Retour haut de page
Le nouvel Institut supérieur de formation des infirmiers et des sages femmes à Antsiranana
Le nouvel Institut supérieur de formation des infirmiers et des sages femmes à Antsiranana

Grâce à la persévérance d’un jeune cadre diplômé en santé mentale et non moins secrétaire général du corps des paramédicaux de Madagascar, Antsiranana est maintenant en mesure de prodiguer des nouvelles formations en médecine paramédicale, fonctionnelles depuis le 4 février dernier

Razafindranosy Olivier est le directeur fondateur de l’Institut Supérieur des Infirmiers et des Sages Femmes d’Antsiranana (ISISFA). Dispensant un cursus continu de trois ans, sanctionné par le diplôme de licence en soins infirmiers, cet institut prépare les 110 étudiants qui le fréquentent à devenir des professionnels de la santé.

Ces étudiants sont repartis en quatre filières dont 35 futures sages femmes, 35 infirmiers généralistes, 20 techniciens de laboratoire et 20 infirmiers de santé mentale. L’établissement emploie 30 salariés dont cinq administrateurs et 25 enseignants. Grâce à son étroite collaboration avec le ministère de l’enseignement supérieur et le ministère de la santé, l’ISISFA délivre des diplômes agréés par l’Etat Malagasy, et les étudiants effectuent leurs stages dans les deux centres hospitaliers universitaires, à la clinique Sainte Anne, à la clinique Samaritain, ainsi qu’à la Clinique Saint Damien d’ Ambanja et dans les divers CHR et CHB II. Le directeur fondateur a bien voulu répondre à nos questions :

TdDiego : Vous avez 34 ans, et êtes Directeur fondateur de l’lSISFA. Pourquoi avoir créé cet institut ?
Nous avons constaté la difficulté qu’ont les jeunes de la région d’accéder à une formation de qualité qui englobe compétence et accessibilité. Après avoir fait un état des lieux en 2011, nous avons monté nos dossiers et en 2012, nous avons eu notre accréditation. Pour l’avenir de nos jeunes, la région DIANA mérite d’avoir ce genre d’institut au même titre que certaines autres régions qui peuvent s’en offrir même deux.

TdDiego : Quels sont vos principaux objectifs, par rapport à cet institut ?
Comme nous l’avons dit tout à l’heure, nous voulons offrir une formation d’excellence à nos jeunes. Nous visons aussi la création d’emplois stables, et nous tenons à mentionner que nous avons trente salariés, ce qui est déjà une avancée dans la lutte contre le chômage. Nous faisons aussi une promotion de la santé, c'est-à-dire nous amenons la santé vers la population.

TdDiego : Pourriez vous être plus précis ?
Comme exemple concret, nous effectuerons par exemple, de juin à août prochain, à Lazaret nord, ce que nous appelons une médecine foraine, c'est-à-dire qu’à cette période, nous ferrons une circoncision de masse et nous mettrons en place un stand de conseil santé, pour aider les habitants. Pour cela, nous travaillerons avec les chefs de fokontany et les présidents de secteur. Notre institut se trouve à Lazaret Nord, c’est la moindre des choses que nous servions les habitants de notre fokontany.

TdDiego : Pour les intéressés, comment pourrait on éventuellement suivre des études dans cet institut ? Y-a-t-il encore des places disponibles ?
Pour cette année malheureusement, la liste est déjà fermée. Néanmoins, les conditions d’accès sont simples : être bachelier et réussir au concours d’entrée qui comporte deux volets : le concours écrit où les candidats devront traiter des épreuves de français, de sciences de la vie et de la terre ainsi que de connaissances générales. Pour le concours oral, ils feront face à un entretien préliminaire. Ensuite, les frais de scolarité sont de 80.000 Ariary par mois.

