Retour haut de page

Le Costa Romantica à Diego Suarez
Après 11 rotations du Costa Romantica cette année, la saison des croisières se termine et le réceptif local en tire un bilan plutôt positif. Diego Suarez confirme son statut de port d’escale majeur pour le tourisme de croisière dans l’Océan Indien.

 Rencontre avec Alessandro Borrometi et Roberto Morelli, responsables de Kokoa Travel Madagascar.

Costa Croisières effectuera son dernier toucher le 6 avril à Diego Suarez. Kokoa Travel est le réceptif local du Costa Romantica à Madagascar. Pouvez-vous nous dire quel bilan tirez-vous de la saison 2010-2011 ?
«C’est un bilan assez positif puisque Costa Croisières renouvelle sa confiance dans la destination et apporte ainsi du bonheur et du travail pour la population de Diego Suarez, Nosy Be et Tamatave»

9 touchers étaient prévus au départ pour cette saison. Deux touchers de plus (29 mars et 6 avril) ont finalement été programmés. Existe-t-il un engouement plus important pour la destination Océan Indien ou cela s’explique par un report d’autres destinations (liés aux crises politiques de certains pays) ?
«Il ne s’agit pas seulement d’un engouement, mais bien d’une demande en forte croissance sur l’Ocean Indien et en particulier sur Madagascar. Il faut rappeler aussi que, grâce a un constant travail d’équipe entre Costa Croisières et Kokoa Travel, la compagnie effectue désormais trois escales à Madagascar (Nosy Be, Diego Suarez, Tamatave) sur les six prévues dans son circuit dans l’Océan Indien. (Réunion, Maurice, Seychelles).»

Êtes-vous satisfaits de la saison et en particulier de l’accueil à Diego Suarez ?
«Nous sommes très satisfaits de cette saison et du nombre impressionnant de touristes qui ont débarqué dans le pays. Sur les neuf rotations, on estime le total à environ 30.000 passagers de différentes nationalités. Pour la seule escale de Diego Suarez, au moins 12.000 passagers de toutes nationalités. Bien évidemment nous devons remercier les autorités, qui se sont montrées toujours disponibles et assez réactives aux critiques et suggestions que nous avons pu leur faire. Malheureusement, faute de budget, il y a encore beaucoup de choses à améliorer, notamment la route qui relie le port à la ville.»

Avez-vous senti une évolution au cours de cette saison ?
«Certainement. Le personnel directement employé par Kokoa Travel depuis quatre ans et constamment formé a atteint un très bon niveau de préparation, tant dans le guidage, les langues étrangères que dans l’accueil. Nous avons aussi remarqué une grande amélioration dans le très important secteur de l’hygiène des restaurants. La mise en place de l’accès des véhicules à l’intérieur du port facilite le débarquement rapide et en toute sécurité des croisièristes. Nous remercions pour leur aide l’APMF, le Commandant Ratsimba Michel Eric, et les forces de l’ordre pour leur précieuse collaboration.
Il reste cependant encore beaucoup de travail avant d’atteindre une qualité de service irréprochable. Ce qui seul peut satisfaire une grande compagnie comme Costa Croisières.»


Pouvez-vous nous donner le ressenti global des croisiéristes à Diego Suarez ?
«Généralement, les retours sont très positifs car la population réagit avec une énorme volonté de bien faire et de mettre au premier plan la ville de Diego et Madagascar en général. Les croisièristes sont généralement très touchés par le caractère toujours souriant des habitants de Diego Suarez, et la foule nombreuse qui vient saluer le départ du bateau est très appréciée par les passagers.»

Quelles seraient d’après vous les principales choses à améliorer ? (accessibilité des sites, accueil des visiteurs, animations en ville… ?)
«Comme déjà dit, les infrastructures en général et la route d’accès au port en particulier pourraient être améliorés. Nous aimerions aussi que les routes d’accès au parcs et aux plages soient mieux entretenues, surtout pendant la saison des pluies. Pour ce qui est de l’animation au port et en ville, c’est actuellement Kokoa Travel qui l’a prise en charge mais, si l’Office ou la Délégation Régionale du Tourisme, disposaient de ressources supplémentaires, ce serait un plus évident pour l’accueil des touristes.»

Quelles ont été les excursions les plus appréciées par vos passagers ?
«Diego Suarez est un destination très riche en excursions et, pour les clients de Costa Croisières, il n’y a que l’embarras du choix : les excursions terrestres avec les parcs comme la Montagne d’Ambre et l’Ankarana, ou les excursions balnéaires comme les Trois Baies sont très appréciées par les touristes. Dommage cependant que le paquebot ne reste pas un nuit et un jour supplémentaire à Diego Suarez car, nous en sommes sûrs, un passagers qui fait une excursion à la mer aujourd’hui en ferait surement une vers un parc le lendemain.»

Les pirates vous ont-ils posé problèmes durant cette saison ?
«Aucun problème. Le bateau est trop rapide et surtout trop haut sur l’eau pour qu’ils puissent l’aborder...»

Pensez-vous que les événements en Méditerranée auront une incidence positive sur le tourisme dans l’Océan Indien ?
«Surement. Les événements actuels auront très certainement une incidence très positive pour la destination Ocean Indien, mais, pour le moment, nous attendons la fin de la saison pour tirer des conséquences et envisager des programmes ou des variations des circuits. Nos pensées vont plutôt vers ces peuples qui se battent pour un monde meilleur.»

Départ du Costa Romantica de Diego SuarezIl avait été évoqué que Diego Suarez devienne une escale régulière tout au long de l’année. Pensez-vous que cela sera le cas ?
«Actuellement il ne nous est pas possible de répondre car la décision dépend du siège en Italie et du rapport de fin de saison. Bien évidemment Kokoa Travel fera tout pour que ce soit le cas. Il faut rappeler qu’en 2007, Diego Suarez n’était pas prévue dans le circuit Ocean Indien et que, suite aux problèmes au Kenya et à l’annulation de l’escale au Comores, Kokoa Travel a réussi à intégrer pour la première fois Diego Suarez comme destination permanente dans son programme de croisière. Donc, pourquoi pas ?»

Pouvez-vous déjà nous dire quelles seront les villes concernées l’année prochaine et le nombre de touchers prévus ?
«Pour le moment nous n’avons pas encore le programme pour la saison 2011/2012, mais nous soutiendrons les mêmes destinations que cette année. Nous vous tiendrons informés au cours des prochains mois, mais vous le savez, Diego Suarez et sa population sont un peu dans notre cœur.»

 

Commentaires   

+4 # Jean Hassany 30-04-2011 10:03
Un beau LIVRE à lire dans sa chambre au cours d' une croisière océan Indien ou au cours d'une longue nuit en avion....

actualités : Nosy-Bé (Madagascar), une île paradisiaque qui voyage entre tourisme culturel, anecdotes insolites et histoire littéraire dans l'océan Indien.

http://www.lepost.fr/article/2011/04/07/2459087_nosy-be-une-ile-paradisiaque-qui-voyage-entre-tourisme-histoire-et-culture.html

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019