Retour haut de page
Syndicalisme à Madagascar
Syndicalisme à Madagascar

A Madagascar, d’après les données disponibles, le taux de syndicalisation n’atteint pas les 10 %. Les travailleurs n’intègrent les syndicats que lorsque leur emploi est menacé ou lorsqu’ils sont victimes d’actes d’injustice dans leur lieu de travail. «  Il faut que cela change » affirment les syndicalistes

Le syndicat permet à tout travailleur d’être informé de ses droits. Nombreux sont les travailleurs malagasy, employés, qui ne connaissent pas le contenu du code du travail, qui sont victimes d’abus sans le savoir. FISEMARE (Firaisamben'ny sendikan'ny mpiasa malagasy revolisionera) qui regroupe les syndicats malagasy révolutionnaires, rapporte de nombreux cas dont les manifestations sont très diversifiées. Des femmes enceintes transportant de lourdes marchandises, des cotisations soustraites du salaire, mais qui ne sont pas versées à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNAPS), des travailleurs de nuit qui ne sortent de leur travail à 23 heures alors qu’aucun véhicule n’est mis à leur disposition… Lorsque des abus ou violations des règles se manifestent, les travailleurs veulent défendre leurs droits, mais ils n’ont confiance qu’en eux-mêmes, «  ils se confiaient auparavant à l’Etat, mais la corruption a fait que les travailleurs ne veulent plus s’adresser à lui. Lorsqu’ils ne savent plus où aller, ils s’adressent en dernier lieu aux syndicats ». Bien des différends sont pourtant évitables lorsque les employeurs savent que leurs employés connaissent bien leurs droits et devoirs.
En concentrant les efforts sur les questions de l’emploi et de la viabilité des activités avec les administrateurs et propriétaires des industries, les syndicats contribuent au développement durable. En Europe, «  une articulation des positions syndicales avec celles des institutions a conduit à des réglementations spécifiques de l’Union européenne » relate la revue «  Projet ». Le secrétaire général du SEKRIMA (Sendikà Kristiana Malagasy), Rémi Henri Botoudirelate aussi l’expérience sud-africaine dont la force syndicale a conduit à un réel essor et qui a mené à la progression économique du pays. Les travailleurs se sentent directement impliqués dans le fonctionnement des industries pour lesquelles ils travaillent. Cela nécessite néanmoins un effort de la part des industriels qui doivent adopter un autre mode de management et non un management esclavagiste qui ne vise qu’à faire le maximum de profits.
Les syndicats malagasy sont par ailleurs convaincus et défendent l’idée que l’existence d’un tissu industriel permet le développement économique. Le secteur tertiaire est submergé par les informels et ne rapporte que très peu pour l’économie puisque les emplois créés ne sont pas productifs. Le secteur primaire, bien qu’il occupe près de 80 % des actifs a une très faible productivité (27 % du PIB). Les industries permettent la structuration pour des emplois décents : un emploi sécurisé, avec une protection sociale et offrant un espace de concertation entre les employeurs, les employés et l’Etat. De plus, employés et employeurs peuvent s’organiser et se projeter sur le long terme : gestion de carrière des travailleurs, un moyen de valoriser les acquis (hors établissements de formation ou universitaires), transformation de produits donc plus de valeurs ajoutées… Rémi Henri Botoudi avance que l’idéal à Madagascar, pour le moment, serait la mise en place d’un guichet unique où les travailleurs pourraient obtenir des renseignements sur leurs droits et être informés des opportunités qui pourraient se présenter à eux selon leurs expériences et leurs qualifications.
■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Lundi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
ANTSIRANANA 07h55 08h30
ANTANANARIVO 10h30

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2017