Retour haut de page

Récolte par les membres de l'Union Matanjaka
    Photo : Union Paysanne Matanjaka d'Antisranana

En place depuis fin 2008, le CSA est une ONG financée par le Ministère de l’Agriculture dont la vocation est l’appui au développement agricole. Le début d’année est l’occasion de faire un premier bilan.

Le coordonnateur du CSA ou Centre de Services Agricoles Vagnono Diego II, M.RAOELINARIVO Yvan Russell nous a fait part de leur réalisation 2010 et les perspectives pour cette année 2011. Ce que l’on peut noter dès le départ c’est que la crise économique et politique n’a pas épargné le CSA comme tous les autres organes dépendants ou non de l’Etat, mais l’on peut dire que leur bilan est plutôt positif.

Le CSA qui a le statut d’ONG bénéficie du Programme d’Investissement Public à travers le Ministère de l’agriculture et du DRDR pour son fonctionnement. Il est l’intermédiaire entre les agriculteurs et les fournisseurs (d’intrants, de matériels et d’équipements agricoles) d’une part et les agriculteurs et les prestataires d’autre part (formation, conseil…). Les agriculteurs connaissent donc très bien le CSA et les services qu’il offre. En ce qui concerne la commercialisation des produits agricoles, le CSA ne cherche pas de débouchés, il peut donner toutes les informations nécessaires pour cela et donner des conseils, mais il ne fournit jamais de services directs. C’est là que les agriculteurs se trompent souvent car leurs principaux besoins sont surtout d’ordre financier.

Marché de brousse
    Marché de brousse

De nombreux problèmes ont marqué l’année 2010, les matériels manquent, l’équipe exécutive ne dispose que d’un ordinateur et d’une moto louée. Au niveau des Communes rurales, les données ne sont pas à jour, la plupart datent d’il y a quatre ou cinq ans donc le cadrage de l’intervention est très difficile car on n’arrive plus à déterminer les priorités, les problèmes et les moyens à leurs dispositions. La faible capacité de réponse des prestataires et des fournisseurs locaux ainsi que l’inconsistance du retour d’information aux membres des collèges représentant les paysans compliquent la mission d’informations techniques et économiques du CSA. En ce qui concerne les demandeurs, l’attitude opportuniste de certains persiste, le CSA a noté aussi une faible capacité d’anticipation de ceux-ci, ils ne tiennent pas compte du temps nécessaire pour le traitement de leurs demandes.

Malgré ces nombreux problèmes, une l’évolution a été quand même enregistrée au cours de l’année 2010 comme l’extension du cercle de partenariat (fournisseurs et prestataires), la régularité de l’approvisionnement en moyens financiers, mise en place de la plateforme SRI etc.
Les demandes reçues ont été au nombre de 793, elles concernaient surtout les filières riz, légume et volaille, 206 demandes ont été satisfaites et 421 mises en relation.

Pour cette année 2011, Le CSA envisage d’améliorer la capacité et la méthode interne de travail.Il s‘agit entre autre de s’acquérir plus de matériels : logiciels, mobiliers, véhicules et d’améliorer la communication en se dotant de l’Internet. La mobilisation du COmité de PILOtage ou COPILO est aussi nécessaire : mettre à jour les informations économico-agricoles au niveau des Communes.

Responsabiliser les membres.
La collaboration avec le DRDR a été un des points forts de l’année dernière donc il faut la renforcer en participant aux réunions de coordination mensuelles, en appuyant les projets d’arboriculture et les autres projets du DRDR, en l’appuyant aussi à la vente et à la distribution d’engrais…

L’équipe exécutive s’est déplacée hors-région l’année dernière pour échanger des expériences. Cette année pour trouver de nouveaux partenaires l’équipe va continuer dans cette voie. Il en va de même pour la participation aux foires régionales et nationales. Pour contribuer aux actions afin de faire face à l’impact du changement climatique sur les activités agricoles et pour favoriser l’appui des organismes de conservation aux services agricoles du District, le CSA intègre la dimension environnementale dans ses relations avec les producteurs. Il étendra l’appui en maîtrise d’ouvrage à l’amélioration de la gestion des réseaux hydro agricoles et d’autres ouvrages agricoles.

Il faut inviter tout un chacun à participer au développement rural, c’est-à-dire appuyer les agriculteurs.


Le Centre de Services Agricoles accentuera aussi la diffusion de SRI, il renforcera donc son partenariat avec le Groupement national Système Rizicole Intensif. Il va rechercher de l’appui que ce soit financier, matériel ou technique pour les services agricoles clés : riziculture et cultures maraîchères. Pour appuyer certains services du centre, il s’avère nécessaire de recruter des volontaires qui puissent collecter des informations et des canevas utiles au niveau des bailleurs, qui puissent aussi collecter, adapter et traduire les fiches techniques en dialecte local…

Et afin de répondre à un des principaux besoins des agriculteurs, le CSA projette cette année d’appuyer la commercialisation des produits. Etablir un échange et une négociation ciblée avec les opérateurs économiques, les collecteurs et les hôteliers, améliorer la qualité des produits, mettre en place un système d’information prix.

Enfin, l’équipe exécutive a remarqué qu’une meilleure visibilité favorise les actions du centre, c’est pour cela qu’elle a décidé d’améliorer la communication c’est-à-dire organiser des journées spéciales, porte ouverte CSA, accentuer la médiatisation que ce soit télévisée, radiophonique ou par la presse écrite. Le coordonnateur du CSA a en effet tenu à préciser qu’il est important de communiquer, d’échanger des informations avec les acteurs de développement et des opérateurs économiques du Nord de Madagascar. Il faut inviter tout un chacun à participer au développement rural, c’est-à-dire appuyer les agriculteurs. Il a notamment mentionné le fait que le tourisme après l’agriculture domine les activités économiques du Nord. Le tourisme en milieu rural commence à se développer donc il faudrait se donner la main pour améliorer la qualité de l’accueil.
■VM
Contacts CSA Diego II :
Bloc Administratif - portes 65 / 66
Tél : 032 53 055 16
e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2020