Retour haut de page
23 personnes ont été arrêtées lors des échauffourées de ce 17 février, puis relâchées. Photo: Gendarmerie nationale
23 personnes ont été arrêtées lors des échauffourées de ce 17 février, puis relâchées. Photo: Gendarmerie nationale

Ambilobe est en effervescence depuis la nuit du 16 février. Le meurtre d’une femme enceinte en est à l’origine.

Le corps méconnaissable de la femme a été retrouvé le 16 février à Marivorahona, après que celle-ci ait disparu depuis deux semaines, d’après un habitant de cette Commune rurale du district d’Ambilobe. Bien qu’elle ait été enceinte, le corps a été découvert sans le fœtus ainsi que d’autres organes ainsi que ses bras. Un suspect a été arrêté et emmené au commissariat d’Ambilobe. Ayant eu connaissance de cette arrestation, un groupe de personnes en colère s’est rendu au commissariat d’Ambilobe, et ont manifesté pour que le présumé tueur leur soit remis. Les altercations ont fait un blessé du côté des policiers. Un autre a été blessé dans cette matinée du 17 février. Des éléments des forces de l’ordre d’Antsiranana ont prêté main forte à ceux d’Ambilobe.

Alors que le corps a été emmené à Andrafialava, dans les environs de Betsiaka pour l’enterrement, quelques personnes ont cherché à se renseigner auprès du commissariat d’Ambilobe. Les choses ont ensuite dégénéré et les échauffourées ont repris vers 10 heures. Les manifestants ont mis le feu à trois voitures dont une appartient au District d’Ambilobe et une moto. Les forces de l’ordre ont effectué des tirs en l’air pour dissuader la foule. 23 personnes ont été arrêtées durant la journée. Le calme n’est revenu que vers 13 heures 45 minutes. Le commandant de groupement de la gendarmerie nationale de la région DIANA, le préfet d’Antsiranana, le directeur régional de la sécurité publique sont à Ambilobe.
Après s’être rendus auprès de la famille de la défunte à Andrafialava, le ministre de la sécurité publique et le secrétaire d’Etat à la gendarmerie sont arrivés à Ambilobe en fin d’après-midi du 17 février. La discussion avec la population a permis d’éviter d’autres événements malheureux. Il a été décidé que les 23 personnes arrêtées durant les affrontements sont à relâcher. Les personnes impliquées dans le meurtre, seront incarcérées à Tsiafahy (établissement pénitentiaire à Antananarivo) et des enquêteurs de la Capitale mèneront les investigations concernant cette affaire. Il est clair, en effet, que la confiance entre la population et les forces de l’ordre locales est ébranlée.

■ VM

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2020