Retour haut de page
Jazz MMC a un programme surchargé dès le début de l'année. Il a commencé sa tournée de concerts à Tamatave dès son retour d'Europe, ensuite il a été à de nombreux endroits de la ville de Diego Suarez et dans le district d'Ambanja
Jazz MMC a un programme surchargé dès le début de l'année. Il a commencé sa tournée de concerts à Tamatave dès son retour d'Europe, ensuite il a été à de nombreux endroits de la ville de Diego Suarez et dans le district d'Ambanja

Le groupe de Jazz MMC est de retour après trois mois de tournée en Europe dont l’Italie et la Suisse. Il est en tournée dans la région nord, une occasion de célébrer la nouvelle année et de faire des vœux.

Jazz MMC a un programme surchargé dès le début de l'année. Il a commencé sa tournée de concerts à Tamatave dès son retour d'Europe, ensuite il a été à de nombreux endroits de la ville de Diego Suarez et dans le district d'Ambanja. Un concert à Antananarivo est aussi dans le programme. Le groupe fait par ailleurs des shows réguliers à Mayotte et à La Réunion.

L'artiste âgé de 26 ans, est père célibataire, il a deux enfants, une fille de 5 ans et un garçon de 9 ans. Son prénom est Ibrahim et Jazz est un surnom qui remonte à son enfance, MMC qu’il ajoute à ce surnom pour devenir son nom d’artiste signifie Makoa Mifangaro Cultures. Il est né à Antsiranana et a grandi dans le quartier d'Analabengy. La famille de son père est originaire de Diego Suarez et sa mère vient de Toamasina. Il a deux sœurs et trois frères et la plupart d’entre eux sont danseurs. Jazz MMC est titulaire d’un diplôme en Transit et Douanes. Le chanteur est le leader du groupe qui est composé de treize personnes. Elles partent en voyage avec lui à chaque tournée. Il est auteur-compositeur et arrangeur. Dans le clip ou sur scène, on reconnait Jazz à son bandana noué autour de la gorge ou sur la tête, une touche à son look qui le différencie des autres artistes et à laquelle il tient particulièrement. Jazz MMC prend très au sérieux son métier de chanteur, c’est le moyen pour lui d'aider son entourage, ses amis et proches. « Quand on s’engage dans la musique, dit-il, on n’a plus le temps de pratiquer d'autres métiers puisque la musique consomme du temps et en plus les tournées ne permettent pas d’avoir du temps libre ». Il a commencé à entrer dans le monde de musique en 2010, dans lequel il s’est fait connaitre pour ses rythmes de RNB. Auparavant, il dansait dans le groupe de danse appelé « Doctors scolo » dès 8 ans jusqu'à ses 16 ans. Ce groupe appartenait à sa famille dont il était le membre le plus jeune. La danse est un don dans sa famille et lorsque la génération a grandi, Jazz a remplacé ses aînés à la direction du groupe. Il a participé maintes fois aux concours de danse au gymnase couvert en exécutant des performances sur quasiment tous les rythmes populaires à l'époque telle que le ragga et le rap.

Comment réagissez vous aux rumeurs de plagiat et de poursuites judiciaires qui sont rapportées à votre propos ?
Je n’ai jamais eu de problème avec la justice et précisément je n’ai pas été poursuivi pour plagiat à cause du gweta. Le gweta est un rythme donc on peut l’utiliser pour danser, pour chanter ou faire du sport. Tout le monde est donc libre de le pratiquer et d’ailleurs j’ai rendu ce rythme célèbre. A l’époque, Wawa m’avait invité pour participer au Sômarôho, j’ai dû refuser parce que j’avais un contrat pour me produire à Mayotte, c’était de là qu'est partie la rumeur que j‘étais en prison. Non je n’ai pas de problème avec la Justice.
Et puis, quand j’ai commencé à chanter ce n’était pas du gweta, ce n’est qu’à la troisième chanson que je l’ai adopté. Tout cela pour dire que j’évolue et le groupe continuera la musique avec ou sans le rythme gweta. Je viens de faire mon nouveau clip « love aminao za » et Jazz MMC poursuit vers le rythme waza, je continue à chanter et danser pour mon public.

Quels sont vos objectifs à l’heure actuelle ?
Je fais de mon mieux pour ne pas décevoir mon public. Cette année, je prépare mon 2e album. Nous préparons une vidéo spéciale Waza, c'est un de nos projets de cette année. J'ai eu le trophée du meilleur artiste 2014-2015 de Madagascar. Ce n'est qu'un début puisque mon objectif ne s'arrête pas là. Je souhaite faire une carrière internationale. A cette occasion je remercie tout le public de Diego Suarez, Tamatave, Fianarantsoa et toute l'île qui m’a soutenu jusqu’à ce jour
■ C. Angeline

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019