Retour haut de page
 Ces changements des noms sont dus à une volonté des institutions et des familles des défunts d’honorer ces hommes et ces femmes qui ont fait l’histoire d’Antsiranana
Ces changements des noms sont dus à une volonté des institutions et des familles des défunts d’honorer ces hommes et ces femmes qui ont fait l’histoire d’Antsiranana

Quelques rues de la ville d’Antsiranana changent de noms. Une volonté des institutions et des familles des défunts d’honorer ces hommes et ces femmes qui ont fait l’histoire d’Antsiranana.

Le conseil municipal, en délibération donne son accord pour de nouvelles dénominations de rues. Une décision qui prend la suite des changements de noms de deux rues de la ville (rue la Fayette et rue Point six) ainsi que de deux boulevards et une avenue : le boulevard Etienne étant appelé depuis la fin de l’année dernière boulevard Francis Sautron et le boulevard Maginot porte dorénavant le nom de Zasy Lucien. L’avenue Lally Tollendal devient Jeanne Befatoma, du nom de la première dame institutrice originaire d’Antsiranana.

Le président du Conseil Municipal, Rajemison Jean Réné explique que si certaines rues peuvent être renommées, les noms d’autres personnalités, même si elles sont de nationalité étrangère ne peuvent être dissociés de la ville d’Antsiranana, il en est ainsi de la rue Le Myre de Villers ou de l’avenue Jean Laborde.
Lors de la réunion extraordinaire du 10 avril, le conseil municipal a répondu à cinq demandes de changements de noms de rues aux noms de personnes ayant marqué l’histoire d’Antsiranana. Les boulevards Bazeilles, Sylvain Roux, l’avenue Surcouf et la rue de La Marne changent de noms.
La rue allant du croisement Y Morafeno passant devant la Maison Généralice et la chapelle où se repose Monseigneur Jean Wolff porte maintenant le nom de ce premier Archevêque de Diego Suarez. Une descente a été effectuée le 11 avril pour déterminer l’aboutissement de la rue. C’est la Congrégation des Sœurs du Cœur Immaculé de Marie de Diego Suarez qui a fait la demande. Monseigneur Jean Wolff est en effet le fondateur de cette congrégation.
Une autre demande a été faite par le fils de Mahamodo Mohajy, ce dernier était président du comité exécutif du fivondronam-pokontany d’Antsiranana I de 1983 à 1985. Le boulevard Bazeilles est désormais appelé boulevard Mahamodo Mohajy. L’avenue Surcouf quant à elle devient avenue Dr Sylvain, du nom de l’un des premiers gynécologue et pédiatre de la ville de Diego Suarez, sur la demande de sa famille : son épouse et ses enfants. Personnalité très connue aussi du milieu sportif et politique.
L’Eglise Catholique Romaine, par l’archidiocèse d’Antsiranana a fait sa demande le 17 février pour renommer la rue de la Marne. La cathédrale Sacré-Cœur étant le lieu de repos du Monseigneur Albert J. Tsiahoana, l’ECAR a demandé à ce que cette rue porte son nom. Demande accordée aussi par le conseil municipal lors de la délibération du 10 avril tout comme la demande faite par la fille du premier maire malagasy, de la ville d’Antsiranana. Le boulevard Sylvain Roux s’appelle donc désormais boulevard Rakoto Emile.

