Retour haut de page
Atelier pour l'utilisation, la manipulation et le mouvement sans danger des OGM
Atelier pour l'utilisation, la manipulation et le mouvement sans danger des OGM

L'utilisation et le mouvement des OGM ou Organismes Génétiquement Modifiés à Madagascar doivent être contrôlés et organisés dès aujourd'hui

Après les villes de Toamasina, Toliara et Mahajanga, c'est Antsiranana qui accueillait à l'Hôtel de La Poste les 30 et 31 janvier l'atelier de sensibilisation et de formation sur le protocole de Carthagène sur la biosécurité

Le Ministère de l'Environnement et des Forêts par la direction des évaluations environnementales et le comité de coordination du Projet Bio-sécurité exposaient aux responsables d'ONG œuvrant dans l'environnement et des services déconcentrés d'Antsiranana, participants à cet atelier, la situation actuelle de Madagascar dans la mise en œuvre du protocole de Carthagène ratifié en 2003. Ce protocole concerne notamment les mouvements, l'utilisation et la manipulation sans danger des OVM/OGM (Organismes Vivants/Génétiquement Modifiés). Le protocole de Carthagène est l'instrument juridique d'application de la Convention sur la biodiversité biologique de 1992. Ramanantenasoa Blandine, Coordinatrice nationale du Projet Biosécurité présentait les enjeux et les risques que représente l'utilisation des OVM. Au niveau de l'agriculture, les plantes issues des semences à OVM présentent une tolérance des plantes herbicides, une résistance aux conditions climatiques extrêmes et aux insectes… Sur le plan environnemental, il pourrait contribuer à faire changer les pratiques culturales et économiser l'eau pour l'irrigation. Sur le plan sanitaire et pharmaceutique, l'utilisation des OVM a permis de produire des vaccins, des vitamines et de l'insuline.
Quant aux risques, des espèces nuisibles et résistantes peuvent apparaître, le risque d'allergène est élevé pour les consommateurs de produits alimentaires à OVM et la résistance de la flore intestinale aux antibiotiques est certes à démontrer, mais est probable.
Il a été constaté lors des échanges de points de vue pendant ces deux journées d'atelier que la mise en place d'un laboratoire pour chaque Région de Madagascar (ou au moins pour celles où il pourrait y avoir de mouvements transfrontaliers d'OVM) est primordiale car il est impossible de conclure sans analyse ni évaluation que les OVM qui pénètrent sur le territoire présentent des dangers ou non pour la population. D'après Ramanantenasoa Blandine, un projet est prévu pour le renforcement des laboratoires qui, avec le financement du Global Fund Environment seront équipés de matériels de détection d'OVM. Des procédures sont aussi à respecter par les exportateurs et importateurs de produits transgéniques dont les obligations de déclaration et d'évaluation. Avant que ces mesures soient prises et les laboratoires fonctionnels, Dama le Directeur des évaluations environnementales au sein du ministère de l'environnement et des forêts soutient que les consommateurs doivent être attentifs à la grandeur, à la taille, aux couleurs (souvent anormales ou trop accentuées) des produits agricoles et aux étiquettes que comportent les produits industriels à OVM. « Il faut se méfier des produits dont les caractéristiques sont trop éloignées du naturel » a-t-il conseillé. Il a souligné qu'il faut savoir faire la distinction entre produit transgénique et le fruit d'un croisement biologique.
A l'issue de cet atelier, des recommandations ont été prises qui, avec celles des autres provinces seront synthétisées par le Projet Biosécurité et transmises aux décideurs et aux entités concernées.
■ VM

Commentaires   

+4 # Very_Jerry 12-02-2013 11:43
Voilà un article écrit par une rédaction, qui n'a rien compris aux enjeux du sujet. Ici on reconnais que le manque de professionnalis me devient même dangereux pour tous.
Cet article c'est une vrais honte, il n'a été fait aucune recherche substantiel au préalable sur le sujet.
Pour la "fairness" vis-á-vis de la population silencieuse en majorité agricole, je demande aux responsables de la Tribune de Diego-Suarez de bien vouloir compléter cet article d'une autre expliquant á ces pauvres gens, ce qui se passera demain pour eux, écologiquement, financièrement et au niveau des risques sanitaires si les OGN ont déjà été clandestinement introduit dans l'îles.

Dire que Ravalomanana s'est fait éjecté pour avoir vendu le pays et détournement de fond publique pour se payer son jet privé ... On a pas terminé avec les idioties des décideurs, dans ce pays.
+3 # LE DREFF 17-02-2013 21:56
j'espère que Madagascar ne sera jamais vendu à la multinationale Monsanto dont le seul but et de mettre en esclavage les pauvres paysans qui produisent encore du 100% bio ! il suffit de voir ce qui se passe en Inde Mexique Brésil Argentine et j'en passe et de l'étude Séralini sur la toxicité des OGMs "enterrée" par les experts et les lobbies / les ogms sont un poison ! et chaque graine sera payante pour le pauvre paysan alors que l'agriculture 2 fois millénaire est basée sur le partage ...
+1 # Very_Jerry 20-02-2013 14:17
Malheureusement nous devons désormais craindre que le pire est déjà en train de se réaliser.

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019