Retour haut de page

Jaojoby bientôt à Diego Suarez Mardi 14 février, nous avons eu la chance de croiser Jaojoby, le roi du Salegy, au Royal Beach Hotel de Nosy Be pour une soirée buffet spectacle Saint Valentin. Le concert a débuté par la chanson de son dernier album « Mila anao » (besoin de toi) pour le plus grand bonheur des amoureux de la saint valentin.

LTdD : Jaojoby, votre concert commence dans peu de temps, pouvez vous nous dire pourquoi vous avez mis une touche de blues dans votre dernier album ?
Jaojoby : Je retourne à la source dans mon dernier album « mila anao ». Il y a quatorze titres, mais un titre a vraiment une sonorité anglo-saxonne. Si les anglo-saxons faisaient du salegy, ils auraient joué comme ça ! Les phrases du saxophoniste sont blues mais c'est salegy. « Mila anao » est plutôt un salegy love. Il va sortir en France ce mois ci en février dans la maison qui a produit Manu Dibango ( CRC production).

LTdD : On te nomme « le Roi du Salegy », peux tu nous en dire plus sur cette musique ?
Jaojoby : C'est la musique traditionnelle malgache à mesure 6/8 exécutée avec des instruments modernes. Il est né au 19ème siècle quand l'accordéon est arrivé à Madagascar. Avant l'arrivée de l'accordéon, on jouait le nom de l'ethnie qui exécute la musique : hira merina sont par exemple des chansons avec l'accent de Tana. Il n'y avait que le chant et de gros tambours comme accompagnement.

LTdD : Quelle langue de Madagascar employez vous dans vos chansons ?
Jaojoby : Le sakalava, la langue du nord de Madagascar. Je suis un littéraire, excusez ma modestie, je parle une langue claire.

LTdD : Pouvez vous nous donner vos prochaines dates de concert ?
Jaojoby : on va être à Diégo le 29 avril avec Jerry Marcoss, Farah John's et Fandrama dans le stade de foot pour un méga concert en préparation des JMJ (journées mondiales de la jeunesse). 40 000 visiteurs sont attendus ! Nous proposerons aussi un concert au Grand Hôtel pour les VIP le 28 avril. Puis, commencera pour moi une tournée en France à partir du 5 mai à Nantes…
■ C.B.

Commentaires   

+3 # very_Jerry 02-03-2012 12:24
Jaojoby, c'est notre ambassadeur, qui a toujours su trouver les mots, qui bercent les enfants de Madagascar. C'est aussi notre révolutionnaire . Pour moi rien que le nom, c'est déjá un message politique:

"JAO-JOABY"; Mister Blackman, be yourself, and be proud; Black is beautifull and sexy; soit fier de ce que tu es! Et reste toi-même.

Vivre de la Musique, avec autant de succès; nourrir toutes les familles et les professionnelle s, qui l'accompagnent depuis si longtemps, est une performance qui mérite beaucoup de respect.
Merci pour toutes les belles phrase des récits des chanson que vous nous avez offert durant toutes ces années.
Nous vous aimons tous, ...encore et encore.
+3 # Francine Soatiana 02-03-2012 18:48
Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis que Jaojôby Eusèbe faisait l'école buissonnière au Lycée Zafy Albert de Diego-Suarez où nous étions dans la même classe de la Première Littéraire. L’école de la graine de star à la Jaojôby c'était déjà l'école de la musique. Louis Tsialiva France et lui étaient deux grands amis et rêvaient déjà alors de faire connaître tous les deux Madagascar au reste du Monde. Nos enfants ont hérité à notre grand plaisir de cette amitié. La date du passage de l'enfant prodige du salegy dans la capitale septentrionale de Madagascar sera à marquer d'une pierre blanche.
+2 # LouisTsialiva France 06-03-2012 20:49
Eusèbe Jaojôby, ça vous fait aimer la musique malgache jusqu'au plus profond de vos entrailles. Il a porté le Salegy, musique originellement du terroir du Nord de Madagascar, jusqu'à l'Olympia. Mais je me demande si sa meilleure réussite ne serait pas plus citoyenne qu'artistique : avoir fait passer le Salegy "tribal" pour une musique "nationale" en seulement deux décennies de combat. "Samy mandeha samy mitady" l'a fait découvrir par la capitale et est à l'origine de l'idée que nous avons eue ensemble tous les quatre avec Francine Soatiana et sa compagne Claudine Zafinera d'un retour aux sources à Diego-Suarez pour six mois de retrouvailles à l'Hôtel Escale d'où est né le morceau d'anthologie "Velogno" qui a bercé toute l'enfance de nos deux filles Charline Mbôty Jaojôby et Alice Mamitiana France. Quand les deux inséparables sont toutes les deux ensemble à la maison, l'ambiance festive est garantie! Ah oe mon frère ! Tarimià ny tsaiky zalahy ê !
+2 # léa 26-03-2012 23:46
c est le KING MALGACHE
bisous jaojoby

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021