Retour haut de page

Sorti de l’hôpital, Lamboeny III assure qu’il ne reconnaitra pas le règne de TsimiaroIII. Chacun affûte à nouveau ses arguments et mobilise ses partisans. Récit.

L’idée d’une réconciliation paraît peu probable entre « le Prince » Lamboeny III et le Roi Tsimiaro III. En effet, à peine remis de ses graves blessures, lesquelles, rappelons-le, ont été occasionnées par des coups qu’il a reçus au cours de l’affrontement survenu dans le village royal d’Ambatoharanana entre ses partisans et ceux de ce dernier samedi 21 novembre 2009. Lamboeny III a clairement fait savoir devant la presse de la capitale, le mercredi 13 janvier qu’il va reconquérir son trône dès son retour dans la région et traduire Tsimiaro III devant la justice. Il faut savoir que 13 des partisans de ce dernier ont fait l’objet d’une arrestation sur ordre du procureur le mois dernier et que déférés devant le tribunal de première instance d’Antsiranana, 8 d’entre eux sont placés sous mandat de dépôt.


Le roi Tsimiaro III (ph B.B.)

LE PAVILLON ROYAL HISSE, PUIS ENLEVE
De leurs côtés, les partisans de Tsimiaro III ont également porté plainte contre les partisans de Lamboeny III. Selon un des proches de Tsimiaro III, un mandat d’arrêt délivré par le procureur aurait atterri sur le bureau du commandant de la compagnie de la gendarmerie d’Ambilobe depuis le début du mois de décembre dernier par l’intermédiaire d’un membre du staff du Roi. Curieusement jusqu’à ce jour, il n’a jamais été exécuté. Selon les proches de Tsimiaro III, quelques jours après l’érection du mât royal à Ambatoharanana par les sujets de ce dernier venus en très grand nombre le vendredi 27 novembre pour assister à la cérémonie, le fameux pavillon royale ou « saigny » aurait été enlevé et des actes de vandalismes perpétrés par des hommes de Lamboeny III, dès le lundi 14 décembre. « Après avoir enlevé le « saigny », et coupé le mât royal ce lundi 14 décembre, des hommes de main de Lamboeny III sont revenus sur les lieux le jour suivant, soit le 15 décembre, ont attaqué la maison d’un « raiamandreny » dudit village, dénommé Andrianfahagna Chanfy et lui ont pris tous ses biens. Ils ont même vidé son grenier », a déclaré un partisan de Tsimiaro III. Et lui de continuer que ce « raiamandreny » n’est pas la seule victime des agissements des hommes de Lamboeny III qui demeurent intouchables.
Il faut savoir que tant que les 3 principaux instigateurs de ce conflit royal, dont les noms ont été révélés mais que nous nous abstenons de dévoiler, ne sont pas arrêtés, aucune paix durable ne règnera dans la royauté Antakarana. Dans la foulée, il a évoqué la première tentative de déstabilisation du Roi Tsimiaro III en 1982 dirigé par deux de ces instigateurs lors de son intronisation. « Ils voulaient nommer roi, un dénommé Adaolo à la place de ce dernier, mais leur plan fut déjoué et les sujets de Tsimiaro III ont mis la main sur l’un de ces principaux instigateurs et l’ont désarmé avant de le ligoter » a-t-il indiqué.

LES CAUSES ‘ECONOMIQUES’ DU CONFLIT ROYAL
Désireux d’en savoir davantage sur les véritables causes de ce conflit, nous avons interrogé Tsimiaro III qui a répondu que c’est la société dite « Gama » et la société « LGA » (les Gambas de l’Ankarana) qui sont à l’origine de celui-ci. « C’est parce que je n’ai pas marché dans leur combine qui consiste à exploiter les terres ancestrales de l’Ankarabe. Ils n’ont d’autres choix que de m’enlever du trône. Il s’agit d’une affaire très juteuse pour mes principaux détracteurs et croyezmoi, la royauté Antakarana leur importe peu » a-t-il indiqué, avant de souligner que Lamboeny III était de la lignée «Mamba », (soit la lignée du frère de l’arrière grand père de Tsimiaro III) et n’avait pas le droit de régner.
Mais, ce dernier a aussi sa propre version sur la question. Lamboeny III a expliqué que la famille royale a violé certaines règles de la royauté Antakarana, (dont celle que l’on appelle « Andrambavibe ») et a entravé le développement de la région de l’Ankarabe, -ce qui a entrainé la famille royale à destituer le Roi Tsimiaro III. Quoi qu’il en soit, informé dernièrement sur l’intention de Lamboeny III de regagner son trône incessamment, Tsimiaro III ne parait nullement inquiété.

UN REGNE LEGITIME
En tout cas, selon un notable Antakarana d’Isesy (Ambilobe), le règne d’Issa Tsimiaro III est justifié et légitime, quoi que l’on dise et quoi que les hommes de Lamboeny III aient faits. « Ce n’est pas en enlevant le « saigny » et en coupant le mât royal qu’ils pourront détrôner Tsimiaro III. Les différents rites de l’érection de ce mât de pavillon royal ont été respectés.
Bien au contraire, en agissant comme ils l’ont fait, les partisans de Lamboeny III se sont livrés à des actes sacrilèges » a-t-il déclaré, indigné. Il n’empêche: pour de nombreux observateurs le risque d’un nouvel conflit est à craindre au sein de la royauté Antakarana.

 

 


Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Lundi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
ANTSIRANANA 07h55 08h30
ANTANANARIVO 10h30

Tous les horaires

Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018