Retour haut de page
C’est sur l’idée du jeune homme ainsi que de sa sœur qui est entrepreneuse à Diego Suarez que la famille a choisi de s’installer et d’implanter l’atelier dans la capitale du nord de Madagascar
C’est sur l’idée du jeune homme ainsi que de sa sœur qui est entrepreneuse à Diego Suarez que la famille a choisi de s’installer et d’implanter l’atelier dans la capitale du nord de Madagascar

L’atelier Lez’art… c’est une affaire de famille. Il y a le père, Jean de Dieu Rakotoniera qui travaille le fer depuis plus de 40 ans. Son épouse Misoa Andrianjatovo accueille les clients et commercialise les produits. Leur plus jeune fils Faly, ferronnier lui aussi s’est installé avec eux à Antsiranana. La famille a ouvert l’atelier Lez’art situé à Ambalakazaha il y a maintenant trois mois.

A Antananarivo, Jean de Dieu et Falinirina Rakotoniera ou Faly avaient les mêmes activités : travaux métalliques et réparation de radiateur. C’est en 2002 qu’ils ont étendu leur activité vers l’art et la décoration.

Faly raconte « un étranger nous commandait des bougeoirs. Nous avons réussi à exécuter la commande

Pour réaliser certain types de commande, il arrive que Faly et son père inventent des outils.
Pour réaliser certain types de commande, il arrive que Faly et son père inventent des outils.

bien qu’ils ne soient pas habituels ». C’était le début de l’aventure car le bouche à oreille a fait connaître leur atelier dans le domaine de l’art métallique. Des demandes de toutes sortes leur sont parvenues. La créativité des gens et l’imagination des clients ont développé le savoir-faire et l’expérience. « Nous avons récemment réalisé un personnage de un mètre de hauteur en fer. Un jour, on nous a commandé un bustier avec du fer pour un défilé de mode ». Pour réaliser ces types de commande, il arrive que Faly et son père inventent des outils. Pour réaliser des grappes de raisins par exemple, ils utilisent un marteau à boule pour bomber les tôles coupées en rond afin d’en faire de nombreuses demi-boules. Les ferronniers eux-mêmes ont fabriqué le marteau à boule par assemblage et soudure de pièces de voitures usées.

Nous ne ciblons pas une catégorie de personnes, nous intéressons les touristes comme nous attirons aussi les Malgaches. Nous visons toujours la qualité des produits bien que nous maintenons un prix abordable pour tout le monde  

Faly soude les fils de fer pour les branches de la vigne, assemble les demi-boules et place les feuilles qu’un jeune apprenti vient de découper. La vigne donnera son côté artistique à une grille de protection.

Ils transforment les ferrailles en objets d’art.
Ils transforment les ferrailles en objets d’art.

On trouve des objets de décoration fabriqués avec du métal à l’atelier Lez’art  : des abat-jours, des bougeoirs, des miroirs, des voitures en miniature, des vases… « Nous ne ciblons pas une catégorie de personnes, nous intéressons les touristes comme nous attirons aussi les Malgaches. Nous visons toujours la qualité des pr oduits bien que nous maintenons un prix abordable pour tout le monde » explique Misoa Andrianjatovo. Pour la réalisation de ces objets, les ferronniers doivent souder. Il n’y a pourtant pas d’électricité dans cet atelier. Faly et son père utilisent l’autogène jusqu’à ce que leur lieu de travail soit branché à l’électricité. Les ferronniers ont choisi d’installer leur atelier à Ambalakazaha, ils ont construit eux-mêmes les murs en tôle. Misoa Andrianjatovo soutient « nous ne pouvons pas nous installer en ville, nos matériels produisent du bruit ». Faly relate ses doutes par rapport à cet éloignement du centre ville « je me disais que nous nous éloignions de la clientèle, mais je constate maintenant que de plus en plus de gens nous connaissent. Les clients et les visiteurs se déplacent pour nous voir ».C’est sur l’idée du jeune homme ainsi que de sa sœur qui est entrepreneure à Diego Suarez que la famille a choisi de s’installer et d’implanter l’atelier dans la capitale du nord. Les parents :

On trouve des objets de décoration fabriqués avec du métal à l’atelier Lez’art : des abat-jours, des bougeoirs, des miroirs, des voitures en miniature, des vases…
On trouve des objets de décoration fabriqués avec du métal à l’atelier Lez’art : des abat-jours, des bougeoirs, des miroirs, des voitures en miniature, des vases…

Misoa et Jean de Dieu témoignent de l’importance de leur métier, « nous avons sept enfants et c’est cette profession qui les a fait vivre, s’ils ont réussi c’est grâce à la ferronnerie ». Faly quant à lui estime « jusqu’à maintenant, étant célibataire, je peux vivre du revenu que me rapporte la ferronnerie ». Ce jeune homme transforme les ferrailles en objets d’art, mais il est aussi chanteur et guitariste. En emménageant à Antsiranana, il a dû s’éloigner de son groupe de gospel, le GMMC d’Antananarivo.


L’atelier Lez’Art est situé au bord de la RN6 à Diego Suarez, en face du stade Mitabe.
L’atelier Lez’Art est situé au bord de la RN6 à Diego Suarez, en face du stade Mitabe.

■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019