Retour haut de page

Casseur de pierres : le problème du travail des enfants à Madagascar
Le concassage de pierres pour en faire des graviers est une activité économique pour les plus défavorisés, à laquelle participent de nombreux enfants. Entre l’hôpital psychiatrique et la barrière de l’Université, sept familles cassent les pierres à la demande des clients. Reportage

 Cette partie de la ville de Diego Suarez intéresse les casseurs de pierre car les constructions en dur sont de plus en plus nombreuses et les pierres ne sont pas difficiles à trouver.

Père et/ou mère sont accompagnés de leurs enfants. Non seulement, les enfants aident leurs parents, mais ils travaillent dans de rudes conditions (6 heures de travail au minimum par jour, pour ceux qui ne vont pas à l’école, à l’abri seulement d’un arbre pour se protéger du soleil). Casser les pierres nécessite de la force, il faut casser les plus grandes en nombreux morceaux, puis transformer ces morceaux en gravillons. Ces enfants ayant toujours vécu dans la misère ne se plaignent pas de leur situation, ils considèrent que c’est normal d’aider les parents. Ces enfants, dont la plupart sont des garçons ont entre 8 et 14 ans.

Quand son fils aîné, âgé de 12 ans ne va pas en classe, il l’aide à remonter les pierres de la plage, puis à les casser sur le bord de la route

Une mère de famille avec ses deux garçons ont particulièrement attiré notre attention. Ayant perdu son mari récemment dans un accident de voiture, Higène originaire de Vangaindrano est obligée de subvenir seule aux besoins de sa famille. Cela fait maintenant un an qu’elle casse les pierres.

Quand son fils aîné, âgé de 12 ans ne va pas en classe, il l’aide à remonter les pierres de la plage, puis à les casser sur le bord de la route. Pour cela, ils n’ont que des marteaux et une grosse pierre qui sert d’appui comme outils de travail. Ils vendent les gravillons à 1000 Ariary le daba (à peu près un seau de 5l), à 800 quand les acheteurs discutent le prix. Un daba de gravillons équivaut à au moins deux heures de travail (pour une femme). En une journée, Higène, si elle est aidée par son fils, parvient à avoir 3 ou 3 et demi de daba de gravillons. Quand les maçons ont besoin de gravillons, ils achètent 5 à 10 daba.

Higène casse les pierres de 8 heures à 17 heures, sans pause ou petite sieste soit 9 heures de travail. Quand elle est fatiguée ou lorsqu’elle tombe malade, elle s’arrête un peu « plus tôt », c’est-à-dire à 15 ou 16 heures. Elle nous explique : « Je ne veux pas m’arrêter car on ne sait jamais, imaginez que quelqu’un veuille acheter de nombreux daba et qu’il les veut tout de suite. Je ne m’interromps de travailler que pour déjeuner, juste après je continue». Il faut aussi avoir du stock. Ce qui fait qu’Higène ne peut faire d’autre travail.

La terre qu’elle utilise et la petite caravane qui leur servent, à elle et ses fils, de domicile sont la propriété d’un vazaha. Il a bien voulu qu’elle utilise le terrain tant qu’il n’en a pas besoin.

L’été est la période de l’année la plus rude à passer pour les casseurs de pierre, les acheteurs sont rares. Pour Higène, il lui est difficile de faire des projets pour l’avenir, d’avoir des rêves. Elle nous dit qu’elle se préoccupe chaque jour de ce qu’elle et ses fils vont manger le lendemain. Elle prie Zanahary pour qu’elle puisse trouver chaque jour de l’argent pour le riz.
En ce qui concerne les contrôles de l’Administration, Higène nous dit qu’elle n’a jamais eu de problème jusqu’à ce jour. Ses amis et voisins, du même emploi, lui ont dit un jour qu’ils auront à payer prochainement une taxe. Elle a du mal à envisager comment réussirait-elle à la payer, puisqu’elle a déjà du mal avec les besoins de sa famille.
■V.M.

 

Commentaires   

+2 # Guest 31-03-2011 13:26
les casseurs et casseuses de pierres: voilà la preuve de l’échec totale de nos administrant. TOUS! TOUS! TOUS! Lorsqu'on les aperçoit passer en 4*4 à proximité, célébrant/"bouf fonnant" leurs ascension sociale. Ils/elles ont vite oubliés que ces pauvres, font parti de leurs familles - proche ou éloigné; que ces gosses sont l'avenir de la région. Ce spectacle est à vo-mir!

(...Je suis en forme aujourd'hui, on dirait)
# Guest 06-07-2011 14:27
Questo sito è incredibile. grazie per la condivisione.

  
Penso di fare affidamento sul tuo sito, ragazzi.casino onlinebien.

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Diego Immo

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Vendredi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 14h35
ANTSIRANANA 16h30 17h05
ANTANANARIVO 19h05

Tous les horaires

La Vahinée
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018