Retour haut de page
Chico, président de la FMAA devant le gallodrome d’Antsiranana
Chico, président de la FMAA devant le gallodrome d’Antsiranana

Les passionnés de combats de coqs sont de plus en plus nombreux à Diego Suarez. L’association qui les regroupe « Fikambanana Mpampiady Akoholahy Antsiranana » ou F.M.A.A (Association de combat de coq d’Antsiranana) vient d’aménager un vaste gallodrome près du stade Mitabe pour accueillir combattants et spectateurs dans les meilleures conditions

Une tradition pluri-millénaire

Le combat de coqs est aussi vieux que la domestication du coq sauvage. Le coq sauvage Gallus gallus aurait été domestiqué en Asie pour ses qualités belliqueuses. Cela date de la sédentarisation des premiers agriculteurs dans ces régions. De l'Asie, la pratique s'est répandue en Europe grâce aux Grecs, aux Romains et aux Phéniciens. Il eut beaucoup de succès en Grande-Bretagne, en Irlande, en Espagne, dans les Flandres (belge et française). Il fut tellement populaire en Angleterre, notamment dans l'aristocratie, que Cromwell décida de l'interdire pour éviter les rassemblements des royalistes autour des « pitt », arènes. De l'Europe, il fut exporté aux États-Unis par les Anglais et Irlandais, au Brésil par les Portugais et dans le reste de l'Amérique latine par les Espagnols. Aux États-Unis, il fut pratiqué par les premiers présidents et fut tellement populaire que l'aigle américain fut préféré de justesse au coq de combat comme symbole national. Certains lui reprochaient de rappeler le colonisateur anglais puisque bon nombre de souches de coqs de combat provenaient d'Angleterre. En Asie, il reste très pratiqué sauf bien sûr par les peuples nomades. En France, il est autorisé dans les localités où la tradition est ininterrompue, c'est-à-dire dans une vingtaine de gallodromes des départements du Nord et du Pas-de-Calais et dans ceux des Dom-Tom. À noter que le mot « gallodrome » utilisé dans la loi, est traduit par « pitt » dans les Antilles et « rond » à la Réunion. L'Afrique l'a moins connu, mis à part Madagascar où il fut amené de Malaisie par les Merina et par les commerçants arabes. La majorité des pays occidentaux condamnent la pratique des combats de coqs comme au Canada où les contrevenants sont accusés d'infliger des sévices inutiles aux animaux. Néanmoins, en 2008, 27 pays autorisaient ou toléraient l'organisation de combats de coqs.

Le gallodrome d’Antsiranana

Depuis hui ans, Chico, avec le vice-président Tsimanitorazana Albert et son associé Lucky, organise des combats à Antsiranana. Le terrain situé en face du stade Mitabe est mis gracieusement à disposition par la Mairie. Réunis dans l’association F.M.A.A, les passionnés de ce sport ont récemment finalisé la construction d’un vaste gallodrome couvert d’un toit qui permet aux spectateurs de tous âges de venir assister aux combats quel que soit le temps. Et la réputation des combats qui y sont organisés est telle qu’il n’est pas rare de compter parmi les spectateurs des personnes en provenance de toute la région : Babaomby, Ramena, Anivorano, Antsalaka, Sandroavato... mais aussi de plus loin : Nosy-be, Ambilobe, Ambanja.
Les combats sont très réglementés : ils durent entre deux et dix minutes. Si le combat a duré moins de deux minutes, le vainqueur peut combattre à nouveau un nouvel adversaire le jour même dans un second et dernier combat. Si les combattants ont atteint la limite des dix minutes sans qu’il y ait eu de vainqueur, le combat est remis d’une semaine pour laisser aux combattants le temps de se remettre. Les bons jours, Chico dit pouvoir organiser jusqu’à dix combats qui attirent jusqu’à 5 000 spectateurs les grands jours. Chacun de ces combats fait l’objet de paris entre les spectateurs, dont une partie du bénéfice revient aux propriétaire du coq vainqueur. Les combats sont organisés tous les week-ends, ainsi que les jours fériés. L’accès au gallodrome est libre et ouvert à tous.

■ A.C

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2022