Retour haut de page

Répartition des mammifères marins autour de Madagascar
L’association CétaMada organisait le mardi 7 juin une conférence sur le thème « Des baleines et des hommes » dans les enceintes de la Bibliothèque Universitaire située sur le campus de l’UNA (Université Nord d’Antsiranana).

Pour sa première visite à Diego Suarez, l’association CétaMada organisait une conférence en vue de regrouper toutes les personnes intéressées de près ou de loin par la recherche, la conservation et la valorisation touristique des cétacés dans les eaux environnantes.

Une baleine
au Cap d’Ambre
Une baleine au Cap d’Ambre
Une baleine au Cap d’Ambre
Une baleine au Cap d’Ambre

Créée en mai 2009 à l’initiative de passionnés des mammifères marins, cette association de droit malgache a pour objectif la protection des mammifères marins et de leur habitat par l’étude et la sensibilisation. La création de cette association est l’aboutissement d’un projet communautaire mené en partenariat avec le Fond Français pour l’Environnement Mondial et répond au souhait des autorités locales.
La conférence avait pour objet de faire une présentation générale sur les mammifères marins à et autour de Madagascar
C’est près d’une cinquantaine de personnes, étudiants, membres d’associations ou ONGs, ainsi que quelques opérateurs touristiques qui ont assisté à cette conférence.
Particulièrement intéressés par ce sujet, le public présent a posé de nombreuses questions et les réactions ont été nombreuses.
La mission que s’est donnée l’association CétaMada est d’apporter un soutien au développement d’activités économiques autour des mammifères marins tout en sensibilisant les acteurs aux contraintes à respecter pour que l’activité humaine ne nuise pas aux animaux, en diffusant notamment un code de bonne conduite.
L’association s’engage également à développer et partager la collecte de données scientifiques dans le sanctuaire de l’Océan Indien, plus particulièrement, le suivi des populations de baleines à bosse migrant autour de Madagascar.
Protéger les mammifères marins nécessite la mise en place d’une économie organisée et durable pour encadrer l’observation.
L’association CetaMada a également présenté l’initiative du «Réseau d’échouage» qui consiste à la mise en place prochaine d’un numéro vert à la disposition des personnes susceptibles de fournir des informations sur d’éventuels échouages de cétacés, mais aussi de fournir le résultat d’observations afin de contribuer à l’élaboration d’une base de données sur les mammifères marins à Madagascar. En effet, la conservation et la protection des baleines à bosse à Madagascar nécessite la mise en place d’un réseau d’observation dans les différentes régions de Madagascar et dans le Nord.
CetaMada s’appuie notamment sur un réseau d’éco volontaires qui tout au long de l’année viennent renforcer l’action de CetaMada. Dix étudiants de Madagascar ont été sélectionnés pour participer au programme de sensibilisation et d’observations de CetaMada au mois d’aout à l’Île Sainte Marie.

Un autre aspect abordé lors de cette conférence a été les possibilités de valorisation touristique qui ne sont pas à négliger : c’est en effet un public nombreux qui chaque année se rend dans les différents endroits du monde où il est possible d’observer les mammifères marins. Les acteurs locaux qui s’initieraient à cette spécialisation pourraient ainsi développer une activité de contre-saison à fort potentiel économique.
Les personnes désireuses de participer à ce programme d’observation sont invitées à prendre contact avec CetaMada.

Contacts :
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Web : http://cetamada.com/

 

La migration des baleines à bosse dans l’Océan Indien

Parcours de migration des baleines
à bosse dans l’Océan Indien

Parcours de migration des baleines à bosse dans l’Océan Indien

De décembre à fin avril, les baleines à bosse se trouvent pour la plupart en Antarctique, au Sud du Cap Horn, à plus de 8000 Km de Mayotte et Madagascar. Pendant cette période, elle font des réserves de graisses en se nourrissant en grandes quantités essentiellement principalement de krill (petites crevettes), harengs, capelans, lançons et maquereaux. Elles font des réserves car par la suite elles ne pourront plus se nourrir pendant plus de six mois
La migration débute de fin avril jusqu’en juin, elles se dirigent de l’Antarctique vers les eaux de l’Océan indien, en remontant les côtes d’Afrique du Sud vers l’Est, puis par le Canal de Mozambique pour arriver plus à l’Ouest vers les Comores et Mayotte ou bien se dirigent au Nord-Est de Madagascar, vers l’île de Ste Marie et la baie d’Antongil, et remontent jusqu’au Cap d’Ambre.
De juillet à fin octobre on peut les apercevoir dans les eaux chaudes de l’Océan Indien et à Mayotte (= eaux chaudes de plus de 26°), où elles viennent se reproduire, certaines allant jusqu’à la Réunion, aux Seychelles et à l’Île Maurice. Le pic d’observation se situe en août.
Fin octobre, début novembre, elles quittent l’Océan indien pour aller de nouveau se nourrir dans l’Antarctique (= eaux froides de - 1 à + 4°), ou vers le Groënland pour celles qui se trouvaient en Atlantique. Les femelles allaitantes ont perdu 50% de leur poids (soit 20 tonnes) à l’arrivée et auront environ 6 mois pour engraisser à la prochaine migration. Les couples mères-baleineaux repartent en dernier afin de laisser au petit le temps de prendre le plus de forces possibles. Ceux-ci, lors des migrations, se positionnent au dessus de leur mère pour profiter de leur sillage.

Baleine à bosse - Megaptera novaengliae 

La baleine à bosse ( Megaptera novaengliae)  
 La baleine à bosse ( Megaptera novaengliae) a le dos noir ou gris foncé avec une bosse en avant de l'aileron dorsal, elle mesure 12 à 16 mètres de long et pèse de 25 à 40 tonnes.
C'est un mammifère marin et comme tous les mammifères, elle a des poumons, le sang chaud (36°C) et elle allaite son petit.

 

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2019