Retour haut de page

Chambre De Commerce et d’Industrie de Diego Suarez, bilan et perspectives

Samedi dernier, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Diego par son président Saïd MZE a invité les journalistes à un point de presse afin de dresser le bilan 2010 et de faire connaître les perspectives pour cette année 2011.

 A cause de la crise, il est évident que les problèmes soulevés aient été surtout d’ordre financier lors de l’année 2010. Les sources de financement de la Chambre de Commerce et d’Industrie étant la subvention de l’Etat, une part de la taxe professionnelle et ses ressources propres. Et puisque la taxe professionnelle a été supprimée, la CCI ne pouvait plus compter que sur la subvention de l’Etat.

Le problème est que la subvention 2010 n’est arrivée qu’au mois de décembre 2010, elle ne pourra être utilisée que vers le mois de mars 2011, après présentation du bilan 2010. En plus, elle serait insuffisante, d’un montant de 12 500 000 Ariary, elle n’équivaut qu’à deux mois et demi de salaire des employés.

10 des 12 projets de formation mensuelle continue ont pu être réalisés, néanmoins deux formations de standing international en environnement et en entreprenariat ont été effectuées avec Empretec Maurice. Notons au passage que la CCID a proposé 5 types de formation, suivant les besoins des entreprises de la circonscription (Diego I, Diego II, Vohémar) : tourisme, secrétariat, guide touristique, mécatronique et menuiserie. Cette dernière va être supprimée cette année, vu la baisse des demandes.
5 bimensuels d’information sur 6 ont été sortis et sont disponibles en version électronique. Après les problèmes techniques de 2009, le site web de la CCID est de nouveau opérationnel.

La foire régionale n’a pu être réalisée en 2010, faute de stands. Pour les faire venir d’Antananarivo, il faut à peu près 10 millions d’Ariary. Les participants ne peuvent louer un stand aussi cher car il faut recouvrer les dépenses.
Puisque les chambres de commerce et d’industrie ne peuvent plus attendre les subventions de l’Etat. Cette année, la CCID cherchera d’autres moyens pour qu’elle puisse fonctionner par ses propres ressources. Vu les différents projets de la CCID pour cette année, on peut dire que ce ne sont pas les difficultés de l’année dernière qui bloqueront les nouvelles initiatives.

Un projet est maintenant lancé, il s’agit du village vacances famille à Mahagaga, route d’Ambilobe. Des partenaires italiens vont appuyer la CCID pour la construction des bâtiments et la réhabilitation des lieux, elles vont commencer en ce début de l’année. Cette vitrine agricole (puis qu’il s’agit de terrain agricole) comprendra des aires de jeux, un restaurant et une salle de conférence. Dans un souci de rentabilité, l’approvisionnement se fera sur place.

La CCID participera cette année au forum de l’Océan Indien qui aura lieu à Taolagnaro. Comme chaque année, ce forum aura pour objectifs d’établir des relations d’affaires, de soulever les problèmes économiques dans l’Océan Indien et de faire des échanges de points de vue.

La CCI collabora actuellement avec le SES, Senior Experten Service. Les entreprises locales peuvent avoir besoin d’assistance technique. Les experts-retraités de l’ONG SES proposent leurs soutiens dans de nombreux domaines. La CCI leur transmet donc les demandes de formation formulées par les entreprises. Ces dernières ne s’assurent que des charges locales à savoir les dépenses de déplacement de l’expert, son hébergement, plus les 7 euros par jour d’argent de poche. La durée de formation est de 3 mois minimum et 6 mois maximum.
Certes, il s’agit d’experts européens, qui transmettront leurs savoirs aux techniciens malgaches, mais les Petites et Moyennes Entreprises malgaches peuvent-elles payer au minimum ces 7 euros par jour d’argent de poche pendant 150 jours (soit 1050 euros ou 2 730 000 ariary)?

Pour que les personnes formées par la CCI puissent appliquer leurs connaissances, un restaurant-école sera opérationnel cette année et fonctionnera par ses propres moyens. Pour cela, un contrat de gérance avec un privé sera nécessaire.

Un incubateur d’entreprises sera mis en place cette année. La CCI sensibilisera les jeunes, dès le lycée pour la création d’entreprise. Un concours aura lieu et les meilleurs seront hébergés dans les bâtiments de la CCI. Ils bénéficieront de bureaux bien équipés, d’appui matériel et technique.
Un centre d’affaires sera créé au sein de la CCID, on mettra en relation les opérateurs économiques avec d’éventuels partenaires étranger, des bureaux très bien équipés et de haut standing seront à leur disponibilité.

M. Saïd MZE a tenu à préciser aussi que la plateforme INFOCOM est maintenant opérationnelle. C’est le lieu où sont centralisées toutes les informations concernant les échanges et les opportunités d’affaires dans le monde. Cette plateforme est un projet des CCI de l’Océan Indien car un pays seul (surtout en voie de développement) ne peut affronter le marché mondial.

A un an de la fin de leur mandat, les membres de la CCID veulent marquer leur passage. On saura donc d’ici la fin de l’année comment les choses ont avancé.

■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2020