Retour haut de page
Photo prise au lendemain des protestations à l'université d'Antsiranana. Photo: ©Fita
Photo prise au lendemain des protestations à l'université d'Antsiranana. Photo: ©Fita

Des coups de feu ont été entendus dans la ville de Diego le 25 janvier 2021 vers 20 heures. D’après les premières explications, des étudiants de l’université d’Antsiranana protestaient à cause d’une coupure d’électricité

Des affrontements entre les manifestants et les éléments des forces de l’ordre ont eu lieu. Des arrestations s’en sont suivies.
Pendant que des étudiants sont en détention préventive, en attente de leur procès, leurs camarades se battent pour leurs libérations. Les autorités quant à elles craignent un regain de protestations violentes et ont communiqué sur les faits tout en avertissant, en rappelant que la loi s’appliquera sur toute réunion n’ayant pas reçu d’autorisation. Le communiqué de l’Organe Mixte de Conception de la Région a par ailleurs évoqué « des manipulations politiques », « auxquelles les étudiants ne devraient pas se laisser convaincre ».

Retour sur cette soirée du 25 janvier
Le bureau du centre des oeuvres sociales universitaires saccagé. Photo: ©Fita
Le bureau du centre des oeuvres sociales universitaires saccagé. Photo: ©Fita

Ce lundi 25 janvier, des pneus ont été brûlés, des affrontements ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les étudiants, le centre des œuvres sociales de l’université a été saccagé.
« Nous en avons marre de nos conditions de vie à l’université. Nous n’avons pas d’eau depuis jeudi (21 janvier NDLR) et hier c’était au tour de l’électricité. C’en était trop pour nous, car tout dépend de l’électricité au campus» un étudiant raconte. Un autre ajoute « … en plus, il y a des forces de l’ordre qui restent constamment dans l’enceinte universitaire. Ceci n’est pas un camp militaire tout de même. Nous vivons sous une menace permanente avec leur présence. En fait, nous nous sentons opprimés. Nous voulons qu’ils partent ». Ces interviews datent du 26 janvier et les étudiants n’ont pas voulu que nous dévoilions leurs noms. D’après ces explications, les raisons de l’émeute de ce lundi sont la coupure d’eau, d’électricité et la présence h24 des forces de l’ordre afin de maintenir l’ordre des lieux et la continuité de l’enquête suite à la grève des étudiants de l’Ecole Normale Supérieure du 7 janvier 2021.
Selon des éléments des forces de l’ordre: « Vers un peu moins de 20 heures, l’électricité était coupée. C’était une coupure générale, dans toute la ville. Les étudiants ont commencé à crier et à sortir de chez eux. Peu de temps après, l’électricité était revenue, mais, des groupes d’étudiants ont décidé de la couper à nouveau en s’attaquant au disjoncteur de l’université. C’était à partir de ce moment que tout est parti en vrille. Ils nous jetaient des pierres et des briques. Un de nos éléments a été blessé à cause de cela. Moi-même j’ai été touché au niveau du ventre. Ils s’en sont pris au bureau du Direction des Affaires Sociales (DAS), ont brûlé des pneus et autres choses au barrage et se sont également pris aux kiosques des cashs points et autres petits commerces qui se trouvaient à l’entrée de l’université. Pour les calmer, nous avons dû lancer des bombes lacrymogènes ».

Du côté d’un bureau du DAS, lieu où sont stockées les archives des étudiants, plusieurs documents ont été brûlés. « Ils voulaient brûler le bâtiment entier », a rétorqué une responsable interrogée sur les lieux. Suivant le bilan venant de ce bureau ce 26 janvier, cinq ordinateurs, cinq stabilisateurs, dix chaises en bois ont été brûlés, trois tables ont été détruites, une armoire a été détruite et quatre autres ont été brûlées, la tour des archives avec les papiers qui étaient dedans est passée au feu ainsi que 3 ventilateurs, 5 rallonges électriques ont été perdues. Dix étudiants ont été appréhendés dans la soirée du 25 janvier.

Crainte de nouvelles protestations et avertissements
Le 1er février, le commandant de la CIRconscription de la Gendarmerie Nationale Antsiranana (CIRGN), le colonel Hery Lala Randrimaharivo, a annoncé que neuf personnes ont été placées sous mandat de dépôt suite à l’enquête effectuée sur cette affaire. Cinq d’entre eux sont des étudiants de l’Université d’Antsiranana. Les quatre restants étaient des personnels de l’université et autres. Les forces de l’ordre ont retrouvé certains matériels disparus dans le campus au domicile de deux d’entre eux. Dans un communiqué du 1er février, l’EMMOFAR Antsiranana et l’EMMOREG DIANA, soutiennent que les violations des lois sont allées trop loin et que des arrestations ont été réalisées. Les étudiants quant à eux insistent sur le fait que les étudiants placés en détention devraient être mis en liberté puisqu’ils n’ont détruit le bien de qui que ce soit.

■ Raitra

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021