 2500Ar n’est qu’une petite somme et tant que cela ne devienne une habitude et un besoin au quotidien, la famille peut tolérer. Mais pour les familles défavorisées, sans parler du temps perdu à la mastication, la consommation du khat alourdit les charges du ménage. Une mère nous confie : « Au lieu de nous apporter à manger, mon fils et mon mari préfèrent dépenser leurs argents en mâchouillant ces plantes vertes. Tous les jours, cela devient un sujet de dispute.»
Les conséquences au niveau socio-économiques sont considérables et même si le khat n’entraîne pas forcément une toxicomanie, on ne peut négliger ses effets sur la santé. Nous avons demandé l’avis d’un médecin pour cela. En fait, les alcaloïdes contenus dans cette plante agissent sur le corps comme les amphétamines, mais contrairement à ces derniers, leurs quantités ne peuvent présenter un danger immédiat pour l’organisme.
Après une heure de mastication, les alcaloïdes agissent sur le cerveau : euphorie, parole abondante…, les pupilles dilatées et le gonflement des vaisseaux sanguins montrent qu’il y a accélération du rythme cardiaque et hypertension artérielle. Pendant les 24 heures qui suivent la mastication, les médecins ont constaté d’autres effets : insomnie, syndrome dépressif, problème digestif…Donc les risques les plus graves qu’encourent les consommateurs (à long terme) sont une œsophagite, un dysfonctionnement sexuel et un accident cardio-vasculaire.
A Madagascar, la culture, la vente et la consommation de khat ne sont ni interdites ni légalisées par la loi. En 1977, l’Etat français a promulgué une loi interdisant la production et la commercialisation du khat dans l’ensemble de son territoire et ses possessions. Mais à cette période, la plupart des pays africains consommateurs de khat (dont Madagascar) ont déjà obtenu leurs indépendances. Malgré ses conséquences sur la santé et sur la société, la mastication du khat est déjà ancrée dans la Culture des Antsiranais. Et ne négligeons pas le fait que cet arbrisseau introduit il y a un siècle sur la grande île, fait vivre actuellement une centaine de personnes à Diego : cultivateurs, transporteurs et vendeurs.
V.M


Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Mardi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h10
ANTSIRANANA 08h05 08h40
ANTANANARIVO 10h40

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017