Retour haut de page
Le CEFTEL d’Antsiranana sera constitué du centre de formation, d’un centre d’application et de reproduction. Ce CEFTEL installé à Antanamitarana est le 5ème de tout Madagascar à réhabiliter.
Le CEFTEL d’Antsiranana sera constitué du centre de formation, d’un centre d’application et de reproduction. Ce CEFTEL installé à Antanamitarana est le 5ème de tout Madagascar à réhabiliter.

Remettre les infrastructures à l’état de fonctionnement avant la fin de l’année est l’objectif du ministère de l’élevage et de la protection animale. Le centre de formation installé à Antanamitarana, Antsiranana II a fermé ses portes en 1998, il est maintenant au cœur d’un litige foncier

La mauvaise gestion en cause

Le CEFTEL est installé sur un terrain de 45,4 ha. De 1977 à 1983, le gouvernement et le peuple malgache ont obtenu une assistance technique en matière d’élevage de la part de la coopération japonaise. Avant que le programme ne s’achève, la coopération a mis en place des infrastructures pour la formation des éleveurs. La construction a été achevée en 1981. Des centaines d’éleveurs ont bénéficié de la formation qui y était prodiguée, s’agissant notamment de techniques d’élevage performantes. D’après Raheliarisoa Jeanne Pâquerette, directrice régionale de l’élevage et de la protection animale, ces techniques étaient vulgarisées à travers les régions DIANA, SAVA et la Sofia. Les activités du centre lui permettaient de s’autofinancer. Il produisait de la provende destinée au commerce et à l’alimentation des animaux qui y étaient élevés. Il vendait également des produits locaux, louait des matériels agricoles et effectuait même des forages de puits. Cependant, la situation était loin de ressembler à l’époque des Japonais. Le centre ne disposant plus de budget de fonctionnement, il a mis la clé sous la porte en 1998. Le lieu a été mis sous location-gérance. Tiko Farm ainsi que la MBS radio et télévision s’y sont installés de 2000 à 2009. Le lieu a été laissé à l’abandon durant la crise de 2009-2013. Les câbles des poteaux de la JIRAMA ont même disparu.

Litige foncier

L’association VAMIMA a demandé à occuper une partie du terrain, ses membres étant dans le besoin. 17 ha lui furent accordés, seulement la squattérisation du terrain s’est étendue et touche la partie nord du terrain du CEFTEL. D’après la chef du service des domaines d’Antsiranana, 29 ha font l’objet de litige foncier à quatre parties qui se font opposition : les associations VAMIMA et Taminga, la société Tiko ainsi que des particuliers dénommés Ratombo et Consorts. La chef du service des domaines souligne que le dossier est actuellement au niveau de la direction générale du département auquel est attaché son service. La directrice régionale de l’élevage et de la protection animale, de son côté avance que la décision accordant la remise du terrain à l’État a été prise en conseil du gouvernement en avril 2013. Quoi qu’il en soit, le ministre, Randriamampionina Joseph Martin insiste « nous n’avons plus rien à attendre, ce terrain appartient à l’État , le CEFTEL ouvrira ses portes ».

Réouverture du CEFTEL

Le CEFTEL d’Antsiranana sera constitué du centre de formation, d’un centre d’application et de reproduction. Ce CEFTEL installé à Antanamitarana est le 5ème de tout Madagascar à réhabiliter. Il est doté de dortoirs pouvant accueillir 32 personnes, d’un laboratoire, d’un atelier mécanique avec garage, stockage de foin d’une capacité de 100 tonnes…
Le ministre de l’élevage et de la protection animale, accompagné du secrétaire général du ministère ainsi que du DG des affaires générales ont effectué une visite samedi 13 septembre pour évaluer la situation. Les infrastructures nécessitent des travaux de réhabilitation qui sont « faisables avant la fin de l’année » comme l’indique le ministre. L’adduction d’eau est un tout autre problème car le système appliqué auparavant pour l’approvisionnement a été modifié suivant le besoin croissant de la population d’Antsiranana. Selon les techniciens du ministère, des puits ou un barrage de retenue sur la rivière des caïmans seraient envisageables.
Cette descente effectuée par le ministre sera suivie d’un état des lieux et d’une étude approfondie.

■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021