Razafindranosy Olivier, directeur fondateur de l’Institut Supérieur des Infirmiers et des Sages Femmes d’Antsiranana (ISISFA)
Razafindranosy Olivier, directeur fondateur de l’Institut Supérieur des Infirmiers et des Sages Femmes d’Antsiranana (ISISFA)

TdDiego : N’est ce pas un peu cher ?
Nous admettons que ce n’est pas donné, mais la compensation est forte, en terme de qualité de formation. Vous verrez que si l’on fait un calcul, sur les 30 mois d’études effectives qu’ils auront effectués en trois années scolaires, les étudiants auront payés 2 400 000 Ar. à l’établissement. Le diplôme et les avantages à long terme obtenus en valent la peine.

TdDiego : Qu’est ce que vous pourrez dire pour assurer aux étudiants qu’ils ne seront pas des futurs « chômeurs de luxe » ?
Sur le marché de l’emploi, rien n’est jamais définitivement acquis, mais ces étudiants sont formés pour être des hommes et de femmes de terrain, surtout spécialisés en tant que prescripteurs en maladies tropicales. En cela, ils auront un axe tout à fait ouvert encore, pour se faire une place honorable dans le monde du travail.

TdDiego : Un dernier message ?
Nous incitons les hommes et femmes d’affaires et tous ceux qui en ont la possibilité d’aider ce genre de projet à aboutir, à l’avenir, de s’impliquer davantage. En effet, en 2011 quand nous avons demandé de l’aide à certaines entités et personnalités, nous avons eu droit à des refus, on nous avait fermé la porte au nez, en nous traitant de rêveurs… Même des locaux qui nous avait été promis en location pour servir de salle de classe nous ont été refusés à la dernière minute, car disaient-ils , ils « ne louent pas à un projet utopique », Mais ce rêve est maintenant devenu réalité et ce, grâce à nos fonds propres. Il faut donc croire en la jeunesse et à ce qu’elle pourrait faire, avec une bonne volonté et l’épauler autant que possible.
■ Luis .K

Commentaires   

+1 # Cipher 08-03-2013 15:02
Encourager les africains à se faire circoncire pour lutter contre le VIH est SCANDALEUX !

Ces études sont très contestées et d'autres montrent des résultats contraires. De plus au mieux la circoncision ne ferait que réduire le risque uniquement de femme à homme, et à force d'avoir des relations les hommes finiraient quoi qu'il arrive pas contracter le VIH, surtout que les études récentes montrent que l'urètre est une porte d'entrée !!

Va-t-on mutiler un peu plus ?! On peut aussi couper tout le pénis, comme ça il n'y a plus de risque du tout ! C'est une folie.

Il a été montré (McAllister et al) qu'une circoncision pouvait financer 3000 préservatifs.

Les Etats-Unis sont le pays occidental le plus touché par le VIH, et pourtant le plus circoncis !
+1 # Cipher 08-03-2013 15:03
- Voici une conférence donnée par le chercheur Ryan McAllister sur les problèmes posés par la circoncision infantile. A partir de 29mn09s, il explique pourquoi ces études ne sont pas fiables : http://www.youtube.com/watch?v=I2Tjxn1vBN8

- Une étude conduite par Boyle et Hill ont montré un résultat tout autre : http://droitaucorps.blogspot.fr/2012/09/la-circoncision-ne-reduit-pas-la.html

- Publication d’un médecin américain : http://www.circumcision.org/hiv.htm

- Témoignage d’un médecin américain : http://www.youtube.com/watch?v=OlsUg0sdAtE&feature=youtu.be
-1 # Cipher 08-03-2013 15:10
- Témoignage d’un médecin ougandais : http://droitaucorps.blogspot.fr/2012/09/circoncision-une-dangereuse-diversion.html

- Publication très bien renseignée/sour cée de Intact America : http://www.intactamerica.org/dangerousmistake

- Comparaisons par pays : http://droitaucorps.blogspot.fr/2012/12/quand-la-circoncision-ne-protege-pas-du.html

- Autre exemple : http://droitaucorps.blogspot.fr/2012/10/un-taux-de-contamination-hiv-plus-eleve.html

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021