Retour haut de page


Après la rupture des aides européennes, officialisée le 07 juin 2010, le Bianco se trouve actuellement dans une situation difficile. Depuis son institution en 2003, c’était toujours l’Etat Norvégien qui assurait son fonctionnement sur le plan matériel et financier.
Pourtant, l’objectif de Madagascar est d’atteindre un IPC (Indice de Perception de la Corruption) de 7/10 en 2015. Le chemin du Bureau Indépendant ANti-COrruption est donc de plus en plus rude et plein d’embuche puisqu’il faut dire que ce handicap voire même son éventuelle disparition ouvriront la voie à de nombreux actes illégaux, anti-économiques. C’est bien dommage surtout que nous savons que depuis 2005, Madagascar a beaucoup avancé dans la lutte contre la corruption. En 2002, son IPC n’était que de 1,7, en 2008 : 3,2. A cause de la crise, le pays a un peu reculé en 2009, IPC : 3 et occupe la 14ème place sur 52 pays africains.
A Antsiranana, le BIANCO est devenu le rempart et l’espoir de la population, surtout des petits commerçants et des personnes démunies injustement de leurs patrimoines (terrains, maisons…). Durant le mois de mars 2010 par exemple, la branche territoriale du BIANCO de la Région DIANA a reçu 71 doléances (270 durant l’année 2009), un chiffre assez important pour mesurer la confiance des gens en cette institution, si on le compare à la Région Analamanga (incluant la Capitale et 7 autres Districts) : 62 doléances reçues en mars 2010 et 172 de janvier à décembre 2009.
Selon les responsables du BIANCO, ce sont les collectivités territoriales décentralisées qui sont les plus visées par ces doléances : Régions, Districts, Communes. La population de la Région DIANA pense qu’à leurs niveaux, rien ne se passe sans corruption. Au deuxième rang, les tribunaux, ensuite la gendarmerie, le service des domaines et de la topographie, puis la police.
Ce qui est étonnant, mais compréhensible aussi c’est que les Antsiranais se plaignent beaucoup des hôpitaux publics où la corruption se présente souvent sous la forme de concussion et de cadeau illicite. Pourtant, les doléances sont rares. Dans tout Madagascar le Bianco n’a reçu que 29 plaintes en 2009 dans le secteur de la santé. Les gens ont surtout peur que les investigations n’aboutissent pas, cela ne fera qu’empirer les choses alors que « nos vies sont entre leurs mains » dit une femme à laquelle nous avons demandé si elle serait capable de porter plainte contre un médecin.
De nombreuses personnes auxquelles nous avons posé la question ont des doutes quant à l’indépendance du BIANCO puisqu’il est rattaché à la Présidence de la République. Les responsables, eux, sont convaincus de cette autonomie. Le conseiller principal de la branche territoriale du BIANCO Antsiranana explique : « Il n’y a aucune raison à ce que le BIANCO subisse une influence de la part des dirigeants politiques. Notre compétence se limite à la prévention de la corruption, à la réception des doléances, aux investigations et à l’élaboration de procès-verbaux. » Devant les tribunaux, le BIANCO est demandeur, c’est-à-dire que c’est lui qui introduit l’action. C’est donc au niveau des juridictions que les inquiétudes devraient se porter. Les tribunaux sont-ils réellement indépendants ? Les jugements rendus sont-ils justes et fiables ?
V.M.

Commentaires   

-2 # Guest 17-04-2011 21:49
Le Bianco EST l'institution malgache la plus corrompue. Tous les malgaches le savent. Votre article n'est de la propagande grotesque.
+1 # Guest 18-04-2011 13:00
Je ne suis pas le seul à critiquer votre journal.
Je suis tout à fait d'accord avec vous Paul Lauret.
Certains articles sont en effet grotesques,c'es t honteux!La rédaction ne s'explique pas,aucune réaction,c'est étrange...

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021