Retour haut de page
 Andrianaivomanjato Farahantamalala dit Farah, gagnante de la 3ème édition du Concours de chansons en français à Antsiranana.
Andrianaivomanjato Farahantamalala dit Farah, gagnante de la 3ème édition du Concours de chansons en français à Antsiranana.

« Il n’est jamais trop tard pour réaliser les rêves d’enfance ». C’est sur ces paroles optimistes que Farah, lauréate du concours de chansons en français 2014 a affirmé son envie d’aller de l’avant, et porter ainsi haut le flambeau d’Antsiranana à la grande finale d’Antsirabe. Rencontre

Avec toute la possibilité de choix artistiques qui se présentait à vous, pourquoi avez-vous choisi spécialement la chanson, pour vous exprimer ?
Je pense que la chanson m’a adoptée depuis mon enfance, en égayant cette partie de mon existence, et en grandissant, je l’ai aussi adopté pour devenir un moyen d’expression adaptée à ma personnalité.

La compétition de samedi était elle votre première compétition ou êtes vous une habituée des concours ?
Effectivement, c’était mon premier concours, mais il n’est jamais trop tard pour oser franchir un pas important.

Et pourquoi seulement maintenant ?
J’attendais d’avoir une stabilité professionnelle, après avoir terminé mes études, pour pouvoir mieux me concentrer sur ma passion qu’est le chant. Je suis relativement stable maintenant, et une opportunité s’est présentée, alors, je l’ai choisie.

Qu’est ce que vous estimez être votre point fort, par rapport aux autres candidats de la compétition ?
Je ne sais pas trop... Nous avions les mêmes chances, le même coach… mais peut -être que le fait d’avoir fait partie d’une chorale gospel de par le passé m’a aidé…

Et quels ont été les points difficiles ?
Il m’a été difficile de gérer le stress : le stress du travail ajouté au stress du concours, et comme j’aime aller au fond des choses, cette situation n’a pas été de tout repos.

Qu’espérez-vous du résultat de la finale d’Antsirabe ?
Bien sûr que je suis confiante, mais surtout je suis réaliste. Je sais que tous les concurrents ont été sélectionnés méticuleusement, du coup, tout le monde aura une chance de gagner. Le tout se jouera sur des petits détails… Mais avant tout j’estime que j’ai déjà gagné, car j’ai tissé des liens humains hors du commun avec les concurrents de Diego Suarez. Cette amitié partagée est déjà pour moi un cadeau inestimable qui vaut plus que d’autres. Mes camarades du concours sont devenus mes amis de tous les jours. Mais c’est un honneur pour moi de représenter Antsiranana, et je me donnerai à fond pour défendre cet honneur.

Et par rapport à ce que certaines personnes pensent de votre appartenance ethnique ?
Il n’est pas question d’ethnie dans cette histoire. L’Alliance française est une association internationale, et la culture est universelle. Il n’y a aucune limitation ni ségrégation…. L’inscription était libre, et le résultat était concerté. J’étais juste au bon endroit, au bon moment. Je suis malgache avant tout, et fière de l’être.

A votre avis, qu’est ce qui fait vivre une chanson ?
Une chanson ne vit que par l’authenticité émotionnelle de l’interprète. Il faut que la personne qui chante ressente sa chanson et soit honnête avec elle-même. Tu es ce que tu émets, et cela affecte parfois ton entourage.

Que conseillez-vous aux amoureux du chant, pour avoir une meilleure qualité vocale ?
Mis à part la prédisposition naturelle de chacun, bien chanter nécessite un entraînement régulier et une contrainte diététique : éviter les cacahuètes, les matières grasses, les boissons glacées, la cigarette et l’alcool… Pour entretenir les cordes vocales, il faut aussi suffisamment dormir et le souffle requiert des exercices de respirations.

Si le chant était une arme, qu’aurait elle été, selon vous ?
Si le chant était une arme, elle aurait été une arme blanche, qui transperce en profondeur sans forcément tuer. C’est ce « mal » émotionnel qui nous fait sentir que nous sommes en vie. Car parfois, la chanson réveille plus vite la sensibilité qui est en nous.

Et pour conclure ?
Je ne m’attends pas à devenir une artiste professionnelle, par contre, j’aimerais partager mes expériences avec les plus jeunes qui veulent s’améliorer. Le chant est une clé qui m’aide à sortir ce que je ressens, et les concours sont des défis personnels qui nous engagent jus te à toujours faire mieux. Merci à ceux qui me soutiennent, merci à mes amis.

■ Luis K

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021