Retour haut de page
La seconde édition de la journée du civisme et de la citoyenneté est le fruit de la collaboration entre la Direction Régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme ainsi que de l’association YALI (Young African Leaders Initiative) Madagascar
La seconde édition de la journée du civisme et de la citoyenneté est le fruit de la collaboration entre la Direction Régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme ainsi que de l’association YALI (Young African Leaders Initiative) Madagascar

La seconde édition de la journée du civisme et de la citoyenneté s’est tenue à la grande salle de la mairie de Diego Suarez le mercredi 2 décembre. Celle-ci est le fruit de la collaboration entre la Direction Régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme ainsi que de l’association YALI (Young African Leaders Initiative) Madagascar

Mbotianjary Sylvia Karany, déléguée régionale de l’éducation de masse et de civisme (DREMC), a expliqué que « les violences familiales sont considérées comme des actes d’irresponsabilité. Elles reflètent un manque considérable d’éducation parentale. Ceux-ci ne peuvent plus par la suite assurer celle de leur progéniture. Ces cas de violences sont causés par plusieurs faits qui se résument par trois points : le manque d’éducation, la prise de drogue et la négligence. » La DREMC a pris des mesures pour y faire face. Une école des parents a déjà été mise en place pour promouvoir l’éducation parentale. A la base de cette éducation se trouve la communication familiale. Outre cette éducation parentale, une sensibilisation via la radio et dans les écoles a aussi été entreprise. Mais il reste le volet éducation civique. Pour assurer cette dernière, une recherche de partenaires a été effectuée afin d’obtenir le budget nécessaire pour la formation des éducateurs et instituteurs dans le cadre de l’éducation civique.

Education civique base du développement

L’analyse des causes des violences familiales citées ci-dessus a été approuvée et complétée par Vavihely Lucie, professeur retraité. Elle a insisté sur le fait que l’éducation civique joue un rôle clé dans la lutte contre la violence et dans la citoyenneté. Selon elle, « l’éducation civique est une éducation parentale. Il faut attribuer cette base là dès le plus jeune âge. L’éducation civique nous permet d’avancer ensemble pour arriver au développement de ce pays. Mais cette éducation n’est pas forcément prodiguée à l’école, elle peut aussi être diffusée via les médias. » Mais selon elle, à Madagascar un problème majeur freine cette éducation. Les jeunes élèves, parfois, ne trouvent pas de modèles à imiter que se soit à l’école, dans la famille et même dans la nation en question. « Ce manque de modèle ne doit pas forcément présenter un blocage. En fait, apprendre ce n’est pas acquérir, c’est penser par soi-même. Et une pépinière qui pense peut aller loin. » a souligné Vavihely Lucie.

« Life skills » : des outils au service de la jeunesse

Les éducateurs sociaux anglophones ont résumés les informations et connaissances nécessaires au jeune pour diriger et prendre en main sa vie pour devenir un citoyen responsable sous la forme d’une liste de compétences qu’ils ont nommées « life skills » (compétences de vie). Selon la présentation de Soariziky Hasna, responsable régionale YALI Madagascar, les life skills contiennent six thématiques toutes aussi indispensables les unes que les autres. En premier lieu se trouve la prise en charge de sa santé. Avec une bonne santé vient l’énergie nécessaire pour accomplir les devoirs et responsabilités dans tous les secteurs. Il faudrait aussi, en second lieu, éviter la prise de drogue, d’alcool et de cigarettes. Ces substances considérées comme étant la première cause de la diminution de la capacité de jugement. Elles ont aussi une influence sur le comportement et l’état physique et peuvent entrainer à la violence. Viennent ensuite la prise de décision efficace adéquate à chaque situation. Sans oublier le choix d’amis qui est important pour les influences qu’ils auront ensuite sur nos décisions à venir. L’avortement et les grossesses précoces, enfin, qui nécessitent une communication entre les parents et les jeunes sur l’éducation sexuelle.
■ Raitra

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021