Retour haut de page
Le Docteur Ronan Jambou, Chef de l'unité d'immunologie à l'Institut Pasteur de Madagascar
Le Docteur Ronan Jambou, Chef de l'unité d'immunologie à l'Institut Pasteur de Madagascar

La lutte contre le paludisme à Madagascar avance à grand pas, mais les parasites résistent aussi ; les stratégies de lutte ont été adaptées

Le Docteur Ronan Jambou, Chef de l'unité d'immunologie à l'Institut Pasteur de Madagascar était à Antsiranana où il est intervenu lors d'une conférence "La lutte contre le Paludisme à Madagascar : passé, présent et futur" à l'Alliance française.

Ils sont trois scientifiques à exposer ce thème à travers la Grande Île avec la collaboration de l'Alliance Française. Lors de la présentation du thème, le Dr Ronan Jambou a expliqué à la trentaine de personnes venues assister à cette conférence le mode de transmission des parasites, plasmodiums, responsables du paludisme, le cycle de vie des anophèles, le contexte écologique influençant la transmission et le développement des parasites. Le Dr Ronan Jambou a aussi donné un aperçu du développement des recherches sur les médicaments antipaludiques, Madagascar étant le troisième pays (après la Chine et le Viêt-Nam) producteur d'Artemisa annua, une plante utilisée par les pays d'Asie pour le traitement de la fièvre, donc un remède contre les parasites et dont le principe actif, l'artémisinine a été isolé en 1971 par l'Université de Shanghai.
Il existe à Madagascar, deux principaux vecteurs du paludisme dont Anophèles gambiae et Anophèles arabiensis. Dans les Hauts Plateaux, l'on ne rencontre que des Anophèles arabiensis par contre les anophèles gambiae sont nombreuses au fur et à mesure que l'altitude diminue et l'humidité augmente. Les heures de piqûre varient suivant les deux espèces, si Anophèles gambiae piquent entre minuit et 6 heures, Anophèles arabiensis se nourrissent entre 18 heures et minuit. La transmission varie aussi avec l'environnement, dans le nord, la première saison de transmission est novembre-décembre et les derniers mois de saison sont de mars à juin.
L'attention a été particulièrement attirée sur la vulnérabilité des femmes enceintes et les jeunes enfants d'où le TPI ou Traitement Préventif Intermittent pour les premières car pendant la grossesse, l'organisme est moins apte à se défendre et sans ce traitement préventif et en cas de transmission, les parasites vont se loger dans le placenta et provoquer le décès du fœtus.
Le paludisme est toujours l'une des premières causes de mortalité des enfants en zone tropicale, c'est ce qu'avance le rapport mondial sur le paludisme. La complexité de la maladie dépend en effet de la réponse immunitaire de l'hôte. Le nouveau né atteint du paludisme présente de la fièvre, de la déshydratation et des convulsions ainsi qu'un désordre métabolique. L'enfant quant à lui présente de l'anémie sévère, une forte parasitémie (plus d'un million de parasites par microlitre)… A ce stade, l'hôte est plus résistant, mais les parasites sont eux aussi plus résistants. L'adulte, malade a une détresse respiratoire, une fièvre et un neuropaludisme.
Jusqu'à aujourd'hui, la prévention est constituée des TPI pour les femmes enceintes, les aspersions intradomicilaires d'insecticides dans d'autres régions et l'utilisation des MILD ou moustiquaires imprégnées d'insecticide longue durée. Le traitement du paludisme, après résistance des parasites aux nombreux médicaments : quinine, chloroquine…, actuellement est l'ACT ou Artemisinin-based Combination Therapy (combinaisons à base d'artémisinine).
Le Dr Ronan Jambou a précisé que plus on lutte contre le paludisme plus il y a diminution de transmission (moins de contact avec les parasites) et plus l'homme devient sensible au paludisme. Ce n'est donc pas parce que Madagascar évolue dans la lutte que l'on doit négliger les préventions.

■ V.M

Vous devez être connectés pour pouvoir écrire un commentaire

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2021