Retour haut de page

GRAND ANGLE

Doit-on avoir peur des Foroches?

Les autorités d’Antsiranana ont laissé la population s’exprimer sur les Foroches.

Certains veulent une justice expéditive, d’autres invoquent la responsabilité des

parents. Au port, au bazar, à l’abattoir, le travail des enfants sera poursuivi...


L’appel à l’aide d’une mère qui a interpellé les autorités sur sa situation a résonné avec une grande émotion mercredi 20 janvier dans le hall de la mairie, où la population avait été invitée à débattre du problème des bandes de Foroches à Antsiranana. «Que dois-je faire ?» suppliait cette mère de 12 enfants devant une assemblée nombreuses, «l’un de mes fils est en prison et lorsque je lui ai apporté de la nourriture, il m’a dit: quand je sortirai, je vous abattrai tous!». Le grand hall de la mairie était plein à craquer en ce mercredi matin, prouvant la profonde inquiétude que suscite la multiplication de bandes d’enfants entre 10 et 16 ans dans la ville. Si personne ne sait très bien combien ils sont, il est clair que certains quartiers sont particulièrement touchés: l’abattoir, le port, le bazar Kely, Tanambao V, Lazaret, Tanambao Tsena... Dans chacun de ces quartiers, les bandes comptent une quinzaine d’enfants qui n’hésitent pas à initimider, voler, violenter les passants ou le quartier et même à élaborer de véritables stratégies d’attaques, en se divisant en petits groupes pour mieux prendre leurs victimes en étau... Ce phénomène n’est pas nouveau à Antsiranana, mais il semble que la crise politique l’ait aggravé. Il est en outre probable que la perspective d’élections poussent les autorités à le résoudre...
Après avoir brièvement exposé le problème, le chef de région Romuald Bezara a laissé la parole à une longue file de témoins, issus de la société civile, de milieux scolaires, de congrégation religieuse, afin qu’ils apportent leurs idées pour résoudre le problème...
Très vite, les suggestions faites par ces témoins ont pu être rassemblées en deux grandes tendances: la première tendance suggère de mettre l’accent sur l’éducation, en invitant les parents à plus de sévérité, et en développant parallèlement des centres sportifs et de loisirs pour les occuper. «Je propose que les parents qui laissent leurs enfants sortir le soir sans surveillance soient punis», lançait ainsi un animateur du restaurant Karibou, sous les applaudissements de la salle. «Beaucoup de parents sont perdus entre une éducation traditionnelle et occidentale, ce qui brouille les repères», soulignait de son côté, le docteur Zanadoary, en demandant également aux hommes malgaches de reprendre leur place au sein du foyer. «Vos enfants, à force d’être gâtés, vous chient dessus», concluait sans ménagement un citoyen, sous les rires et les applaudissements. La seconde tendance estimait elle qu’il n’était plus temps de parler d’éducation pour régler le problème des Foroches, mais de répression et parfois même d’une répression...radicale.
«Moi, je ne vois qu’une solution», lançait ainsi un témoin, «pour le vol, la main coupée, pour des crimes plus graves, une balle dans la tête!». Plusieurs propositions plus modérées ont ensuite été faites afin de trouver un lieu pour placer les enfants, que ce soit une maison de redressement ou un centre de réeducation. Car la loi interdit de mettre les enfants de moins de 14 ans en prison. Mais ces propositions sont hypothéquées par un probable manque de moyens. «Il suffit de leur faire faire des travaux forcés ou d’intérêt public comme le reboisement », lançait un autre participant. Enfin, pour élargir le débat, plusieurs personnes ont ouvertement laissé entendre que les enfants n’agissaient pas seuls et qu’ils comptaient sur des complicités plus haut placées qu’eux. Ce qui est confirmé par de nombreuses personnes, racontant que la police relâche trop vite les enfants, contre de probables payements...
Après une heure de débats, le chef de région s’est prononcé: pour lui, il n’y aura pas de travaux forcés, ni de répression violente. Il sera cependant interdit de faire travailler les enfants dans les bars, sur le marché, à l’abattoir ou au port, autant de lieux qui leur apportent des revenus qu’ils dépensent en alcool ou en khat. Enfin, certains lycées (lycée français) seront placés sous surveillance, en raison de la drogue. Le chef de région s’est prononcé pour une répression modérée et des solutions éducatives. Mais, espérait un ultime témoin, il serait bien que les autorités appliquent le programme avant les élections, plutôt qu’après, surtout si elles espèrent être réélues!


