Retour haut de page
Un Potez 33 en vol au dessus de Madagascar
Un Potez 33 en vol au dessus de Madagascar

Madagascar est une île...C'est sans doute un atout , mais - à partir du XXème siècle- avec le développement des relations internationales et malgré l'apparition des navires à vapeur, on commence à rêver, ici comme ailleurs, de voyages plus rapides.

Commerces Indiens et Chinois à Diego Suarez au début du XXème siècleCommerces Indiens et Chinois à Diego Suarez au début du XXème siècle

Quand on parle d'immigration asiatique à Madagascar, on évoque généralement les Indiens et les Chinois qui ont formé la plus grosse vague de main d'œuvre «  importée ». Il y a pourtant eu d'autres asiatiques à Diego Suarez, notamment le célèbre japonais Akazaki, propriétaire de l'Hôtel du Japon et personnalité incontournable de la ville pendant le premier quart du XXème siècle. Mais il n'avait pas beaucoup de compatriotes dans la ville!

Maison créole à Joffreville
Maison créole à Joffreville

Comme nous l'avons vu dans l'article précédent, un des premiers soucis des Français, lorsqu'ils prirent possession du Territoire de Diego Suarez, fut de trouver de la main d'œuvre

le Vaucluse, aviso de transport de 1 600 tonneaux est le premier navire à entrer dans la forme de radoub le 17 mars 1916
le Vaucluse, aviso de transport de 1 600 tonneaux est le
premier navire à entrer dans la forme de radoub le 17 mars 1916

Pendant longtemps, la rade de Diego Suarez resta relativement en dehors des routes maritimes en raison de la barrière que constituait le Cap d'Ambre « fascheux à passer », comme on l'avait écrit dès le XVIème siècle. Cependant, dès la seconde partie du XIXème siècle, la France commence à se préoccuper de la nécessité de se doter de bases navales susceptibles d'assurer sa présence dans les mers lointaines. Ceci pour des raisons coloniales et pour des raisons stratégiques.

Quand il fallait peupler Diego Suarez...

Le Traité de 1885 qui accordait le Territoire de Diego Suarez à la France autorisait celle-ci à y faire des « installations à sa convenance ». Mais, pour édifier ces installations, il fallait des hommes. Or, des hommes, il n'y en avait pas...ou presque pas

Eleveur de zébu dans la rue Colbert
Eleveur de zébu dans la rue Colbert

Lors de la cession de Diego Suarez à la France, en 1885, un des problèmes essentiels qu'eut à résoudre le gouvernement du Territoire fut celui du ravitaillement de la colonie.

Les fours à chaux de Cap Diego
Les fours à chaux de Cap Diego

Les premières années de l'existence de Diego Suarez virent naître peu d'industries si l'on excepte la gigantesque Graineterie Française, à Antongombato, qui dut fermer ses portes en 1899 comme nous l'avons vu dans un précédent article

Kermesse « au profit des pauvres » dans la rue Colbert au début du XXème siècle
Kermesse « au profit des pauvres » dans la rue Colbert au début du XXème siècle

Diego Suarez est une ville qui a toujours aimé la fête mais, au fil du temps, les distractions ont un peu changé...Les plaisirs de la mer, qui sont actuellement, un des principaux attraits de Diego Suarez, étaient, il y a cent ans, beaucoup moins appréciés qu'aujourd'hui. Comment s'amusait-on à Diego Suarez autrefois ?

Mahatsinjoarivo : la sentinelle oubliée
Du fortin de Mahatsinjarivo, perché sur le plateau au dessus de l'aéroport d'Arrachart, il ne reste quasiment plus rien qu'un bosquet d'arbres visible de toute la région, se détachant sur la ligne du plateau, et quelques pans de mur qui disparaissent peu à peu. Cette petite bâtisse oubliée a pourtant constitué le « point d'appui principal de la colonie » à la fin du XIXème siecle, qui défendait le jeune établissement de Diego Suarez contre les menaces venues du sud

Sortie de la messe à Diego Suarez vers 1900
Sortie de la messe à Diego Suarez vers 1900

En ce début d'année 2012, lourd de bien des dangers, j'aurais souhaité vous montrer comment, il y a environ cent ans, on fêtait le passage d'une année à l'autre. Cependant, à la lumière de textes anciens j'ai dû constater que les habitants du Diego Suarez d'autrefois avaient à peu près les mêmes habitudes de fin d'année que les nôtres!

AV 4x4 Sportero L200

Pick-up mitsubishi l200 sportero

  • couleur blanche modèle 2005
  • première mise en circulation 2006
  • 131786km
  • visible à Diego Suarez

10000 euros

tel: 032 66 651 75

La Tribune de Diego en PDF

Télécharger La Tribune de Diego N°182 en PDF
N°182
Semaines du 12 au 25 avril 2017
Télécharger
La Une : Gendarmerie nationale DIANA : Restaurer la confiance pour endiguer la vindicte populaire
Le syndicalisme n’est pas qu’un mouvement de revendications
Les premières années de Diego Suarez - 1925-1930 : Diego Suarez, capitale de la contestation coloniale
Dossier : Athlétisme : « Nous pouvons faire mieux avec des soutiens financiers »
Cyber Diego Com
Normada.com, le site de référence du Nord de Madagascar
Office Régional du Tourisme de Diego Suarez
Agence de Presse de l'Océan Indien
 
© Cyber Diego Com 2005 - 2022