Plan : les rues qui changent des noms
A : Dr Sylvain

L’avenue Dr Sylvainauparavant avenue Surcouf, passe entre Mad’auto, Air Mad et le restaurant Le Venilla, l’Arbre du voyageur. Elle joint l’avenue Lally Tollendal, au rond point, à la Place de l’Indépendance. Le Dr Sylvain était médecin généraliste, spécialisé en gynécologie, obstétrie, pédiatrie et en petite chirurgie. Il était aussi homme politique, secrétaire fédéral du Parti Social Démocrate sous le régime du Président de la République Philibert Tsiranana. Le Dr Sylvain est né le 20 juin 1924 à Avaradrova Morondava et décédé à l’âge de 67 ans à Diego Suarez le 28 septembre 1991. Il a fait ses études primaires et secondaires à l’école officielle de Morondava et de 1941 à 1944 à l’école Le Myr de Villers à Antananarivo. Il suit des études en médecine humaine à Befelatanana de 1944 à 1952. Son parcours professionnel débute à l’hôpital Befelatanana Antananarivo où il est gynécologue et formateur des sages-femmes. De 1955 à 1957, il est gynécologue et pédiatre à l’hôpital principal et au dispensaire de Diego Suarez, il est d’ailleurs le premier à exercer cette fonction dans la Capitale du nord de Madagascar. En 1957, il est médecin à l’hôpital d’Ambanja et de 1958 à 1959, il occupe le même poste, mais à l’hôpital d’Antsirabe Nord Vohémar. De 1960 à 1962, il est médecin libre à Diego Suarez. Puis à l’ouverture du Service Médical Inter-entreprises de Diego Suarez, il en devient le premier médecin (août 1962 à 1968). En 1968, il crée son propre cabinet médical, rue Montcalm Bazarikely où il exerce jusqu’en 1991. Sur la plan politique, il était membre et conseiller du PSD à Antsirabe nord (1958 à 1960) et obtient la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mérite, secrétaire général du PSD de 1960 à 1968. En 1961, il est directeur du comité d’organisation pour la visite officielle du Général De Gaulle, Président de la République française, à la maison des hôtes à Diego Suarez. En 1969, il crée le parti politique Bemiray et se présente candidat à la mairie de Diego Suarez. De 1951 à 1955, il a enseigné la danse de salon à Antananarivo. Membre du Rotary Club de Diego Suarez de 1963 à 1968. Membre coordonateur et donateur de la Croix Rouge Malagasy de 1961 à 1965. Président et entraineur de l’équipe de football « Kohinoor Sporting Club » qui en 1964 est la première équipe du nord à être finaliste au championnat de Madagascar. A partir de 1968, il devient le président d’honneur du Kohinoor. De 1968 à 1972, il est conférencier dans le domaine médical, il intervient sur des sujets tels que : les maladies sexuellement transmissibles, la contraception, le cancer… Un ouvrage sur la chimie a été édité en 1969, il a écrit « Ses Mémoires de Prison » en 1972, son livre médical « Les antibiotiques » est édité en 1975. A Antsiranana, il est le premier décoré du Chevalier de l’Ordre Nationale, décerné par le Président de la République, Philibert Tsiranana en 1958.

B : Mahamodo Mohajy

Mahamodo Mohajy était un homme politique, membre du PSD, Parti Social Démocrate. Il était le président du Fivondronana Antsiranana I de 1983 à 1985. Sous la deuxième République, les communes sont devenues Fivondronam-pokontany. Il a fait ses études à l’Ecole Normale Le Myr des Villers Antananarivo. De 1952 à 1954, il était instituteur à l’Ecole Primaire Publique d’Anamakia, puis à l’EPP Avenue Pasteur. De 1956 à 1959, il était directeur de l’EPP Lally Tollendal, ensuite de l’EPP Lavigerie et en 1964, il est directeur de l’école primaire Labigorne. Après avoir exercé la fonction d’économe à l’école normale de Joffreville de 1968 à 1970, il est nommé directeur de cabinet du ministère du Travail et des Lois Sociales de 1970 à 1972. De la fin de l’année 1974 à 1978, il est intendant universitaire à l’UNA. Il est membre de plusieurs associations dont l’Ankarabe duquel il était président. De son vivant, à chaque Tsangatsaigny (rite royal chez les Antankarana), il était parmi les princes Zafimagnahery, transportant le mât royal au village d’Ambatoharanana.

C : Mon.eur Albert J. Tsiahoana

Albert Joseph Tsiahoana est né le 3 août 1927 à Toamasina. Il est baptisé le 11 oût 1927 à l’église Saint-Joseph de Toamasina et confirmé à Fénérive-est le 22 septembre 1937 par Monseigneur Fortineau. Il fait ses études primaires à Fénérive-est de mars 1934 à septembre 1941. Il effectue ses études secondaires au petit séminaire d’Ambohipo de 1941 à 1947. D’octobre 1947 à juillet 1950, il fait des études de Philosophie au Grand Séminaire d’Ambatoroka et de 1950 à 1952, il suit un stage de régence à Diego Suarez. Il poursuit ses études théologiques au Grand Séminaire d’Ambatoroka de 1952 à 1956. Il est diplômé des Etudes Sociales à l’institut catholique de Lille, France. Le 7 août 1957, il reçoit le sous-diaconat bien d’usage à l’époque et le Diaconat le 17 mars 1956 à Antananarivo. C’est Mgr Jean Wolff qui l’ordonne prêtre le 26 août 1956. Il est Vicaire de Maroantsetra du 30 septembre 1956 au 17 août 1960. Après une année d’études en France, il devient aumônier d’action catholique à Diego Suarez (novembre 1961 à mars 1964). Le 16 mars 1964, il est nommé Evêque auxiliaire de Diego Suarez et sacré le 14 juin 1964. Il est nommé Archevêque de Diego Suarez le 13 avril 1967, succédant ainsi au Mgr Jean Wolff. Il est Archevêque de Diego Suarez de 1967 à 1998. Devenu Archevêque émérite, il réside à Fénérive-est à partir de 1998. Mgr Albert Joseph Tsiahoana est décoré de la Grande Croix de 2ème classe de l’Ordre National malgache.