Inona no hatao amin’ireo andian-jatovo maditra Foroches

Fanontaniana niverimberina io nandritra ny fihaonana nomanin’ny lehiben’ny faritra sy ireo tompon’andraikitry ny filaminana ary ireo sokajin’olona isan-karazany tao amin’ny efitrano malalaky ny Lapan’ny tanana tamin’ny Alarobia 20 janoary teo. Navela naneho ny heviny moa ireo rehetra izay nanohina ny antso, na ny avy amin’ny fiarahamonim- pirenena, na ny avy amin’ny fampianarana. Indrindra moa fa ireo mpitaiza sy mpitondra fivavahana. Ny mikasika ny ditran’ireo zatovo tsy ampy taona sy ny vahaolana entina amin’izany no tena vetin-dresaka. Talohan’izany anefa dia ny lehiben’ny faritra no namelabelatra ny zavamisy marina eto Antsiranana sy ny fepetra efa noraisin’ny Organe Mixte de Conception izay notarihiny. Niha-nirongatra mantsy tao ho ato ny asa ratsin’ireo zaza maditra ireo ka tsapa fa efa nihoatra ny fefy mihitsy. Mihorohoro ny fiaraha-monina noho izany ary tsy hita izay hatao. Eny fa na dia ireo mpampihatra ny lalana aza dia sahirana satria voarara ny mampigadra zaza latsaky ny 14 taona, kanefa ireto mpamono olona sy mpanao sinto-mahery ary mpamaky trano ireto dia zaza manodidina io taona io avokoa.
Manao andiany izy ireo rehefa manafika ary saika ahitana azy ireo avokoa ny kartie samy hafa eto an-tanana, toy ny any amin’ny Abatoara,Bazary kely, Tanambao V, Lazaret, Tanambao tsena. Raha ny tena marina dia efa misy tamban-jotra mihitsy ry zalahy ireo ary mampiasa tetika maty paika tokoa. Reny iray no nahasahy naneho ny alahelony noho ny ditranjanany izay tsy voanatra intsony teo anatrehan’ny olonamarobe ka nangataka ny fanampian’ny fanjakana .
Tsy dia zava-baovao eto Antsiranana loatra anefa raha ny fisian’ny “Foroches”, efa antaonany maro no niforonan’izy ireo ary tsy mitsaha-mitombo saingy misy vanim-potoana tena mampirongatra azy.
Alohalika ny ranom-bary ka tsy nanaiky ny hitohizan’izao asa ratsy izao intsony ireo mpitondra ato amin’ny faritra.
Tompon’andraikitra tsy afa-mila amin’izany ireo ray ama-dreny ary samy niaiky izany ireo rehetra nilahatra nandray fitenenana. Azo lazaina fa nizara roa miavaka tsara ny hevitr’izy ireo rehefa nakambana. Ny andaniny dia nanankina ny heviny tamin’ny tsy fahampian’ny fanabeazana sy ny mbola fitananana ny fitaizana nentin-drazana.
Indrindra ny fampifangaroana ny fanabeazana Malagasy amin’ny fomba tandrefana Ny ankilany kosa dia naneho am-pahibemaso fa tsy resaka fanabeazana intsony no tokony hatao fa fanasaziana henjana “Izay mangalatra tapahana ny tanany ary izay manao heloka bevava dia tifirina”, hoy ny olona iray somary nahery fihetsika noho ny fahatezerana.
Nisy koa ireo nanoso-kevitra ny hampanaovana asa anterivozona izay zaza maditra tratra manao asa ratsy. Torak’izany ihany koa ny handefasana azy ireo manao fanompoampirenena eo anivon’ny tafika.
Tsy vitsy kosa anefa ireo nanosokevitra ny hametrahana ireo zaza-maditra ireo any amin’ny toerana fitaizana natokana ho azy ireo. Saingy noho ny tsy fahampian’ny ho enti-manana sy noho ny tsy fisian’ny fotodrafitrasa sahaza izany dia mbola nipetraka ho soso-kevitra ihany aloha io hevitra iray io.
Taorian’ny fihaonana izay naharitra ora roa mahery dia namintina ny resaka ny lehiben’ny faritra: Tsy hisy ny fanaovana asa an-terivozona na ny fanerena henjana, saingy manomboka izao dia tsy azo ekena ny mahita zaza tsy ampy taona eny amin’ny Bar sy eny amin’ny abatoara ary ny seranan-tsambo. Izay tratra dia samborina ary ampiarahana aminy koa ireo ray amandreniny sy mpampiasa azy.
Tsy azo ekena ihany koa ny fanaovana “arrangement” sy “intervention” ataon’ireo ray aman-dreny, na amin’ny zatovo lahy maditra na amin’ireo zazavavy tsy ampy taona mirody amin’ny vazaha. Izay tratra manao ireo fomba ireo dia gadraina ihany koa.
Voateny tamin’izao fihaonana izao moa, noho ny fijoroana vavolombelona nataon’ireo ray aman-dreny, fa ho harahimaso manokana ireo mpianatra ao amin’ny Lycee Francais sy Rossignol, noho ny ditrany.
Fanirian’ny lehiben’ny faritra ny hahavitan’izao ady atao amin’ny tsaiky maditra izao alohan’ny faran’ny volana febroary.
Pascal R

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

Les Petites Annonces

PetitesAnnonces-DiegoSuarez.com
Le Site d'Annonces Gratuites du Nord de Madagascar

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Samedi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 13h15
ANTSIRANANA 15h10 15h45
ANTANANARIVO 17h45

Tous les horaires

250 SOCOGI
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018