Retour haut de page
« Au début, les spectateurs ne savaient pas regarder le théâtre, il y avait parfois des troubles. Après deux ou trois éditions, les gens restent très sages et admirent les spectacles avec beaucoup d’attention. On a participé à une forme d’éducation aux arts de la rue. »
« Au début, les spectateurs ne savaient pas regarder le théâtre, il y avait parfois des troubles. Après deux ou trois éditions, les gens restent très sages et admirent les spectacles avec beaucoup d’attention. On a participé à une forme d’éducation aux arts de la rue. »

Dans quelques jours, la ville de Diego accueillera à nouveau le Festival Zegny’Zo ! L’événement culturel, très attendu chaque année, a su inscrire son nom dans la liste des étapes incontournables pour tous les amoureux des arts de la rue

La Zolocar est un acteur essentiel du festival Zegny Zo ! depuis ses débuts
Afiche du Festival Zegny’Zo ! 10e édition
Festival Zegny’Zo ! : 10ans déjà !
Festival Zegny’Zo ! : 10ans déjà !
Festival Zegny’Zo ! : 10ans déjà !
Festival Zegny’Zo ! : 10ans déjà !
Festival Zegny’Zo ! : 10ans déjà !
Festival Zegny’Zo ! : 10ans déjà !

Le festival arrive déjà en 2016 à sa dixième édition : une occasion de revenir aux sources de cette belle aventure, aux côtés de celles et ceux qui le portent à bout de bras depuis tant d’années. L’occasion aussi d’interroger l’avenir de ce festival, qui a su toujours trouver l’énergie pour se transformer, et tenir, en dépit du contexte difficile avec lequel il fallait souvent composer…

Des salles de spectacles aux rues de Diego Suarez

Au départ, une bande de copains et de copines qui fréquentent le club de théâtre du lycée français, sous la direction de Nanou Payet. En 2002, celle-ci laisse la place à Hélène Dupont qui va insuffler au groupe une nouvelle direction : délaisser un peu les salles de spectacles classiques pour aller à la rencontre du public malgache, dans les rues, les quartiers, et bientôt les villages de la région…
Pour Hélène, il s’agit surtout « d’ un prétexte pour réaliser une véritable plongée dans la culture traditionnelle malgache, par le biais des contes notamment ». Au même moment, le Conseil Départemental du Finistère installe à Diego Suarez une antenne culturelle qui épouse cette nouvelle orientation. Ils soutiennent d’abord la création des spectacles, puis les costumes et les déplacements pour aller les présenter en brousse. Tout le monde garde en mémoire la première sortie à Ankorikihely, sur la route de Ramena.
On est en 2004 et la fine équipe ne s’attend pas à cette sacré sur prise : en plus du plaisir de jouer ensemble, ils rencontrent une très bonne écoute lors des représentations. Les ateliers-créations en français laissent peu à peu la place aux improvisations. L’appétit des spectateurs donnent alors naissance à une idée un peu folle, qui va se matérialiser quelques années plus tard, en 2007 : organiser un festival des arts de la rue, chose inédite, dans cette ville aux origines coloniales militaires, où les arts n’ont pas su occuper, jusqu’alors, beaucoup de place. Les distractions manquent à Diego Suarez et certains partenaires ne tardent donc pas à encourager fortement une telle initiative (Alliance française, Mairie, Conseil Départemental du Finistère, etc.).

Joies et découragements

La première édition arrive rapidement, et au sortir de l’expérience, malgré les moments de joie, c’est le découragement qui domine l’équipe. Difficultés d’organisation, de logistique, public indiscipliné, manque de moyens financiers… Tout le monde s’est donné à fond, et le résultat, c’est surtout beaucoup de fatigue et des dettes qui commencent à s’accumuler. Les uns et les autres finissent par se convaincre de tenter quand même une seconde édition. D’année en année, la chose prend, et les troupes invitées, les activités, les formations et résidences s’enchaînent avec de plus en plus de qualité, de diversité dans la programmation.
Pour Hélène Dupont, qui coordonne le festival les premiers années, et Éric Dama, qui l’assiste à l’époque et qui dirige actuellement la compagnie Zolobe, le festival est d’abord « une expérience humaine inoubliable, incomparable. De grands moments d’émotion, comme le mariage de Monique et Jeannot. » Le buzz a pris. Les gens voulaient participer coûte que coûte. La mairie complètement envahie, une manifestation géante d’enfants qui hurlaient « Monique, Monique ! » La voiture Teuf-Teuf en panne se fait littéralement porter par la foule… « C’est aussi des rencontres avec des artistes hyper généreux qui soutiennent encore le festival. » Parmi les artistes, il y a ceux qui marquent le festival : Les Grandes Personnes bien sûr (Cie Les Quidams), Les Voix de la Marionnette, et bien d’autres…

Dynamiques culturelles

« La culture, c’est quand même un vecteur d’éducation, d’ouverture d’esprit, d’enrichissement personnel… ». L’impact du festival sur la vie culturelle de Diego Suarez est très important, auprès de tous les jeunes et des associations amies, et en particulier pour celles qui reçoivent le soutien du Conseil Départemental du Finistère. Le Zegny’Zo ! devient LA plateforme, l’occasion annuelle de se produire. Il offre une motivation supplémentaire, permet de mettre en place des formations. Le festival change aussi les rapports entre les gens. Il ouvre des portes. « Au début, les spectateurs ne savaient pas regarder le théâtre, il y avait parfois des troubles. Après deux ou trois éditions, les gens restent très sages et admirent les spectacles avec beaucoup d’attention. On a participé à une forme d’éducation aux arts de la rue. » se félicite Éric.

