Retour haut de page

Pour ce mois de l’enfance juin 2011, le Ministère de la Population a choisi comme thème : « Agir ensemble pour protéger les enfants contre la violence». A Antsiranana, de nombreuses activités sont organisées du 09 au 29 juin.

La Direction Régionale de la Population prévoit donc de sensibiliser trois quartiers : Lazaret Nord, Tanambao V et Ambalavola. L’objectif est de mettre les parents face à leur responsabilité et les soutenir pour qu’ils jouent effectivement leur rôle dans la protection des droits des enfants. Cela relève de la Politique Nationale de Protection Sociale.
A Madagascar, il est souvent difficile de connaître où s’arrête la correction et où débute la violence. L’entourage et la société ne sont pas du tout choqués de voir un enfant recevant des coups de ses parents. En effet, dans l’éducation des enfants, les parents malgaches appliquent bien le : « Zanaka tiana tsy hitsitsiana rantsan-kazo », cela signifie que les parents qui aiment vraiment leur enfant ne doivent pas hésiter à le corriger en le frappant. Et cela n’a rien à voir avec les fessées que les occidentaux donnent à leurs enfants. Traditionnellement, les malgaches utilisent une branche. En ce moment, les enfants ont surtout peur de la ceinture. Mais comme donner des coups est de la violence envers l’enfant, pouvons-nous dire que cette tradition devrait disparaître ? Quelle en serait la conséquence pour la société ?
Jean-André T. se souvient de son enfance quand nous lui avons posé les questions : « Un jour, j’ai volé 100 Ar dans le sac de ma mère. Je ne sais pas comment mon père a su que c’était moi. Il m’a frappé avec une branche de manguier, je m’en souviendrai toute ma vie. Mes pieds me faisaient mal pendant deux jours.» Puis il a expliqué : « tout en me frappant il m’a dit qu’aujourd’hui je vole 100 Ar, demain je volerai 1000 et plus grand je finirai en prison. C’est grâce à lui et ses branches de manguier que je suis comme je suis maintenant. Certes, je ne suis pas parfait, mais je n’ai pas honte de ce que je suis devenu. »
Elianà R. se souvient elle aussi, mais les conséquences pour elle, ont été plutôt négatives : « Ma mère et mon père nous frappaient, moi et mes sœurs parce qu’ils étaient en colère. Ils nous frappaient avec ce qui leur tombaient sous la main, ils ne nous expliquaient pas nos fautes, ils ne nous écoutaient pas, ils ne nous ont jamais comprises. Pour conclure, je peux dire qu’ils nous frappaient pour rien, ils nous faisaient juste mal. »
Les avis se diversifient, des personnes comme Jean-André pensent qu’il ne faudrait pas empêcher les parents, dès qu’il s’agit de correction : « Rares sont les enfants qui sont traumatisés parce que leurs parents les ont frappés avec une branche ou une ceinture. Là je ne parle pas des parents qui vont trop loin et qui saignent leurs enfants quand même. » Tandis que d’autres disent que frapper ses enfants ne résout rien du tout, et que seul le dialogue compte.
Mais la violence envers l’enfant ne se résume pas aux coups et à la torture. Elle n’est pas seulement physique, la violence peut aussi être morale. Ainsi manquer aux droits des enfants est déjà de la violence : ne pas les nourrir, les vêtir par exemple.
Cela fait deux mois maintenant que le 147 est opérationnel. Il s’agit d’un numéro vert qui recueille les dénonciations relatives à la violence envers l’enfant.

■VM

Programme du mois de l’enfance à Diego Suarez.

  • 09 juin : Sensibilisation à Lazaret Nord
  • 13 juin : Concours de danse et sketch
  • 15 juin : Radio crochet à l’Hôtel de ville
  • 16 juin : Journée Mondiale de l’Enfant Africain
  • 17 juin : Célébration de la journée mondiale contre le Travail des enfants. Carnaval, dans la matinée
    • 09 h : Cérémonie officielle et exposition à la grande salle de la Mairie
    • 16 h : Conférence débat, matchs de basket-ball à Soafeno
    • 18 h : Projection de film sur le travail des enfants
  • 21 juin : Sensibilisation à Ambalavola
  • 27 juin : Sensibilisation à Tanambao
  • 29 juin : Participation des enfants sourds et fermeture de la célébration du mois de l’enfance.

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Dimanche
MD316/144(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO O6h00
ANTSIRANANA 07h55 08h55
DZAOUDZI 10h05
MD145/317(AT7)
Arrivée Départ
DZAOUDZI 11h05
ANTSIRANANA 12h15 13h15
ANTANANARIVO 15h15

Tous les horaires

Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018