Retour haut de page
4 800 élèves étaient appelés pour l'examen du CEPE à Antsiranana I et II
4 800 élèves étaient appelés pour l'examen du CEPE à Antsiranana I et II

Aucun incident ou problème technique majeur n'a perturbé le déroulement des examens officiels du Certificat d'Etudes Primaires Elémentaires (CEPE) à Antsiranana I. Ils étaient près de 4 800 élèves d'une moyenne d'âge de dix ans à passer cet examen dans les deux districts d'Antsiranana I et II

La correction a commencé le mercredi 17 juillet au lycée mixte. Douze instituteurs s'attèlent aux feuilles de copie d'une matière, 23 pour la correction du français et 21 pour le malagasy. D'après la chef de la Circonscription Scolaire d'Antsiranana I, les résultats devraient être sortis avant que ne commencent les examens écrits pour le BEPC ou Brevet d'Etudes de Premier Cycle, mais a avancé la possibilité que les résultats puissent être prêts dès ce week-end.

La plupart des élèves, sortis de leur salle d'examen et que nous avons rencontrés sont confiants. « J'ai eu quelques difficultés en SVT (Sciences de la Vie et de la Terre), mais je crois que je vais réussir » nous dit Patrick, dix ans et qui voudrait bien devenir chirurgien. Sa mère qui l'a attendu au centre d'examen toute la journée a elle aussi confiance, parlant de son fils comme d'un enfant studieux et sérieux. Dans tout Madagascar, ils étaient près de 500 000 à passer le CEPE ou Certificat d'études primaires élémentaires. Les examens se sont déroulés sans encombre dans toute l'île. A Antsiranana I et II, les centres d'examen étaient hautement sécurisés. Pour Diego I, le centre CEG PK3 regroupait 1 781 élèves et 68 surveillants et le CEG François de Mahy accueillait 814 élèves et 28 surveillants. Parmi ces plus de 2 500 élèves, le plus jeune est âgé d'à peine 7 ans et le plus âgé de 17 ans. En revanche, vingt neuf candidats ne se sont pas présentés lors de cette journée d'examen. Dans le district d'Antsiranana II, les 2 269 candidats étaient repartis dans 12 centres d'examen.
Il faut dire que même si l'année scolaire 2012-2013 n'a pas été perturbée par des grèves des enseignants comme lors de la précédente année, de nombreuses difficultés se sont tout de même faites ressentir. Les subventions ne sont pas parvenues aux écoles primaires publiques à temps, d'où le retard dans le paiement des salaires. La rémunération accordée aux enseignants FRAM (payés par les associations de parents d'élèves) est loin d'être suffisante. Le salaire varie de 30 000 à 50 000 Ariary, d'autres ne sont même pas payés et n'ont que pour seule espérance d'être recrutés définitivement. Pour ces différentes raisons, les instituteurs pratiquent des activités secondaires. Les enseignants chargés de la correction de l'examen du CEPE en 2012 n'ont toujours pas reçu leur vacation. Les responsables régionaux de l'Education Nationale estiment que les grèves du syndicat (SEMPAMA) de l'année dernière ont rendus indisciplinés les enseignants. Ils admettent cependant que l'éducation tend de plus en plus à être négligée en cette période de crise. Dans le district d'Antsiranana II, 80% des enseignants ne sont pas fonctionnaires.

■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019