D : Monseigneur Jean Wolff

André Marie Jean Wolff est né à Trogues, France. Il est ordonné prêtre le 22 juillet 1928 à Poitiers après avoir ses études en théologie au séminaire français de Rome dirigé par les Spiritains. De 1928-1930 il est vicaire à Saint Maurice. Le 8 septembre 1930 il entre au noviciat des pères spiritains à Orly. Jean Wolff est Spiritain à 26 ans. Le 25 octobre 1932, il arrive à Madagascar, à Diego Suarez après 20 jours de voyage en bateau. Il a travaillé pendant deux ans à Vohémar, puis désigné curé à la mission de Sambava. Quelques jeunes femmes de régions rurales manifestèrent le souhait d’entrer dans les ordres. Il était à Sambava lorsque le Pape Pie XII le désigne vicaire apostolique de Mahajanga le 8 juillet 1941, c’est le père Guillot qui fut alors chargé de la préparation des aspirantes religieuses qui souhaitaient entrer dans l’ordre. En 1947, Monseigneur Jean Wolff est nommé vicaire apostolique de Diego Suarez succédant au Monseigneur Fortineau, il est évêque depuis 1955 car tous les vicariats de Madagascar deviennent diocèses. Ainsi, Monseigneur Jean Wolff est le premier évêque du diocèse d’Antsiranana. Il est sacré archevêque de Diego Suarez le 19 août 1956. A chaque tournée, ils rencontrent d’autres jeunes femmes qui désirent entrer dans l’ordre. Il a pris la décision de créer une congrégation de religieuses avec l’appui de la congrégation des Sœurs Salésiennes Missionnaires de Marie Immaculée qui reçoivent les jeunes aspirantes reigieuses. Ambilobe est le lieu choisi pour la formation. Le 3 septembre 1948, huit jeunes femmes rejoignent les sœurs salésiennes, trois de Sambava, quatre d’Andapa et une autre d’Ambilobe. Le Juvénat est ouvert dès cette année 1948 et chaque année, l’effectif ne cesse de s’accroître. Tiré du livre Tantaran’ny Fikambanan’ny Masera Fo Madion’i Marian’i Diego Suarez, page 2-5

E : Rakoto Emile

Le boulevard Rakoto Emile, Sylvain Roux auparavant, débute au rond point de la rue Dr Syedna Mohamed Burhanuddin, allant du casino Tropical, passant par la place de l’Indépendance puis devant le centre de santé de niveau II (dispensaire) et rejoignant la place du 13 mai (devant la station Galana). Rakoto Emile est né à Imerimandroso Ambatondrazaka le 12 février 1905 et décédé au mois de juillet 1984. Il était contrôleur des domaines et maire de Diego Suarez de 1965 à 1969. Il a fait ses études primaires et secondaires à l’école officielle d’Ambatondrazaka, puis effectue sa formation à l’école Le Myr des Villers. Sur le plan professionnel, il était commis des Domaines à Antananarivo puis à Mahajanga. Il était ensuite contrôleur des Domaines à Nosy Be Hell-ville avant d’être affecté à Diego Suarez. Il était membre et conseiller fédéral du PSD, directeur de cabinet du chef de la Province de Diego Suarez. Il est élu maire de la Commune Urbaine de Diego Suarez en 1965 (occupe cette fonction jusqu’à 1969). C’est pendant son mandat qu’a été construit par la CUDS le bâtiment « Justine Tsiranana », occupé maintenant par la FIP (Force d’Intervention de la Police), le hall d’information à Tanambao Tsena et le bâtiment où est installé le foyer des jeunes près du palais du Faritany. Il y a eu par ailleurs, aménagement du rond point de la Place de l’Indépendance, les rues sage-femme Solomanjary et Père Foucault ont été goudronnées. Sur le plan social, Rakoto Emile était président du club de football « Union sportive des fonctionnaires», diacre et loholona à l’église FJKM Antseranana Fahazavana et fondateur de l’association des originaires de la région Alaotra FIZALAOTRA.

■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019