10 ans !

Hélène Dupont enchaîne, presque surprise : « Jamais, je n’aurais pensé que ça tiendrait 10 ans. Vraiment surprenant. Avec les événements politiques, la crise, l’insécurité ». Les organisateurs ne sont pas peu fiers de recevoir cette année pour la première fois au Zegny’Zo ! une vraie troupe de Hira Gasy. Un autre moment intense pourrait marquer ce festival, si le fils de Monique et Jeannot se décide à venir finalement. En effet, Jaozo est à La Réunion, a fini ses études, et refuse de revenir à Diego Suarez : trop d’insécurité, c’est la crise, il n’y a plus de vols directs et la route est complètement défoncée. Avec les menaces cycloniques qui s’ajoutent, ce n’est pas évident qu’il arrive, et ça reste l’une des inconnus de cette édition…

Un festival franco-malgache

À l’image de la ville qui l’a vu naître, le festival est un pur produit du métissage, tout comme la Compagnie Zolobe qui le porte. « On a travaillé main dans la main. On avait envie d’ouverture, d’échanges dès le début. C’était un prétexte à la rencontre, utiliser une forme pour parler culture et traditions ». Quand on aborde les difficultés à travailler sereinement ensemble, la réponse tombe cinglante : « Évidemment, il y a eu beaucoup de tensions, comme dans toute aventure humaine. Mais on a toujours réussi à en parler quand ça devenait trop lourd ». Le thème retenu pour cette année : « Mifety » (c’est la fête !), et elle sera réussie, cela semble évident. Ensuite, il faudra penser aux éditions futures, mais c’est encore bien trop tôt pour en parler...
■ Ampinga Fahafana

Le programme du festival Zegny Zo ! 2016

Mardi 10 mai
15H30 - Place de l'Indépendance PARADE
avec la Fanfare Byin Mayé, Club Rollers Diego, Marionnettes

Du Ritz à La Terrasse du Voyageur via la Rue Philibert Tsiranana
Mercredi 11 mai
9H-11H - La Caravelle Nofy Ateliers de formation, ouvert à tous :
manipulation de Grandes Marionnettes
9H30 -10H30 - Kolotsaina Troupe de Choc & Collège français Sadi Carnot Spectacles Jeune Public pour les écoles
15H30 - Kolotsaina troupe de Choc PARADE  avec tous les Vahiny et les groupes locaux
Via rue point 6 -rue Ste Marie-rue Philibert Tsiranana - Ritz - rue Philibert Tsiranana – Place Foch - rue Colbert -Alliance
18H30 - Alliance Française Ouverture officielle
Randria Ernest Zanany
Jeudi 12 mai
9H-11H - La Caravelle Nofy Ateliers de formation, ouvert à tous :
manipulation de Grandes Marionnettes
9H30 -10H30 - Kolotsaina Troupe de Choc & Collège français Sadi Carnot Spectacles Jeune Public pour les écoles
15H30 - Kolotsaina troupe de Choc Déambulation
Hôtel de Ville – Alliance Française
Randria Ernest Zanany, ClubRollers
AMBIANCE DANS LES QUARTIERS
16H - La Terrasse du Voyageur Spectacles de conte et slam
"Adieu" de Tartare et "Porte du diable" de Didier Balsaux (Voix de la Marionnette)
16H - Quartier Morafeno Bloco Malagasy avec ses marionnettes
16H - Quartier SCAMA DS Velively, Grand Pat et Aléas des possibles
18H30 - Kolotsaina Troupe de Choc SOIREE TRADITIONNELLE
Hira gasy Saondrafina zananyVakodrazana
En même temps, salle de répétition Clément Peretjatko Spectacle d’ombre (15 min) des Voix de la Marionnette
Vendredi 13 mai
9H-11H - La Caravelle Nofy Ateliers de formation, ouvert à tous :
manipulation de Grandes Marionnettes
9H - La Terrasse du Voyageur "Le Matin du Festival" : Rencontres-débats
16H - Kolotsaina troupe de Choc PARADE  de clôture avec tous les vahiny et les groupes locaux
Via Rue Philibert Tsiranana - Rue Suffren - Bd Laborde – Ritz
18H30 - Hôtel de Ville Ciné quartier par l'Alliance Française
Samedi 14 mai
Toute la journée
Hôtel de Ville
(sur scène et dans les jardins)
JOURNEE FESTIVE
Bloco Malagasy, Randria Ernest Zanany, Cie Tahala, Tartare & Niko Garo, Saondrafina zanany, Trio Marionnettistes, Vakodrazana, Aléa des possibles, …et nombreux spectacles d'artistes locaux

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2022