Retour haut de page

Des bombes d’un poids environnant les 80 kg pour les plus grosses charges et des balles de fusils dont les dates de péremption ont été dépassées ont été détruites à Antsiranana

Des spécialistes, des démineurs des forces armées de la zone Sud de l’Océan Indien et d’Antananarivo sont venus à Antsiranana pour réaliser cette opération entre le 23 juillet et le 27 août 2018 dans une zone, à environ 21 kilomètres de la ville d’Antsiranana et à 1,5 kilomètres du village de Ramena.
Lors de la première semaine de cette opération, cinq militaires dont trois spécialistes démineurs et deux infirmiers des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien, FAZSOI, de la Réunion ont accompagné les militaires malagasy. Du côté malagasy, dix militaires spécialistes d’engins explosifs d’Antsiranana et d’Antananarivo effectuaient les opérations. Des médecins et des infirmiers militaires étaient également présents tout comme les officiers et des sous-officiers du 2ème Régiment des Forces d’Intervention d’Antsiranana, de la Base Navale et de la Région Militaire numéro 7. A cette occasion, les militaires ont reçu une formation théorique et pratique sur le terrain concernant la manipulation et la destruction proprement dite de munitions obsolètes. D’après les explications du colonel Rangasiarison Eric, premier officier-adjoint au directeur des matériels techniques de l’armée Malagasy installé à Antananarivo, les militaires n’arrêteront les opérations que lorsque le travail de destruction prévu pour cette année sera accompli. L’opération aura duré six semaines cette fois, si en 2012, elle était assez limitée. « Après tout, ajoute-t-il, tout dépend des moyens mis en œuvre, c’est-à-dire des matériaux et de la disponibilité des spécialistes. » Le colonel Rangasiarison Eric souligne que ces bombes pour avion MIG 21 et autres missiles non utilisés datent de la coopération soviétique avec Madagascar (il y a 25 ans). Les matériels ont dépassé leur date d’expiration. « Il faut les détruire pour qu’ils ne représentent pas un danger pour la société ». Toujours d’après ce responsable, ce n’est pas la quantité de bombes détruites par jour qui importe, mais plutôt le poids total de la charge. Il n’a pas donné de détails concernant ce poids. Depuis la ville de Diego Suarez et surtout aux alentours du village de Ramena, trois à cinq explosions par jour se font entendre.

La population, inquiète

Selon les responsables, le choix de l’endroit où les explosions ont été réalisées a tenu compte de la sécurisation de la population. Afin de sensibiliser les citoyens, une semaine avant les destructions, des annonces ont été réalisées à la télévision et à la radio. Des mesures pratiques ont été largement diffusées pour mettre en garde les gens, telles que : fermer les portes pendant l’explosion pour que les poussières et dégâts n’entrent pas, garder ouverte les portières des voitures pour éviter que les vitres ne se cassent. Cela n’a pas empêché les habitants de Ramena et de ses environs de s’inquiéter. L’odeur qui résulte des détonations, les secousses, le bruit intense des explosions ont conduit certains villageois à s’enfermer dans leurs domiciles. « Je me suis enfermée dans ma chambre avec ma fille parce que je ne suis pas sûre que l’odeur forte qui provient des explosions soit sans conséquence sur la santé. Les secousses de ces explosions sont tellement fortes qu’il faut vraiment faire attention pour ne pas tomber » soutient Sofia, une habitante du village de Ramena. Pendant plus d’un mois, les habitants de Ramena ont eu droit au calme les week-ends lorsque les spécialistes, eux aussi se reposaient.

■ C. Angeline

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Lundi
MD316/317(AT7)
Arrivée Départ
ANTANANARIVO 06h00
ANTSIRANANA 07h55 08h30
ANTANANARIVO 10h30

Tous les horaires

La Tribune de Diego
La Tribune de Diego
et du Nord de Madagascar
Tél : +261 32 75 068 35
tribunedediego@gmail.com

Galerie Impériale
5 Avenue Lally Tollendal
201 Antsiranana

LaTribune de Diego est éditée par :
SARL Groupe Nord Média

Capital : 2 000 000 Ariary
(durée 99 ans)
RCS-ANTS-2011-B-0032

Principaux associés :
Laurence D'HONDT, Laurent BOYER, Gilbert RAKOTONIRINA, Jean Marie DAVAL, Philippe ZENONE, Jean-Baptiste  MANSUY

Directeur de la publication:
Gilbert RAKOTONIRINA

Rédacteurs en chef :
Philippe ZENONE,
Jean-Baptiste MANSUY

Rédaction :
  Maholy ANDRIANAIVO, Suzanne REUTT, Hanitra Rakotomalala, Cerveau Kotoson

Fondateurs :
Laurence D'HONDT, Laurent BOYER

Responsable commercial :
Jean-Baptiste MANSUY
Tél : +261 32 75 068 35

Webmaster :
Philippe ZENONE
Tél : +261 32 04 925 17

Site hébergé par :
OVH.com
OVH,
2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France

Contenu du site :
les articles et les photos présentés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Le contenu de ce site est protégé par le droit d'auteur. Toute utilisation non strictement personnelle ne peut être faite sans l'accord de l'auteur.

Ces dispositions confèrent à l'utilisateur un droit d'usage privé, non collectif et non exclusif, sur le contenu du site. Il comprend le droit de reproduire pour stockage aux fins de représentation sur écran monoposte et de reproduction en un exemplaire, pour copie de sauvegarde ou tirage sur papier. Toute mise en réseau, toute rediffusion, sous quelque forme, même partielle, est donc interdite. Ce droit est personnel, il est réservé à l'usage exclusif et non collectif du licencié. Il n'est transmissible en aucune manière.

Tout autre usage est soumis à autorisation préalable. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant, et toutes personnes responsables, aux peines pénales et civiles prévues par la loi.
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2018