Retour haut de page
Affiche de sensibilisation à la lutte contre la prostitution

Harisoa Raoelison et Aurore Delcourt de la branche Protection de l'enfant de l'UNICEF à Madagascar ont réuni de nombreuses associations de femmes d'Antsiranana et d'Ambilobe mardi 11 décembre au Centre d'Ecoute et de Conseil Juridique

Le but de cette rencontre était de faire l'état des lieux de l'exploitation sexuelle des enfants dans le nord de Madagascar, quelles en sont les causes, quelles sont les actions entreprises ou que ces associations entendent entreprendre pour lutter contre ce fléau.

Sameva, Association Femmes et Développement, association des Femmes Musulmanes, Fanamby… Une dizaine d’associations de femmes, soit une trentaine de femmes se sont réunies au CECJ d’Antsiranana. Harisoa Raoelison de l’UNICEF ou United Nations International Children’s Emergency Fund, a souligné que les efforts menés par toutes les régions de Madagascar dans la protection de l’enfant sont très différenciés. La région nord est parmi celles les plus avancées, cependant ces efforts devraient apporter des changements concrets et effectifs au sein des sociétés.
Zananesy, la responsable du CECJ d’Antsiranana a avancé que certains types d’exploitation sexuelle des jeunes filles sont liés à la culture. Il s’agit par exemple du mariage précoce et arrangé par les parents, les abus sexuels pratiqués par des chefs cultuels et des tradipraticiens… Mais la forme la plus courante et la plus répandue est celle à visée commerciale. Le problème est que l’existence d’enquêtes sur l’exploitation sexuelle est inconnue et si elles existent, elles ne sont pas à jour.  Selon ces associations de femmes, il existe dans la ville d’Antsiranana « des maisons de passe qui livrent les jeunes filles à des clients », les boîtes de nuit, les sites de rencontre et même les membres de la famille qui facilitent les relations de ces enfants (garçons ou filles) avec des personnes plus âgées (hommes ou femmes). Mais il y a aussi des cas où des jeunes filles, employées de maison sont exploitées sexuellement par leurs employeurs. Les difficultés rencontrées par les parents dans l’éducation de leurs filles ont aussi été discutées dont entre autres les tenues vestimentaires influencées par la mode d’autres pays: trop dénudées, trop courtes, trop transparentes, etc.
Pour la prévention, la conception d’émissions télévisées et radiophoniques pour sensibiliser les jeunes est en cours. Pour l’association des femmes musulmanes, l’objectif des sensibilisations est la revalorisation de la culture et de la morale malgache. Le CECJ collabore avec l’Office du tourisme pour la sensibilisation et c’est la PMPM (Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs) qui s’assure de la répression en effectuant des contrôles réguliers des lieux potentiellement fréquentés par les mineurs et les personnes dont elle a reçu le signalement. Des agents mobilisateurs ont été formés au sein des fokontany et ceux-ci peuvent signaler aux autorités compétentes ou au CECJ les suspicions de cas d’exploitation sexuelle ou de violence envers les enfants. Ce type de collaboration est déjà opérationnel dans les quartiers de Lazaret nord, Lazaret sud, Namakia et dans la commune rurale d’Antanamitarana.

Pour ce qui est des actions déjà entreprises, le CECJ d’Antsiranana a jusqu’ici accompagné (juridiquement) et pris en charge trois cas ayant touchées des jeunes filles victimes d’abus sexuels. Actuellement, une enfant rejetée par ses parents à cause de relations incestueuses est prise en charge grâce à la participation d’associations de femmes. C’est l’association Fanamby qui se charge de son hébergement,  le VMLF pour l’habillement, d’autres partenaires s’occupent de sa scolarisation. Un cas récent concernait une fille de 14 ans, violée, enceinte puis qui a dû subir des opérations chirurgicales vesico-urinaire et recto-vaginale à la suite d’un accouchement hors d’établissement sanitaire. Sa famille a été soutenue psychologiquement et financièrement par le CECJ et le Kikoo hôtel de Diego Suarez.
■ V.M

Commentaires   

+1 # Christine Gamitat 14-12-2012 00:43
Les féminicides aggravés sont nombreux de par le monde- http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html
Ce sont ces abus qui ne blessent que les filles - Pourquoi ne pas ériger un interdit strict de tout féminicide http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/definitions-feminicides.html
Des exemples internationaux http://susaufeminicides.blogspot.fr

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Mercredi
MD314/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
SAMBAVA 07h30 08h05
ANTSIRANANA 08h50 09h25
ANTANANARIVO 11h25

Tous les horaires

Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018