Retour haut de page
« à l’heure actuelle, à Madagascar on peut jouir paisiblement des avoirs de la corruption »
« à l’heure actuelle, à Madagascar on peut jouir paisiblement des avoirs de la corruption »

Ces milliards qui constituent le budget de l’Etat chaque année sont-ils vraiment dépensés pour le bien du public ? Comment faire pour que tout citoyen puisse contrôler l’utilisation de cet argent ?

La difficulté voire l’impossibilité de répondre à ces questions pourrait expliquer le problème de développement de Madagascar. En effet, une utilisation ni suivie ni contrôlée de l’argent public donne libre voie aux détournements du fonds public, à la corruption et à l’endettement encore et toujours du pays. Jean-Louis Andriamifidy, directeur général du Bureau Anti-corruption a fait savoir, lors de la présentation de l’Indice de la Perception de la Corruption, Madagascar 2016, que le texte sur le recouvrement des avoirs frauduleux est à adopter au niveau du parlement. En effet, à l’heure actuelle, à Madagascar « on peut jouir paisiblement des avoirs de la corruption ». Le DG fait appel à la société civile et aux partenaires techniques pour que le texte soit adopté dans tout son contenu et son essence. Le DG, après l’adoption de deux textes : un portant sur la lutte contre la corruption elle-même et le second sur les pôles anti-corruption, affirme que le troisième texte « est le plus difficile à faire passer ». Lors d’un débat organisé par TIIM (Transparency International Initiative Madagascar) avec le CCOC (Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes) le 10 février à l’université d’Antananarivo sur le rôle de la société civile dans le suivi de l’utilisation de l’argent public, la question s’est posée sur ce qu’il est advenu de la direction chargée d’enquêter sur les cas d’enrichissements sans cause. D’un côté, des structures déjà en place ont été supprimées, alors que d’un autre côté, celles nouvellement installées ont leurs faiblesses.
La société civile malagasy milite depuis des années pour avoir son mot à dire dans l’établissement du budget de l’Etat en tant que porte-parole du peuple et des citoyens. Outre le fait que le peuple soit le propriétaire, dans un langage profane certes, de l’argent, il est évident qu’il ait un droit de regard sur la destination et l’utilisation de ce budget. Ce qui implique, du côté des dirigeants chargés de son exécution, de la transparence et de la redevabilité. La société civile peut intervenir dans les quatre phases du processus budgétaire. Son intervention dans ce processus lui permet de savoir si le gouvernement prévoit d’utiliser l’argent conformément aux politiques publiques fixées, s’il prévoit d’utiliser l’argent pour le développement inclusif et si l’argent a été utilisé conformément au budget fixé. Hony Radert, membre du CCOC annonce que d’année en année, la société civile évolue dans sa lutte pour la tenue d’une pré-conférence dans l’élaboration de la loi de finances, pour que la société civile puisse se faire entendre dans la répartition du budget.

Vers la mise en place d’un observatoire indépendant des marchés publics

Le système de contrôle actuellement fonctionnel connaît des lacunes. Le doyen de la faculté de Droit, d’Economie, de Gestion et de Sociologie de l’université d’Antananarivo soulève un problème au niveau du contrôle législatif puisque les membres du parlement eux-mêmes sont réticents dès qu’il s’agit pour eux de rapporter et d’informer sur l’argent qu’ils utilisent et perçoivent. Nul ne sait avec exactitude, quel est le montant total de leurs indemnités et traitements. Comment les parlementaires vont-ils donc contrôler le gouvernement ? De plus, bon nombre de ces parlementaires ne savent pas comment lire un budget. Leur compréhension des arguments justifiant les montants attribués à chaque ministère lors de l’adoption de la loi de finances est douteuse. Le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes (CCOC) dénoncent une mauvaise, et malhonnête, répartition de l’enveloppe 2017. Sur le plan international, Madagascar s’est engagé à consacrer 15 % de son budget à la santé et 20 % à l’éducation. En réalité et suivant la loi de finances 2017, moins de 10 % du budget est alloué à la santé et seulement 6 % à l’éducation. Pour ce qui est du suivi interne, les organismes existants manquent d’indépendance, de pouvoir réel et de moyens. Faute de moyens, la commission nationale des marchés n’a pu traiter que 20 % des marchés publics en 2016. Au niveau du SAMFIN (service de renseignement financier), 3 sur 130 des dossiers transmis par ce service ont été saisis par la Justice. La société civile avec Transparency International Initiative Madagascar œuvrent maintenant à la mise en place d’un observatoire indépendant des marchés publics qui devrait être opérationnel à partir de 2017.
■V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

    Météo

  • Jeudi
    23 Mars
    Clair
    Max : 32°
    Min : 23°
    Vent : ESE (123°) - 19km/h
  • Vendredi
    24 Mars
    Orage
    Max : 31°
    Min : 23°
    Vent : SE (135°) - 16km/h
  • Samedi
    25 Mars
    Risque d'orage
    Max : 32°
    Min : 22°
    Vent : SSE (160°) - 11km/h
  • Dimanche
    26 Mars
    Risque d'orage
    Max : 33°
    Min : 23°
    Vent : SSE (151°) - 6km/h

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

 Recherche commerciaux (H/F)

BRICODIS Antsiranana recherche : Commerciaux (H/F) Expérience exigée Disponibles pour des déplacements dans le Nord CV à déposer au magasin (en...

 A vendre Hyundai H200

Hyundai H200, turbo intercooler, occasion de Belgique, modèle n°1,12 plcs

 Achète télé

neuve ou occasion très bon état payé en Ariary

 Recherche location commerce

bonjour,je suis a la recherche d'un bar a louer avec minimum oune terasse a diego!je me deplace de france sur diego le 12fevrier2017 jusque...

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°180 en PDF
N°180
Semaines du 15 au 28 mars 2017
Télécharger
La Une : Cyclone Enawo : Un bilan très lourd en raison du manque d’anticipation
Bonne gouvernance : L’insuffisance de la rémunération des élus ne justifie pas l’inefficacité
Les premières années de Diego Suarez - Faire du tourisme à Diego Suarez au début des années 20’ (3)
Dossier : Sport au féminin : Ces sportives qui portent hauts les couleurs de la Grande île
Jeudi
MD316/2317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 05h30
ANTSIRANANA 07h25 08h00
ANTANANARIVO 10h00
MD195/2316/317(AT7)
Arrivée Départ
REUNION 14h25
NOSY BE 15h10 16h10
ANTSIRANANA 16h45 17h20
ANTANANARIVO 19h20

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017