Retour haut de page
Depuis sa  retraite 1992, Rabialahy François dit Dadah Radaka gagne sa vie en chassant les grenouilles
Depuis sa retraite 1992, Rabialahy François dit Dadah Radaka gagne sa vie en chassant les grenouilles

Rabialahy François dit Dadah Radaka était militaire. A la retraite depuis 1992, il gagne sa vie en chassant les grenouilles. C’est par cette activité qu’il fait vivre son épouse et leurs huit enfants qui sont maintenant indépendants

Dadah Radaka a maintenant 70 ans. « J’ai commandé et été commandé pendant 35 ans et 6 mois. J’ai donc décidé de travailler seul pour mon compte ».

A Fianarantsoa, d’où il vient, Rabialahy François ne connaissait que les petites grenouilles appelées sahona. En 1975, alors qu’il faisait partie d’une mission à Ambilobe SIRAMA, un officier étranger a appris à lui et ses collègues comment cuisiner le radaka (la grenouille). C’est à l’époque que Dadah Radaka a commencé à manger et à savoir préparer l’animal pour la consommation. Connaissant bien les grenouilles Hoptolobatrachus tigerinus qu’il capture, Dadah Radaka avertit « il ne faut pas consommer la tête parce qu’il y a des organes en forme de billes qui sont un dangereux poison ».

Il ne faut pas consommer la tête parce qu’il y a des organes en forme de billes qui contiennent un dangereuxs poison  

Il capture les grenouilles pour ensuite les livrer aux restaurateurs d’Antsiranana. Dadah Radaka quitte son domicile de Mangarivotra à 14h. Il se rend habituellement à Anamakia, à Ampasira et Tanamarolahy. Dadah Radaka identifie son lieu de chasse et débute la capture à 21h pour ne s’arrêter qu’à 4h du matin. Il emporte avec lui ses outils de chasse : un trident et une bêche d’à peu près 35 cm. La bêche c’est dans le cas où il faut creuser et le trident pour capturer l’animal. D’après les explications du chasseur « il faut l’atteindre à la base de la tête et ne toucher surtout pas la colonne vertébrale car la grenouille en mourra tout de suite et il ne faut pas lui ôter la vie pour pouvoir la garder quelques jours en réserve ». Les grenouilles sont nombreuses après la pluie et lorsque l’eau baisse. Leur sortie se fait remarquer par le bruit qu’elles font. « Elles sont très bruyantes au mois de novembre, elles émettent des sons alors qu’elles sont encore dans leurs trous.

Photo : Fita
Photo : Fita

A la première pluie, les grenouilles sortent » dit Dadah Radaka. Pendant la saison de pluie, les grenouilles se capturent la nuit tandis qu’en automne elles sortent dans la journée. Elles se cachent dans les herbes et se nourrissent de différentes sortes d’insectes (scorpions, cafards, scolopendres…) et de vers. Les grenouilles préfèrent la boue à l’eau courante et ne supportent pas le vent (le Varatraza notamment). En saison sèche, il faut creuser pour atteindre les grenouilles. A cette période, elles atteignent le maximum de leur poids. D’après

Il faut de l’expérience pour connaitre l’endroit où elles se terrent. Elles sont généralement dans les berges et on sait qu’elles sont là parce qu’il y a des bulles sur la surface de l' eau  

Dadah Radaka, il suffit des cuisses de sept grenouilles pour faire un kilo.. « Il faut de l’expérience pour connaitre l’endroit où elles se terrent. Elles sont généralement dans les berges et on sait qu’elles sont là parce qu’il y a des bulles sur la surface de l’eau » explique le chasseur. Elles se terrent aussi près des racines de bambou et dans les canaux. C’est durant la saison de pluie, lorsqu’elles sortent de leurs terriers que les femelles pondent leurs milliards d’œuf sur l’eau. Cinq jours plus tard, les œufs éclosent. Pendant cette période, les grenouilles sont plus petites, il en faut 15 pour obtenir un kilo de cuisses.
D’après Dadah Radaka, les grenouilles sont de moins en moins nombreuses. « Des gens arrivent et remplissent des glacières pour les livrer aux restaurants d’autres régions. Je me souviens qu’en 1994, ici à Mangarivotra, on retrouvait de grosses grenouilles même dans les ruelles et allées. Maintenant il faut aller plus loin pour les trouver » affirme-t-il. Des grenouilles au repas… ce n’est pas encore dans les habitudes alimentaires des Antsiranais. Dadah Radaka soutient que jusqu’ici ce sont surtout les restaurateurs qui sont demandeurs. Il compte une dizaine de clients. Dans la journée du 2 février 2015, il leur a livré cinq kilos de cuisses de grenouilles à 7 000 ariary le kilo.


■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Lundi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
ANTSIRANANA 07h55 08h30
ANTANANARIVO 10h30

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017